La région Aura compte 420 000 habitants dans des logements suroccupés, selon l’Insee

sep article

 

EN BREF — En cette fin de période de confinement, l’Insee dresse le bilan des ménages vivant dans des logements suroccupés en Auvergne-Rhône-Alpes. Si la région est en-dessous de la moyenne nationale, un département comme le Rhône affiche un taux de 9,1 %. En Isère, la proportion d’habitants dans des logements surpeuplés est de 4,9 % mais dépasse les 10 % dans certains quartiers grenoblois.

 

 

Tout comme il vaut mieux être riche et bien por­tant, « le confi­ne­ment […] peut être vécu de façon très dif­fé­rente selon la com­po­si­tion du ménage et la nature du loge­ment occupé », juge l’Insee (voir enca­dré). En cette fin de période de confi­ne­ment, l’Institut de sta­tis­tiques natio­nales livre une étude sur la suroc­cu­pa­tion des foyers en Auvergne-Rhône-Alpes. Et dénombre 420 000 habi­tants confi­nés dans des loge­ments sur­peu­plés. Soit 5,5 % de la popu­la­tion régio­nale.

 

En Isère, 40,9 % des habitants vivent dans un appartement. © Place Gre'net

En Isère, 40,9 % des habi­tants vivent dans un appar­te­ment. © Place Gre’net

 

Cette moyenne régio­nale est tou­te­fois très infé­rieure à la moyenne natio­nale : sur l’en­semble de la France, 8,2 % des ménages résident dans un loge­ment consi­déré comme suroc­cupé.

 

Restent des dis­pa­ri­tés entre dépar­te­ments : le Rhône compte 9,1 % de ménages dans des loge­ments sur­peu­plés. Tandis qu’a­vec un taux de 2,1 %, le Cantal et la Haute-Loire comptent parmi les dépar­te­ments de France les moins concer­nés par la ques­tion.

 

 

Près de 60 000 personnes vivent dans des logements suroccupés en Isère

 

Sans sur­prise, les dépar­te­ments les plus ruraux sont ceux où la pro­por­tion de loge­ments suroc­cu­pés est la plus faible. Outre le Cantal et la Haute-Loire, c’est aussi le cas de l’Ardèche, de l’Allier ou du Puy-de-Dôme : les trois dépar­te­ments oscil­lent entre 2,5 et 3 % de taux de ménages dans des loge­ments en situa­tion de suroc­cu­pa­tion. L’Isère se situe dans la four­chette haute, avec 4,9 % de ménages dans un loge­ment suroc­cupé, soit 58 291 per­sonnes.

 

Dans le quartier Malherbe, le taux de logements suroccupés dépasse les 10 %, contre 4,9 % pour le département de l'Isère. DR

Dans le quar­tier Malherbe, le taux de loge­ments suroc­cu­pés dépasse les 10 %, contre 4,9 % pour le dépar­te­ment de l’Isère. DR

 

Les loge­ments suroc­cu­pés se retrouvent avant tout dans les grandes agglo­mé­ra­tions. Et plus encore dans les quar­tiers poli­tique de la ville (QPV) de plus de 4000 habi­tants. Le taux de suroc­cu­pa­tion dépasse même les 15 % dans cer­tains quar­tiers popu­laires de Bron, de Villeurbanne ou de Vénissieux. Et fran­chit les 10 % dans le (grand) quar­tier « Teisseire Abbaye Jouhaux Châtelet » de Grenoble.

 

Autre indi­ca­teur socio­lo­gique d’im­por­tance : la pro­por­tion des familles mono­pa­ren­tales concer­nées par la suroc­cu­pa­tion du loge­ment. « Pour les couples avec enfants, elle est de 5,4 %, et s’élève à 12,8 % pour les familles mono­pa­ren­tales », note ainsi l’Insee.

 

L’âge joue un rôle déter­mi­nant : plus le « chef de famille » est jeune, plus le risque d’oc­cu­per un loge­ment sur­peu­plé est pré­sent. À par­tir de 65 ans, la pro­por­tion n’est plus que de… 0,5 %.

 

Florent Mathieu

 

 

QU’EST-CE QU’UN LOGEMENT SUROCCUPÉ ?

 

La suroc­cu­pa­tion est mesu­rée en rap­por­tant la com­po­si­tion du ménage au nombre de pièces du loge­ment, les stu­dios occu­pés par une per­sonne étant exclus du champ.

 

Un loge­ment est consi­déré comme suroc­cupé quand il lui manque au moins une pièce par rap­port à la « norme d’oc­cu­pa­tion nor­male », fon­dée sur :

- Une pièce de séjour pour le ménage,

- Une pièce pour chaque per­sonne de réfé­rence de chaque famille occu­pant le loge­ment,

- Une pièce pour les per­sonnes hors famille non céli­ba­taires ou les céli­ba­taires de 19 ans ou plus.

Et, pour les céli­ba­taires de moins de 19 ans :

- Une pièce pour deux enfants s’ils sont de même sexe ou ont moins de 7 ans,

- Sinon, une pièce par enfant.

 

(source Insee)

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
1741 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.