Éric Piolle écrit à Olivier Véran pour réclamer plus de dialogue et de transparence du gouvernement

sep article



 

EN BREF – Le maire de Grenoble adresse une lettre à Olivier Véran, ministre de la Santé, où il s’interroge sur la réelle volonté de dialogue du gouvernement vis-à-vis des collectivités. Et appelle l’État à davantage de transparence quant aux scénarios envisagés face à l’épidémie de Covid-19, notamment dans les secteurs les plus touchés.

 

 

« Un esprit taquin pour­rait faire valoir que de concer­ta­tion, il n’en est au fond pas vrai­ment
ques­tion, et que l’État cherche […] à don­ner à croire que les col­lec­ti­vi­tés sont dans un pre­mier temps écou­tées avant d’être, in fine, tenues pour res­pon­sable de la situa­tion sani­taire de leur ter­ri­toire ». Ainsi s’ex­prime le maire de Grenoble, dans un cour­rier en date du 6 octobre 2020, adressé au ministre de la Santé Olivier Véran.

 

Éric Piolle appelle l'État à la transparence. Éric Piolle (en fond) et Olivier Véran © Joël Kermabon - Place Gre'net

Éric Piolle (en fond) et Olivier Véran © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Éric Piolle compte-t-il parmi ces « esprits taquins » ? L’édile s’in­ter­roge en tout cas sur les « points pro­blé­ma­tiques » fai­sant suite à son entre­vue avec le Premier ministre, le jeudi 1er octobre. Une ren­contre par visio­con­fé­rence entre Jean Castex et plu­sieurs maires de France pour anti­ci­per un pas­sage en alerte maxi­male et « tra­vailler de concert et en toute trans­pa­rence », pour reprendre les termes du maire de Grenoble.

 

 

Éric Piolle demande un temps plus long pour évaluer les mesures prises

 

Une plus grande transparence demandée par Eric Piolle à l'Etat. Eric Piolle lors de sa réélection par le conseil municipal de Grenoble © Corentin Bemol - Place Gre'net

Eric Piolle lors de sa réélec­tion par le conseil muni­ci­pal de Grenoble © Corentin Bemol – Place Gre’net

Reste qu’Éric Piolle exprime à pré­sent des doutes sur les inten­tions réelles du gou­ver­ne­ment. « Quelques minutes après votre inter­ven­tion, le Premier ministre a annoncé que si les mesures que nous pren­drions n’a­vaient pas les effets escomp­tés, l’État déci­de­rait de ce qu’il convient de faire », écrit-il à Olivier Véran. Soit sans prendre en compte le déca­lage natu­rel entre une stra­té­gie et ses effets sur l’é­pi­dé­mie ?

 

« Comment peut-on éva­luer des mesures ou des choix stra­té­giques dans un délai inadapté à la concré­ti­sa­tion de ces mesures ? », demande dès lors Éric Piolle. Qui plaide pour « un temps plus long accordé aux col­lec­ti­vi­tés pour éva­luer véri­ta­ble­ment l’im­pact des choix qu’elles pré­co­nisent à l’État et à vous-même ».

 

 

Un défaut de transparence

 

Autre point jugé pro­blé­ma­tique : un défaut de trans­pa­rence vis-à-vis des élus comme de la popu­la­tion. Le maire de Grenoble fus­tige ainsi « l’ab­sence de connais­sance […] des scé­na­rios que l’État éla­bore pour les semaines et mois qui viennent ». Et notam­ment sur les scé­na­rios de recon­fi­ne­ment par­tiel. En pre­nant pour exemple la mise en place de couvre-feus, de confi­ne­ments sur cer­tains ter­ri­toires ciblés, ou encore pour cer­taines caté­go­ries d’âge.

 

Éric Piolle appelle l'État au dialogue et à la transparence . Éric Piolle craint des semaines et des mois "d'une violence inouïe" © Florent Mathieu - Place Gre'net

Éric Piolle craint des semaines et des mois « d’une vio­lence inouïe » © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Ces scé­na­rios, nous devons les connaître, les citoyens et les citoyennes doivent les connaître », insiste Éric Piolle. Qui croit peu en un effet de panique, mais consi­dère au contraire qu’une telle connais­sance pour­rait « ras­su­rer » et « don­ner à l’en­semble de la popu­la­tion des prises de com­pré­hen­sion sur cette situa­tion ».

 

 

Des semaines et des mois « d’une violence inouïe »

 

Olivier Véran était député de l'Isère avant d'être nommé ministre de la Santé © Public Sénat

Olivier Véran était député de l’Isère avant d’être nommé ministre de la Santé © Public Sénat

Pas si ras­suré que cela, le maire de Grenoble pré­voit pour sa part des « semaines et mois qui viennent […] d’une vio­lence inouïe ». Le Covid ? Pas seule­ment. Éric Piolle craint sur­tout « l’é­pi­dé­mie de pau­vreté et de vio­lence, phy­siques et sociales qui s’an­nonce ». Et qui vien­drait s’a­jou­ter aux situa­tions de pré­ca­rité, de chô­mage, de vio­lences conju­gales ou de rup­tures de prises en charge déjà obser­vées à la suite du confi­ne­ment.

 

« Une plus grande trans­pa­rence et une plus grande écoute ne peuvent nuire à la ges­tion de la pan­dé­mie, elles sont la réponse à ce bou­le­ver­se­ment total de nos socié­tés », consi­dère enfin le maire de Grenoble. Qui attend donc de l’État « davan­tage d’in­for­ma­tions », pour mieux « tra­vailler à amor­tir le choc et face à cette vague d’une autre nature qui arrive ».

 

Florent Mathieu

 

Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
2298 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. il faut l’i­gno­rer. Ce per­son­nage a déjà com­mencé sa com­pagne élec­to­rale et il ne faut sur­tout pas lui don­ner de la publi­cité gra­tuite. A GRENOBLE, c’est exac­te­ment Piolle et sa bande des fous du quar­tier, qui ont le plus contri­bué au chan­ge­ment de la situa­tion démo­gra­phique et sociale, en chas­sant les classes moyennes du centre ville et en invi­tant les migrants, les mino­ri­tés, les assis­tés de toutes sortes, bref, sa base élec­to­rale.

    sep article
  2. Ah oui Eric Piolle ? Dialogue et trans­pa­rence ? Ce n’est pas le 1er Avril pour­tant ? 😒

    sep article
  3. Une com” par jour, c’est ça être maire ?

    sep article
  4. Son objec­tif ? Occuper sans cesse le ter­rain média­tique avec des coups de men­ton et des leçons de morale pour mas­quer l’absence totale d’initiatives locales struc­tu­rées et de vision métro­po­li­taine sur les grands pro­blèmes de société… Le pro­phète Piolle tourne doré­na­vant tota­le­ment à vide autour de son orbite pré­si­den­tielle. C’est un tableau pathé­tique et exas­pé­rant de la poli­tique pour tous les les démo­crates de gauche dès lors que les verts bas­culent allè­gre­ment dans le popu­lisme et l’anti poli­tique pri­maire. Et que dire quand le vert sévère évoque en argu­ment déci­sif les « pauvres » alors que son équipe a tota­le­ment déserté le 38100. C’est juste hon­teux !

    sep article