Fête de la musique à Grenoble : une édition 2020 coronavirus-compatible singulière et inédite

sep article



 

REPORTAGE VIDÉO – Oubliés la distanciation physique et les gestes barrières. Ce dimanche 21 juin 2020, malgré les restrictions imposées par la crise sanitaire, la Fête de la musique a attiré la foule dans les rues de Grenoble. Après la disette festive traversée pendant trois mois, l’heure était au relâchement, au grand dam des autorités sanitaires.

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Le coro­na­vi­rus sem­blait n’être qu’un loin­tain sou­ve­nir à Grenoble, ce dimanche 21 juin 2020, pre­mier jour de l’été consa­cré comme tous les ans à la Fête de la musique depuis 1982. Oubliés la dis­tan­cia­tion phy­sique, les masques et les gestes bar­rières !

 

Frustrés après une disette fes­tive de trois mois, les Grenoblois se sont ras­sem­blés dans les rues, fai­sant fi des règles impo­sées pour évi­ter les conta­mi­na­tions. « On peut célé­brer la musique en gar­dant les dis­tances et en res­tant pru­dents », avait pour­tant mis en garde Franck Riester, le ministre de la Culture. Manifestement, pas grand monde ne l’a écouté et ce alors même que les ras­sem­ble­ments de plus de dix per­sonnes res­taient inter­dits.

 

 

Des prestations de DJ ou de petits groupes

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

Joueur de cor­ne­muse devant le Kiltin” Brewpub, 9 rue Chenoise. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Pour cette Fête de la musique cen­sée être “coro­na­vi­rus-com­pa­tible”, l’offre musi­cale n’a pas été à la hau­teur de celle des années pas­sées.

 

En effet, la Ville de Grenoble n’ayant pas auto­risé les occu­pa­tions tem­po­raires de la voie publique, aucun groupe n’a pu s’ins­tal­ler pour expo­ser son talent. D’ailleurs, la police veillait au grain et a empê­ché quelques musi­ciens de se pro­duire à même la rue.

 

Côté bars et res­tau­rants, c’é­tait guère mieux. Si les exploi­tants pou­vaient orga­ni­ser des concerts sur leurs ter­rasses ou à l’intérieur de leurs éta­blis­se­ments, ils avaient pour consigne de veiller « à ce que des attrou­pe­ments ne se forment pas sur l’espace public ». Mission impos­sible pour beau­coup de gérants qui se sont rabat­tus sur des pres­ta­tions de DJ ou de petites for­ma­tions musi­cales, beau­coup plus faciles à orga­ni­ser. Malgré cette offre musi­cale réduite, la bonne humeur était au ren­dez-vous.

 

 

Joël Kermabon

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
4900 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. sep article
  2. La Fête de la Musique est un droit de l’Homme (enfin de l’Humain.…).
    🙁

    sep article