« Éric Piolle doit préempter la Bastille » exhorte Alain Carignon, candidat aux municipales

sep article



 

FIL INFO – Alain Carignon, opposant à Éric Piolle aux municipales 2020, dénonce à nouveau la bétonisation en cours de la Bastille. Le motif de son dernier coup d’éclat ? La récente mise en vente de l’ancien Institut de géographie alpine sur Le bon coin, en vue de sa transformation en résidence étudiante ou pour les touristes.

 

 

Éric Piolle doit préempter la Bastille selon Alain Carignon.L'ancien institut de géographie alpine. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Ancien ins­ti­tut de géo­gra­phie alpine. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Implanté sur les contre­forts de la Bastille, l’an­cien Institut de géo­gra­phie alpine (IGA) d’une super­fi­cie de 3 300 m² sur 2,4 hec­tares se trouve dans un piteux état.

 

Inoccupé depuis des années, l’IGA a été vendu à un pro­mo­teur privé en 2011. Depuis, rien ne se pas­sait. Et voilà que le bâti­ment vient d’être mis en vente pour 1,95 mil­lion d’eu­ros sur le site de petites annonces Le Bon Coin, ce ven­dredi 13 juin 2020. L’annonce indique que le bâti­ment devra être réha­bi­lité en « rési­dence de tou­risme ou rési­dence étu­diante ».

 

 

Bétonner la Bastille, une « aberration écologique »

 

Une mise en vente sur Le Bon Coin à laquelle a réagi Alain Carignon, l’op­po­sant de droite d’Éric Piolle aux muni­ci­pales, qui fait feu de tout bois. Et l’an­cien maire RPR de Grenoble de fus­ti­ger « l’aberration éco­lo­gique qui consiste à livrer la Bastille aux pro­mo­teurs alors qu’elle devrait être la réserve gre­no­bloise de la bio­di­ver­sité ».

 

Les planches de présentation du projet de résidence hôtelière d'Axis. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les planches de pré­sen­ta­tion du pro­jet de rési­dence hôte­lière d’Axis. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Les pro­jets de réha­bi­li­ta­tion ne manquent en effet pas sur les pentes de la Bastille. L’Institut Dolomieu, voi­sin à seule­ment quelques mètres de l’IGA et dans le même état de déla­bre­ment que ce der­nier, va ainsi, lui aussi, être réha­bi­lité de fond en comble pour accueillir un pro­jet immo­bi­lier d’en­ver­gure.

 

Acquis pour 1,2 mil­lion d’eu­ros, l’Institut Dolomieu de 6 500 m2, sera trans­formé en rési­dence pour jeunes actifs et de “cowor­king par le pro­mo­teur mar­seillais Axis. La date de la livrai­son ini­tia­le­ment annon­cée pour 2021 pour­rait tou­te­fois être sen­si­ble­ment déca­lée.

 

 

À la place de l’IGA, Alain Carignon veut une ferme en bois

 

Convaincu que « la construc­tion de loge­ments et la des­serte en voi­tures sont un non-sens » sur la Bastille, Alain Carignon enjoint à Éric Piolle de pré­emp­ter ce bâti­ment, afin d’é­vi­ter sa « béto­ni­sa­tion ». D’autant que la crise sani­taire « a démon­tré la néces­sité de pré­ser­ver les espaces de res­pi­ra­tion » mar­tèle l’op­po­sant.

 

Lors de la présentation du projet. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Alain Carignon pré­sen­tant son pro­jet de faire de la Bastille un parc de la bio­di­ver­sité. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Dans cet esprit, Alain Carignon « appelle les Grenoblois à se mobi­li­ser parce que la ville d’après ne peut pas être celle d’avant : celle de la béto­ni­sa­tion à outrance ».

 

S’il est (ré)élu maire de Grenoble, Alain Carignon a annoncé qu’il démo­li­rait le bâti­ment de l’IGA pour le rem­pla­cer par une ferme pilote construite en bois, dédiée à l’agriculture et aux ani­maux de la ferme.

 

Séverine Cattiaux 

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
4212 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Vous ne pen­sez tout de même pas que cette muni­ci­pa­lité rouge va entre­prendre des mesures vertes, enfin, réel­le­ment vertes, pas le green­wa­shing mar­ke­ting habi­tuel ? Pour ça il fau­drait des éco­lo­gistes dignes de ce nom !

    sep article
  2. 1er com­men­taire modéré, je refor­mule : après avoir tenté de vendre la régie muni­ci­pale de l’eau , ce mon­sieur alors à la mai­rie, nous a déjà fait part de sa concep­tion du com­mun !

    sep article
    • PT

      16/06/2020
      16:35

      Bonjour, Merci de noter que la modé­ra­tion est faite dans les meilleurs délais mais ne peut être ins­tan­ta­née dans la mesure où il n’y a pas une per­sonne ni a for­tiori un ser­vice qui lui est dédiée.

      sep article
    • Et alors ????
      Si sur le coup il avait rai­son ?
      Je n’ai jamais voté de ma vie Carignon, ni ne le ferai le 28 juin.
      Et si ce pro­jet était mons­trueux et absurde ?
      Je m’é­tais ici même réjoui des pro­jets visant à faire dis­pa­raître ces deux énormes ver­rues que sont ces deux bâti­ments tota­le­ment lais­sés à l’a­ban­don et je m’é­tais fait remon­ter les bre­telles par des lec­teurs me signa­lant que les­dits pro­jets de réha­bi­li­ta­tion étaient absurdes.
      Et j’ai été convaincu.
      Il faut abso­lu­ment faire dis­pa­raître ces deux hor­reurs mais pas pour mettre n’im­porte quoi à la place.
      Quelle est la posi­tion de la muni­ci­pa­lité ? Il serait bon de le savoir.
      La « concep­tion du com­mun » de l’é­quipe actuelle en passe d’être recon­duite pour 6 ans, j’en parle avec vous, cher Picto, quand vous vou­lez.
      On fera en tour en ville.
      Si le com­mun c’est le bar­bouillage des façades, ce n’est pas mon com­mun.
      Et ce n’est qu’un tout petit exemple.
      Un apé­ri­tif.

      sep article
  3. Il a 200% rai­son. La Bastille, c’est la cam­pagne aux portes de la ville, c’est le bien com­mun des gre­no­blois, c’est le seul vrai parc pour tout le centre ville, de l’Isère à Paul Mistral. La vendre aux pro­mo­teurs est pire qu’une honte, pire qu’un scan­dale, c’est juste immo­ral.
    On ne peut pas s’ap­pe­ler « Grenoble en com­mun » et vendre au privé ce qui est le bien com­mun des gre­no­blois. Cela porte un nom : une escro­que­rie.
    On ne peut pas se dire éco­lo­giste et ne pas pro­té­ger le plus beau et le plus grand espace vert de la ville. Cela s’ap­pelle une une fausse décla­ra­tion d’i­den­tité, une usur­pa­tion.

    sep article
  4. Personne n’a­chè­tera. Coût de démo­li­tion trop élevé = pro­jet pas ren­table, sur­tout dans un mar­ché comme celui-ci.

    sep article
    • @GAM, les sites ont déjà été ven­dus et des finan­ce­ments ont été faits vis des sites de type Lymo (doute sur le nom, mais ce type de finan­ce­ment).
      J’ai de serieux doutes sur l’ex­ploi­ta­tion des sites, la route étant petite / il est com­pli­qué d’y mon­ter.
      Le site est superbe.… et si il fal­lait démo­lir qq chose je pro­pose la cité U qui n’est pas vrai­ment belle..;

      sep article