L'entrée du site de STMicroelectronics à Grenoble. © Tim Buisson – Place Gre’net

STMicroelectronics : l’intersyndicale appelle à poursuivre la grève soutenue par le PCF et EELV

STMicroelectronics : l’intersyndicale appelle à poursuivre la grève soutenue par le PCF et EELV

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

EN BREF – Après avoir protesté contre le gel des salaires en 2020, jeudi 5 novembre, avec

une grève illimitée, l’intersyndicale de STMicroelectronics appelle à une nouvelle journée de mobilisation ce jeudi 12 novembre. Une action soutenue par les sections locales du Grésivaudan du Parti communiste et d’Europe Écologie Les Verts (EELV).

 

L'entrée du site de STMicroelectronics à Grenoble. © Tim Buisson – Place Gre’net

L’entrée du site de STMicroelectronics à Grenoble. © Tim Buisson – Place Gre’net

Le mécon­ten­te­ment monte chez STMicroelectronics après l’an­nonce de la non aug­men­ta­tion des salaires pour 2020. Une déci­sion qui a du mal à pas­ser chez les sala­riés grévistes.

 

Ces der­niers ont ainsi entamé une grève illi­mi­tée le jeudi 5 novembre à l’ap­pel de la CFDT, la CGT et le CAD (Collectif auto­nome et démo­cra­tique).

 

Depuis, les mou­ve­ments se pour­suivent par­tout en France et notam­ment en Isère, sur les sites de Crolles et de Grenoble. Pour l’ins­tant, la direc­tion n’a pas donné de suite à leurs revendications.

 

 

Les syndicats maintiennent la pression sur la direction

 

Les syn­di­cats appellent ainsi à une nou­velle jour­née de mobi­li­sa­tion le jeudi 12 novembre. « On main­tient la pres­sion », insiste David Majewski, délé­gué syn­di­cal CGT sur le site de Crolles. D’autant plus que la pro­duc­tion com­mence à être tou­chée. Ce qui risque de retar­der la livrai­son des commandes.

 

Les salariés grévistes de STMicroelectronics lancent un nouvel appel à la grève pour amplifier le mouvement. © Tim Buisson – Place Gre’net

Les sala­riés gré­vistes de STMicroelectronics lancent un nou­vel appel à la grève jeudi 12 novembre pour ampli­fier le mou­ve­ment. © Tim Buisson – Place Gre’net

En tout, 480 sala­riés ont par­ti­cipé au mou­ve­ment de grève depuis le début des mobi­li­sa­tions. Sachant que le site de Crolles compte 4 300 salariés.

 

Cette forte mobi­li­sa­tion ne s’é­tait pas pro­duite depuis 2012, alors que les sala­riés gré­vistes récla­maient déjà des aug­men­ta­tions de salaire. Ils avaient fina­le­ment obtenu gain de cause avec 70 euros d’augmentation.

 

 

Seconde phase de grève à STMicroelectronics

 

« À par­tir de jeudi, c’est le lan­ce­ment de la seconde phase de grève », pré­cise David Majewski. Avec tou­jours le même mot d’ordre : une aug­men­ta­tion des salaires pour 2020. Idem pour la méthode, avec un arrêt total du tra­vail ou pen­dant la moi­tié de la jour­née afin de frei­ner la production.

 

Le syn­di­ca­liste craint éga­le­ment un creu­se­ment des inéga­li­tés qui pour­raient s’am­pli­fier avec le ver­se­ment de primes indi­vi­duelles liées à la pro­duc­ti­vité. Les sala­riés mobi­li­sés sont, pour la grande majo­rité, des ouvriers, des admi­nis­tra­tifs et des tech­ni­ciens ainsi que des agents de maî­trise. Sans oublier quelques ingé­nieurs et cadres.

 

Tim Buisson

 

LE PCF* et EELV soutiennent la grève à STMicroelectronics

 

Plusieurs dizaines de salariés se sont mobilisés sur le site de Grenoble pour protester contre la non augmentation de leurs salaires en 2020. © Tim Buisson – Place Gre’net

Plusieurs dizaines de sala­riés se sont mobi­li­sés sur le site de Grenoble pour pro­tes­ter contre la non aug­men­ta­tion de leurs salaires en 2020. © Tim Buisson – Place Gre’net

Les groupes locaux du Parti com­mu­niste fran­çais et d’Europe Écologie Les Verts du Grésivaudan apportent cha­cun leur sou­tien aux sala­riés de STMicroelectronics en grève à Crolles.

 

En cause : le fait que la mul­ti­na­tio­nale engrange les béné­fices mal­gré le contexte sani­taire, et table sur 165 mil­lions d’eu­ros de divi­dendes pour cette année.

 

Et le PCF de rap­pe­ler que l’entreprise a reçu, au titre du plan nano 2022, « 800 mil­lions d’euros sur 5 ans d’argent public ». Il exige ainsi « que les aides publiques et les allè­ge­ments de coti­sa­tions ou impôts en direc­tion des grandes entre­prises soient condi­tion­nés à des objec­tifs pré­cis et un contrôle strict en matière de résul­tats pour l’emploi, les salaires et la tran­si­tion éner­gé­tique ».

 

Même son, de cloche, du côté de la sec­tion locale dEELV : « Il est néces­saire de condi­tion­ner ces aides à des contre­par­ties sociales et envi­ron­ne­men­tales ». Sachant que « l’en­tre­prise béné­fi­cie du cré­dit d’impôt pour la com­pé­ti­ti­vité et l’emploi (CICE), du cré­dit impôt recherche (CIR) et des plans Nano 2012, 2017 et 2022 ». Enfin, les éco­lo­gistes sou­haitent que les conseils d’ad­mi­nis­tra­tion des entre­prises soient com­po­sés pour moi­tié de salariés.

 

* Article mis à jour le 12 novembre à 10 heures, pour y inté­grer le sou­tien du PCF, qui avait été omis.

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Tim Buisson

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

L'entrée du site de STMicroelectronics à Grenoble. © Tim Buisson – Place Gre’net
STMicroelectronics : les syndicats appellent au boycott de l’enquête « employee survey » de la direction

  FLASH INFO - Les syndicats de STMicroelectronics ont lancé un appel au boycott de l'enquête "employee survey" commanditée par la direction. En cause : Lire plus

Salariés en tenue à l'intérieur de l'usine STMicroelectronics de Crolles. © Artechnic
STMicroelectronics et Mentor, société de Siemens, s’associent dans le cadre du plan Nano 2022

  EN BREF - STMicroelectronics et Mentor, filiale de Siemens, annoncent leur coopération au sein du plan Nano 2022. Un programme de travaux et d'investissements Lire plus

L'entrée du site de STMicroelectronics à Grenoble. © Tim Buisson – Place Gre’net
STMicroelectronics accusé d’intimider les grévistes à Crolles et de recourir insuffisamment au télétravail

  FOCUS - Alors que le mouvement de grève se durcit en Isère sur les sites de STMicroelectronics, les syndicats dénoncent des "intimidations" et des Lire plus

Plusieurs dizaines de salariés se sont mobilisés sur le site de Grenoble pour protester contre la non augmentation de leurs salaires en 2020. © Tim Buisson – Place Gre’net
STMicroelectronics : des salariés de Grenoble et Crolles en grève pour protester contre le gel des salaires

  FOCUS - Les salariés de STMicroelectronics protestent contre la non-augmentation de leur salaire en 2020. La direction explique, quant à elle, préférer rester prudente Lire plus

A Crolles, STMicro réduit la moitié de ses effectifs à la production jusqu'au 2 avril. Insuffisant pour la CGT qui réclame l'arrêt total de la production.
STMicroelectronics propose une prime, l’inspection du travail juge les mesures de protection insuffisantes

  DÉCRYPTAGE - À Crolles en Isère, le fabricant de puces électroniques STMicroelectronics instaure une prime de présence de 300 euros pour ses salariés mobilisés en Lire plus

A Crolles, STMicro réduit la moitié de ses effectifs à la production jusqu'au 2 avril. Insuffisant pour la CGT qui réclame l'arrêt total de la production.
ST Micro Crolles : la CGT dénonce des émissions de gaz à effet de serre délibérées

  FOCUS - Quelles quantités de gaz à effet de serre produites par STMicro à Crolles ont été rejetées dans l'atmosphère ? Alors que la Lire plus

Flash Info

|

04/12

22h49

|

|

03/12

12h21

|

|

03/12

10h25

|

|

03/12

9h49

|

|

02/12

22h42

|

|

02/12

18h18

|

|

02/12

11h21

|

|

02/12

8h30

|

|

01/12

14h28

|

|

01/12

11h39

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin