A Grenoble, la cession de la clinique mutualiste au groupe privé Doctegestio actée

sep article

FIL INFO – Comme attendu, la cession de la clinique mutualiste de Grenoble par le groupe privé Doctegestio a été actée, validée par le conseil d’administration de l’union mutualiste. A suivre ? La Métropole de Grenoble, farouchement opposée à cette reprise, avait brandi la menace de faire valoir son droit de préemption.

 

 

La clinique d'Alembert à Grenoble, qui appartient au groupement hospitalier mutualiste, vendue demain au privé ? © Patricia Cerinsek

La cli­nique d’Alembert à Grenoble, qui appar­tient au grou­pe­ment hos­pi­ta­lier mutua­liste, pro­priété de Doctegestio © Patricia Cerinsek

C’est acté. Doctegestio est depuis ce 9 octobre aux manettes de la cli­nique mutua­liste de Grenoble. Sans sur­prise et mal­gré un ultime coup de semonce de la Ville et de la Métropole de Grenoble, le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de l’u­nion mutua­liste a validé l’offre de reprise  du grou­pe­ment hos­pi­ta­lier mutua­liste (GHM) du groupe privé.

 

Jusque-là action­naire majo­ri­taire, Adrea Mutuelle cède donc ses parts, de même que la Mutualité fran­çaise de l’Isère, à Doctecare et aux Mutuelles de France du Var, deux mutuelles de Doctegestio.

 

Un pas­sage de relais qui s’est tra­duit par un chan­ge­ment de gou­ver­nance. Nouveau conseil d’ad­mi­nis­tra­tion est donc nou­veau bureau et nou­veau pré­sident. Bernard Bensaid, le pré­sident du groupe Doctegestio, s’as­soit ainsi dans le fau­teuil de pré­sident de la nou­velle union mutua­liste.

 

Un groupe qui en dix ans s’est fait une spé­cia­lité de reprendre les éta­blis­se­ments en dif­fi­culté. Entre 2010 et 2020, cent vingt struc­tures sont ainsi tom­bées dans son escar­celle. Non sans quelques couacs, et notam­ment en matière de ges­tion du per­son­nel.

 

 

Bernard Bensaid, président de Doctegestio, devient président de l’UM-GHM

 

« Lors de ce chan­ge­ment de gou­ver­nance, tous les postes, les acquis sociaux et les conven­tions col­lec­tives sont main­te­nus », a ras­suré l’o­pé­ra­teur privé dans un com­mu­ni­qué. Lequel s’est éga­le­ment engagé à se coor­don­ner avec les autres acteurs de santé du ter­ri­toire » afin de pri­vi­lé­gier une approche ter­ri­to­riale de l’offre de soins ».

 

A suivre ? Quarante-huit heures avant la déci­sion finale, la Ville et la Métropole de Grenoble, farou­che­ment oppo­sées à cette reprise, ten­taient un (ultime ?) coup de semonce. Mais la menace de la Métro d’u­ser de son droit de pré­emp­tion n’a mani­fes­te­ment pas entravé le cours du vote.

 

Contactée sur la suite qu’elle envi­sa­geait de don­ner à cette ces­sion désor­mais effec­tive, la Métro n’a­vait à la publi­ca­tion de l’ar­ticle pas répondu à nos sol­li­ci­ta­tions.

 

 

Patricia Cerinsek

 

commentez lire les commentaires
2419 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.