Des « handi-citoyens » de l’Alliance citoyenne passent à l’action pour circuler sans entraves à Grenoble

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

REPORTAGE VIDÉO – Ce jeudi 9 juillet 2020, la section « handi-citoyens » de l’Alliance citoyenne a organisé une session de collage d’autocollants dans Grenoble. Cette action consistait à sillonner la ville pour déterminer les espaces publics non accessibles aux personnes en situation de handicap. De quoi formuler des demandes précises à la Ville de Grenoble ou à la Métropole concernant l’aménagement de la voirie.

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

La cha­leur acca­blante de ce jeudi 9 juillet n’a pas dis­suadé une ving­taine de per­sonnes han­di­ca­pées de se retrou­ver à 17 heures devant la gare pour une « vaste opé­ra­tion de col­lage » dans la ville, à l’ap­pel du « syn­di­cat (sic) des handi-citoyens » de l’Alliance citoyenne de Grenoble. Une asso­cia­tion notam­ment connue pour ses actions chocs en faveur des femmes voi­lées, visant à chan­ger le règle­ment inté­rieur des pis­cines pour y auto­ri­ser le bur­qini ou à ouvrir les portes des salles de sport au hijab.

 

Cette nou­velle action, menée cette fois en faveur des per­sonnes han­di­ca­pées, visait à mettre en lumière les dif­fi­cul­tés et obs­tacles ren­con­trés au quo­ti­dien entra­vant « leur liberté de cir­cu­ler dans l’espace public ». Car, bien que Grenoble soit cou­ron­née du titre de la ville la plus acces­sible de France, du che­min reste à faire, estiment les mili­tants. « Il reste des quar­tiers où les dépla­ce­ments sont dif­fi­ciles, notam­ment dans le centre-ville ou à Saint-Bruno », a ainsi constaté Murielle, l’une de ces handi-citoyens.

 

 

Repérer les espaces publics inaccessibles

 

Ainsi, deux heures durant ont-ils sillonné les deux quar­tiers poin­tés du doigt, accom­pa­gnés d’adhé­rents valides de l’as­so­cia­tion. L’objectif ? Déterminer, recen­ser et géo­lo­ca­li­ser les espaces publics inac­ces­sibles ou entra­vant leur pro­gres­sion.

 

Deux des quatre étiquettes autocollantes. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Deux des quatre éti­quettes auto­col­lantes. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Voitures mal garées, pou­belles encom­brant les trot­toirs, poteaux et pote­lets gênant le pas­sage, trous sur la voi­rie, empiè­te­ment des ter­rasses sur l’es­pace pié­ton… Autant d’en­traves, cer­taines insur­mon­tables, pour ces per­sonnes cir­cu­lant en fau­teuil rou­lant, avec un déam­bu­la­teur ou à l’aide de béquilles.

 

La méthode ? À chaque obs­tacle son éti­quette auto­col­lante, choi­sie selon la gêne occa­sion­née et col­lée sur l’ob­jet du délit. Le tout dans une bonne humeur favo­ri­sant les contacts avec les pas­sants, sou­vent curieux d’en savoir plus.

 

 

 

 

En France, 9 personnes handicapées sur 10 ont des difficultés à se déplacer

 

L’objectif de cette action ? « Établir un diag­nos­tic des espaces publics acces­sibles ou non », explique l’Alliance citoyenne. « Il pourra ser­vir de base pour for­mu­ler des demandes pré­cises à la mai­rie ou à la Métropole sur l’aménagement de la voi­rie », com­plète l’as­so­cia­tion.

 

Reste que l’en­jeu est impor­tant pour une ville comme Grenoble « où l’on estime à 4 800 le nombre de per­sonnes uti­li­sant un fau­teuil rou­lant », indique-t-elle. De sur­croît, selon une étude de l’Ifop de jan­vier 2020, seule­ment 30 % des Grenoblois à mobi­lité réduite « déclarent n’avoir jamais ou rare­ment subi de gêne dans leurs dépla­ce­ments ».

 

Une poubelle gêne en plein milieu du trottoir. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Une pou­belle gêne en plein milieu du trot­toir. © Joël Kermabon – Place Gre’net

À l’é­chelle natio­nale, 3,5 mil­lions de per­sonnes sont à mobi­lité réduite dont 650 000 en fau­teuil. « En France, 9 per­sonnes sur 10 ren­contrent des dif­fi­culté pour se dépla­cer », alerte l’Alliance citoyenne. Pour autant, le com­bat des handi-citoyens ne se résume pas à la seule acces­si­bi­lité des espaces publics.

 

« On se bat aussi pour que les bailleurs sociaux mettent en place des contrats d’ascensoriste 24h/24h et qu’on ne soit plus pri­son­niers de nos loge­ments », rap­pellent-ils.

 

L’occasion pour l’Alliance citoyenne de por­ter son mes­sage mili­tant, mêlant res­pect de la loi fran­çaise et reven­di­ca­tion de nou­veaux droits pour les femmes voi­lées. « Que ce soit les femmes por­tant le voile, les loca­taires de loge­ments sociaux ou les per­sonnes à mobi­lité réduite, on se bat tous pour plus de jus­tice et contre les dis­cri­mi­na­tions ren­con­trées au quo­ti­dien ».

 

Joël Kermabon

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
3788 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Bonjour
    La popu­la­tion est de moins en moins infor­mée.
    Comment veux tu l’être, quand la plus grande par­tie des médias est sub­ven­tion­née.… C’est juste impos­sible.
    Celui qui com­mande est celui qui paie.
    Quand c’est gra­tuit, c’est que tu es le pro­duit

    Il y a des règles qui sont par­fois intan­gibles.

    BENYOUB. A

    sep article
  2. L’alliance (de mani­pu­la­tion) citoyenne vécue de l’in­té­rieur :
    https://www.ledauphine.com/isere-sud/2019/07/18/isere-societe-grenoble-apres-l-affaire-du-burkini-elles-ont-choisi-de-quitter-l-alliance-citoyenne
    « Moi … quand j’ai voulu dire non à l’opération bur­qini, on m’a dit de la fer­mer. »
    « Moi ce qui me fait prendre du recul, c’est quand j’ai appris que l’alliance don­nait des for­ma­tions rému­né­rées à des par­tis poli­tiques, comme les Verts ou les Insoumis ».
    « Vous auriez dû voir l’un des cadres péter de joie quand il y a eu le pre­mier repor­tage sur France 3 sur le bur­qini. »

    sep article
  3. Bonjour
    Voilà une bonne ini­tia­tive qui est plus dans les cordes de cette asso­cia­tion.
    Nous avons passé plus de 18 mois pour qu’elle voit le jour et pou­voir aider la popu­la­tion à réduire les inégalités,les injus­tices.
    Alliance Citoyenne doit être apo­li­tique c’est le seul moyen de garan­tir son exis­tence.
    Le misé­ra­bi­lisme poli­tique est capable de tout pour être élu,voir réélu.….Hier Mr Piolle a fait une inter­ven­tion sur les cours d’écoles des éta­blis­se­ments scolaires.…..Une véri­table leçon de politique,où com­ment se laver les mains de toutes accu­sa­tions.…
    Est-ce que vous êtes au cou­rant que vos res­pon­sables sont bras des­sus des­sous avec les poli­tiques ?

    BENYOUB.A

    BENYOUB.A

    sep article
  4. Toutes ces per­sonnes en fau­teuil ne seraient pas ins­tru­men­ta­li­sées par la fumeuse alliance citoyenne ? Ce n’est pas pour faire admettre le voile ou le tcha­dor porté par cer­taines accom­pa­gna­trices ?
    Elles veulent faire la pige à l’Association des Paralysés de France ?
    Reduire le han­di­cap au han­di­cap phy­sique des per­sonnes en fau­teuil c’est bien mal connaître le milieu et les amé­na­ge­ments néces­saires pour amé­lio­rer la vie de TOUTES les per­sonnes han­di­ca­pées.

    sep article