Rencontres ciné montagne : maintenue en partie sur écrans, l’édition 2020 s’adapte au confinement

sep article



 

FOCUS – La Ville de Grenoble maintient les 22e Rencontres ciné montagne du 3 au 7 novembre 2020 mais s’adapte à l’évolution de la situation sanitaire. Ainsi – confinement oblige – les films ne seront-ils pas projetés dans les quinze salles partenaires, comme initialement prévu, mais diffusés sur le site Ciné montagne et sur TéléGrenoble. Par ailleurs, la Ville de Grenoble annule les temps “en présentiel”, tandis que les Rencontres montagnes et sciences sont reportées sine die.

 

 

L'affiche des 22e Rencontre ciné montagne. © Ville de Grenoble

L’affiche des 22e Rencontres ciné mon­tagne. © Ville de Grenoble

Figurant parmi les rares évé­ne­ments encore pro­gram­més en cette année 2020, les 22e ren­contres Ciné mon­tagne vont bien se dérou­ler à Grenoble du 3 au 7 novembre 2020. L’événement garde donc le cap mais sous une forme dégra­dée autant qu’i­né­dite ; le tout dans le res­pect des mesures dues à la crise sani­taire.

 

Si l’or­ga­ni­sa­tion avait tiré un trait sur des ren­contres se dérou­lant comme à l’ac­cou­tu­mée dans l’en­ceinte du Palais des sports, quinze salles par­te­naires devaient tout de même dif­fu­ser les films pro­gram­més chaque soir. De quoi main­te­nir une cer­taine pré­sence du public et des réa­li­sa­teurs à ce fes­ti­val comp­tant habi­tuel­le­ment des dizaines de mil­liers de spec­ta­teurs. Ça, c’é­tait le plan B.

 

Puis le confi­ne­ment imposé par le gou­ver­ne­ment à comp­ter du 30 octobre est venu tout cham­bou­ler. Adieu donc les pro­jec­tions publiques ! Il a fallu pas­ser au plan C. À savoir la dif­fu­sion gra­tuite à 20 h 30 chaque soir des films sélec­tion­nés sur le site Ciné mon­tagne et sur TéléGrenoble1Canal 38 de la TNT. Sur Orange, les canaux 30 et 348,  Numéricable, 30 et 477. Mais aussi SFR sur 477, Free 30 et 903 et enfin Bbox, sur les canaux 30 et 316.

 

« C’est une déci­sion que nous avions anti­ci­pée s’il s’a­vé­rait que les pro­jec­tions en salle deve­naient impos­sibles », tient à pré­ci­ser Claus Habfast, conseiller muni­ci­pal délé­gué à la mon­tagne.

 

 

Chaque soir, les rencontres Ciné montagne vont proposer un film « majeur »

 

Voilà donc des films « pour s’évader… depuis son canapé ! », plai­sante l’or­ga­ni­sa­tion, fai­sant contre mau­vaise for­tune bon cœur. Reste « qu’il y a des films très forts dans cette édi­tion. Nous nous sommes inter­ro­gés sur la diver­sité des pra­tiques. On a pleuré, on a ri et chaque soir nous pro­po­sons un film majeur », décrit Sophie Cuenot, membre du comité de sélec­tion. Ce avant que ne soit pro­je­tée, en forme d’a­vant-goût, l’ac­croche (tea­ser) du fes­ti­val Ciné mon­tagne.

 

De gauche à droite : Pierre-Loïc Chambon, directeur de la Mission montagne, Sophie Cuenot, membre du comité de sélection et Claus Habfast, conseiller municipal délégué à la montagne. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Pierre-Loïc Chambon, direc­teur de la Mission mon­tagne, Sophie Cuenot, membre du comité de sélec­tion et Claus Habfast, conseiller muni­ci­pal délé­gué à la mon­tagne. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Que pro­posent les ren­contres du cinéma de mon­tagne cette année ? Malgré le côté “dis­tan­ciel”, il y aura bien une soi­rée d’ou­ver­ture le mardi 3 novembre avec « quatre films dont une avant-pre­mière », com­mence à détailler Timothée Courtois, coor­di­na­teur de l’é­vé­ne­ment. En l’oc­cur­rence, le film L’Escalade libé­rée du réa­li­sa­teur Benoît Regord dans lequel Antoine Le Menestrel, ancien grim­peur de haut niveau, raconte « son his­toire d’amour avec la falaise de Buoux »

 

Le len­de­main, mer­credi 4 novembre, c’est « l’ap­proche mon­tagne douce » qui est pri­vi­lé­giée, indique Thimotée Courtois. Notamment avec le court-métrage Paroles de jeunes en mon­tagne, met­tant en avant le pro­gramme épo­nyme  de la Ville de Grenoble. Ledit pro­gramme per­met­tant aujourd’­hui à plus de 400 jeunes gre­no­blois la décou­verte des mas­sifs envi­ron­nants et les acti­vi­tés de mon­tagne. Au cours de cette soi­rée, il sera éga­le­ment ques­tion de pas­to­ra­lisme, d’al­pi­nisme au fémi­nin et d’une high­line ten­due entre les aiguille d’Arves.

 

 

Des voyages vers des montagnes inconnues et la découverte de parcours de vie

 

Pour la soi­rée du jeudi 5 novembre, place aux voyages vers les mon­tagnes incon­nues d’Asie cen­trale, sur la route de la soie, en Chine ou encore au Vietnam. Au pro­gramme ? « Des som­mets moins connus que l’Himalaya mais très dif­fi­ciles », assure le coor­di­na­teur du fes­ti­val. Qui invite à mar­cher sur les traces des alpi­nistes du temps de Staline avec Vers les monts célestes, « un voyage immer­sif » retra­çant une expé­di­tion au Kirghizistan.

 

Rencontres Ciné montagne de Grenoble. © Ville de Grenoble

© Ville de Grenoble

 

« Figures en mon­tagnes », tel est le thème en fili­grane des trois films pro­po­sés durant l’a­vant-der­nière soi­rée du 6 novembre. Au cours de laquelle le film Climbing blind, va retra­cer le par­cours de Jesse Dufton, né mal­voyant, à la pour­suite d’un grand défi. Celui d’être le pre­mier défi­cient visuel à esca­la­der en tête l’emblématique Old Man of Hoy en Écosse. « Impressionnant ! », com­mente, admi­ra­tif, Thimothée Courtois.

 

Enfin, le fes­ti­val s’a­chè­vera par une soi­rée dédiée aux « mon­tagnes nomades ». Là aussi, des voyages en pers­pec­tive condui­sant des Pyrénées au Groenland en pas­sant par l’Afghanistan et la très loin­taine Polynésie.

 

 

Report des Rencontres montagnes et sciences et annulation des temps “en présentiel”

 

Quid des Rencontres mon­tagnes et sciences qui devaient se dérou­ler le 7 novembre ? « Reportées », indique la Ville de Grenoble sur le site de l’é­vé­ne­ment sans pré­ci­ser à quelle date. Quant aux mul­tiples évé­ne­ments “en pré­sen­tiel”, la Ville les a annu­lés compte tenu des nou­velles res­tric­tions en vigueur. Ainsi, cette année faut-il faire une croix défi­ni­tive sur les tables rondes, dédi­caces et autres expo­si­tions.

 

Il en est de même pour toutes les ani­ma­tions pré­vues le mer­credi 4 novembre dans le cadre de l’après-midi gra­tuite en famille.Notamment la pro­jec­tion au théâtre Prémol ou les ate­liers ludiques des­ti­nés aux plus jeunes au muséum de Grenoble.

 

© Ville de Grenoble

© Ville de Grenoble

Pas de com­pé­ti­tion non plus lors de ce fes­ti­val Ciné mon­tagne. Le seul prix exis­tant sera celui du public.

 

Ainsi, du 3 au 7 novembre, les télé­spec­ta­teurs pour­ront-ils voter avec une appli­ca­tion pour élire le meilleur film. Il se verra récom­pensé d’une dota­tion de 2 000 euros offerte par la Ville de Grenoble.

 

Quant aux recettes de billet­te­rie habi­tuel­le­ment des­ti­nées à finan­cer le pro­gramme Jeunes en Montagne, ces der­nières dis­pa­raissent méca­ni­que­ment du fait des adap­ta­tions dues à la crise sani­taire. Aussi, la Ville assure-t-elle « qu’elle conti­nuera à sou­te­nir l’association pour le main­tien de son acti­vité ».

 

Joël Kermabon

 

1 Sur le canal 38 de la TNT. Sur Orange, les canaux 30 et 348, Numéricable, 30 et 477. Mais aussi SFR sur 477, Free 30 et 903 et enfin Bbox sur les canaux 30 et 316.

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
2420 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.