Grenoble adopte un plan de gestion naturelle des espaces verts

sep article



 

FOCUS – Après deux mois de confinement, la nature a repris ses droits dans les parcs et jardins de Grenoble. Fleurs sauvages et insectes font leur apparition. La municipalité a décidé d’en profiter pour revoir la gestion de ses espaces verts en privilégiant le respect des écosystèmes.

 

 

 

Le confi­ne­ment a per­turbé l’en­tre­tien des espaces verts de la ville de Grenoble. Pendant deux mois, le tra­vail des agents muni­ci­paux a en effet été réduit au strict mini­mum. À savoir, le net­toyage des parcs, l’ar­ro­sage des jeunes arbres et l’é­la­gage des branches pré­sen­tant un dan­ger pour la popu­la­tion.

 

À par­tir du 18 mai, les tra­vaux d’en­tre­tien des espaces verts ont pu pro­gres­si­ve­ment reprendre. En par­ti­cu­lier la tonte ou la fauche des pelouses des­ti­nées à un usage récréa­tif et la taille des arbustes gênants la cir­cu­la­tion, tout en lais­sant plus de place à la nature sau­vage en ville.

 

 

Une flore sauvage visible en ville

 

Les "lutins botanistes" de l'association Gentiana, quai Xavier Jouvin © Nina Soudre - Placegrenet.fr

Quand la nature reprend ses droits… © Nina Soudre – Placegrenet.fr

« Avec le confi­ne­ment, nous décou­vrons l’émergence d’une nou­velle bio­di­ver­sité et nous avons décidé d’en pro­fi­ter pour revoir notre rap­port à la nature en ville. Nous réflé­chis­sons pour voir com­ment pré­ser­ver cette nature qui s’est déve­lop­pée en ville quand l’humain était confiné. Nous espé­rons per­mettre à ces havres de bio­di­ver­sité de pros­pé­rer. Nous allons lais­ser des espaces verts moins contrô­lés, moins façon­nés par l’homme », annonce Éric Piolle, le maire éco­lo­giste de Grenoble.

 

En favo­ri­sant la nature en ville, la muni­ci­pa­lité dit vou­loir s’ins­crire plei­ne­ment dans la tran­si­tion éco­lo­gique. À l’ex­cep­tion de cer­tains parcs patri­mo­niaux (jar­din des Dauphins, place de Verdun, jar­din de ville, jar­din des plantes), l’en­semble des parcs et jar­dins de la ville aura ainsi désor­mais un espace dédié à la ges­tion natu­relle.

 

Lucille Lheureux, Adjointe aux espaces publics et à la nature en ville, présente le nouveau plan de gestion naturelle des espaces verts de la ville de Grenoble. ©Léa Meyer - Place Gre'net

Lucille Lheureux, adjointe aux espaces publics et à la nature en ville, pré­sente le nou­veau plan de ges­tion natu­relle des espaces verts de la ville de Grenoble. © Léa Meyer – Place Gre’net

« L’enjeu pour le ser­vice des espaces verts est de per­mettre aux Grenoblois de béné­fi­cier d’es­paces natu­rels, explique Lucille Lheureux, adjointe aux espaces publics et à la nature en ville. « L’idée c’est de don­ner un peu plus de place à la nature sau­vage, c’est-à-dire avec pas ou très peu d’interventions de l’homme. Dans les semaines qui viennent, on trou­vera en ville des prai­ries, des zones non fau­chées et des fleurs sau­vages et les insectes qui les accom­pagnent. »

 

Et de pré­ci­ser : « Nous sou­hai­tons lais­ser plus de place au fleu­ris­se­ment spon­tané pour revoir fleu­rir des fleurs des champs en ville et réduire pro­gres­si­ve­ment la place de l’horticulture. »

 

Les espaces verts vont être gérés plus naturellement à Grenoble. Caserne de Bonne, Grenoble © Chloé Ponset - Place Gre'net

Caserne de Bonne, Grenoble © Chloé Ponset – Place Gre’net

À Grenoble, les espaces verts occupent 440 hec­tares, soit 23 % de la sur­face com­mu­nale. Parmi eux, 240 hec­tares sont des espaces verts publics. Autant de parcs et jar­dins que les 230 agents d’en­tre­tien devront entre­te­nir dif­fé­rem­ment. L’objectif ? Permettre le déve­lop­pe­ment d’un éco­sys­tème urbain vivant et diver­si­fié.

 

« L’entretien de cette nature moins maî­tri­sée va être plus dif­fi­cile et plus exi­geant pour les agents, estime Lucille Lheureux. C’est un savoir-faire et des com­pé­tences nou­velles que va acqué­rir le ser­vice des espaces verts. Ce sera un tra­vail beau­coup plus sub­til. [Il s’a­gira de] déga­ger cer­tains espaces, tout en pré­ser­vant ces éco­sys­tèmes nou­veaux et les petits insectes qui y habitent. »

 

 

Une révolution pour les agents d’entretien des espaces verts

 

La fin du confi­ne­ment n’a pas donné lieu à un fau­chage mas­sif des espaces verts muni­ci­paux. Le fau­chage est rai­sonné et loca­lisé. La place de Verdun, par exemple, a fait l’objet d’un trai­te­ment rapide par tonte et d’autres espaces sont fau­chés tar­di­ve­ment. Cette nou­velle approche de la nature en ville oblige les 139 agents affec­tés à l’en­tre­tien des parcs et jar­dins à tra­vailler dif­fé­rem­ment.

 

Benoit Waltrou, chef du service espace verts, Grenoble ©Léa Meyer - Place Gre'net

Benoit Walbrou, res­pon­sable des espaces verts à Grenoble © Léa Meyer – Place Gre’net

« C’est un tra­vail qui pour­rait être com­paré à un peintre impres­sion­niste qui va tra­vailler par petites touches, de manière très minu­tieuse », explique Benoît Walbrou, res­pon­sable du ser­vice espaces verts de Grenoble.

 

« L’idée est d’avoir une approche sub­tile et de réflé­chir aux lieux où il est néces­saire de tondre et à ceux où on peut lais­ser la nature s’exprimer. »

 

C’est une petite révo­lu­tion pour les agents mais aussi pour les habi­tants, qui découvrent des espaces verts et des jar­dins riches en bio­di­ver­sité. Un chan­ge­ment qui pour­rait tou­te­fois déplaire à cer­tains, qui pour­raient asso­cier ces nou­velles méthodes à un manque d’en­tre­tien.

 

« C’est une approche dif­fé­rente mais nos parcs et jar­dins seront beau­coup plus riches en bio­di­ver­sité que ce qui exis­tait aupa­ra­vant. » Pourquoi ne pas l’a­voir fait alors plus tôt ? « Il y a un an, si nous avions eu cette idée, nous aurions sans doute eu des réti­cences des conci­toyens, jus­ti­fie  Benoît Walbrou. Le confi­ne­ment a mon­tré la richesse de ces espaces verts et nous per­met de lan­cer cette trans­for­ma­tion. »

 

 

Une nouvelle biodiversité à observer

 

Ces nou­veaux espaces moins contraints par l’homme per­mettent l’ap­pa­ri­tion de nou­velles espèces d’oi­seaux, de papillons et d’in­sectes, que la muni­ci­pa­lité compte obser­ver avec l’aide d’as­so­cia­tions locales. « Nous décou­vrons une faune riche qui s’est ins­tal­lée dans ces champs urbains. Le ser­vice des espaces verts est engagé dans une démarche d’observation des insectes, des oiseaux et des papillons avec l’aide de l’association Gentiana et avec Le Tichodrome [seul centre de sau­ve­garde de la faune sau­vage en Isère, ndlr]», sou­ligne Lucille Lheureux.

 

Oiseaux migrateurs et ligue de protection des oiseaux. © LPO/Thomas Cugnod

© ligue de pro­tec­tion des oiseaux – Thomas Cugnod

Une nou­velle bio­di­ver­sité – plus de 170 espèces d’oi­seaux, plus de 60 espèces de papillons de jour, 7 espèces de libel­lules et 30 espèces de mam­mi­fères – que la Ville espère conser­ver.

 

« Les Grenoblois ont pu pro­fi­ter du chant des oiseaux pen­dant le confi­ne­ment grâce aux 500 nichoirs ins­tal­lés en ville, finan­cés par le bud­get par­ti­ci­pa­tif. On espère bien que ça conti­nue après le confi­ne­ment », s’en­thou­siasme Éric Piolle.

 

Léa Meyer

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
6007 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Les maçon verts & rouges Grenoblois qui coulent Grenoble sous le béton et le bitume pensent nature et bio-diver­sité ? Ah oui le fameux Greenwashing mar­ke­ting.

    Sinon, en clair, « tous les amé­na­ge­ments pour­ris d’herbes folles et d’autres écorces qui exis­taient et encore plus ceux qu’on vous a ins­tal­lés depuis 6 ans, habi­tuez vous à leurs sale­tés chro­niques ». Merci, on avait bien remar­qué, et pas qu’à ces endroits !

    sep article
  2. Alors là un grand BRAVO pour cette ini­tia­tive à la muni­ci­pa­lité et à ses agents !
    La nature en ville avec ses petits habi­tants natu­rels est un bon­heur pour tous, les grands et les petits et les vieux, et tant pis pour les grin­cheux 🙂

    sep article
    • Utilisateur Bibliothèque ? Il y en reste encore ? Encore un man­dat et il fau­dra chan­ger de pseudo, il n’y aura plus de biblio­thèques à Grenoble, elles auront été fer­mées.
      C’est quoi un petit habi­tant natu­rel ? Une nou­velle clas­si­fi­ca­tion ? Les mor­pions en font ils par­tie ?
      Grincheux, c’est court comme argu­ment. C’est bizarre comme à chaque fois qu’on ose dire son scep­ti­cisme face aux dis­cours fumeux de nos élus éco­los bobos, on se retrouve qua­li­fié de « grin­cheux ». Il vaut mieux être le grin­cheux de ser­vice que le sim­plet… pour déni de réa­lité.

      sep article
  3. Quant on lit ça c’est juste un dis­cours déli­rant qui n’a rien à voir avec l’é­co­lo­gie. C’est juste l’é­co­lo­gie pour les bobos. La jus­ti­fi­ca­tion fumeuse du lais­ser-aller, de la saleté et du manque d’en­tre­tien.
    Les espaces verts, les parcs, à Grenoble ne res­semblent plus à rien. Ils sont sales, ils sont moches… rien à voir avec un style, jar­din à l’an­glaise par exemple, non, c’est juste du non-entre­tien. Je pleins les jar­di­niers de la ville qui ne peuvent plus exer­cer leurs com­pé­tences, mon­trer leurs talents dans l’exer­cice de leur métier, et qui doivent se mettre au ser­vice de ces dis­cours fumeux et déli­rants. Une véri­table impos­ture !
    Ces élus nous parlent des nou­veaux insectes, des papillons… et quoi des mous­tiques tigres aussi ? des tics qui vont pul­lu­ler sur les gam­bettes des bam­bins et des jog­gers ?
    Ces espaces non entre­te­nus sont deve­nus hos­tiles à nos ani­maux de com­pa­gnie, ils sont plein d’é­pillets, cause de bles­sures, souf­frances et opé­ra­tions chez les chiens. Il semble évident que nos éco­los locaux alliés au parti ani­ma­liste pour­tant, pré­fèrent les insectes, les sala­mandres, les chauves sou­ris… aux ani­maux domes­tiques qui vivent à nos côtés depuis des mil­lé­naires, nos fidèles com­pa­gnons que sont nos chiens.
    Ces espaces plein d’é­pillets, non entre­te­nus causent bien des souf­frances aux chiens et à leurs maitres et rem­plissent les cabi­nets des vété­ri­naires.
    Ces espaces vont aussi favo­ri­ser le pul­lu­le­ment des tics, vec­teurs de la fameuse mala­die de Lyme. Encore plus quand cer­tains accueillent quelques mou­tons, juste quelques heures par jour, pour amu­ser la gale­rie (cf le parc Bachelard).
    Conclusion : les chiens res­tez chez vous ! Et don­nez du Bravecto à vos bam­bins et aux jog­gers !

    sep article