Confinement et crise sociale : l’association Cap’Capuche distribue 400 repas par jour pour le ramadan

sep article



 

FOCUS – L’association humanitaire grenobloise Cap’Capuche met actuellement les petits plats dans les grands à l’occasion du ramadan. Alors qu’elle a été créée pour venir en aide aux plus démunis durant le mois de jeûne musulman, son action prend une ampleur inédite cette année en raison de la crise sanitaire et sociale. Elle a pu mettre le paquet grâce à un fort réseau de bénévoles et de commerçants, mais aussi au soutien de la Ville de Grenoble.

 

 

Cap'Capuche fournit en moyenne 400 repas par jour aux plus démunis pour la rupture du jeûne. © Anissa Duport-Levanti - Place Grenet

L’association Cap’Capuche four­nit en moyenne 400 repas par jour aux plus dému­nis pour la rup­ture du jeûne. © Anissa Duport-Levanti – Place Grenet

 

« Ce soir, j’ai fait du gâteau de semoule, c’est un petit bonus », sou­rit Omar Nassrallah en esquis­sant un clin d’œil. Ce cui­si­nier de métier tra­vaille tous les ans béné­vo­le­ment pour l’association Cap’Capuche qui per­met depuis 2013 aux plus dému­nis de rompre le jeûne (“iftar”) durant la période du rama­dan.

 

Omar Nassrallah est chef et cuisine bénévolement pour l'association Cap'Capuche. © Anissa Duport-Levanti - Place Gre'net

Omar Nassrallah, cui­si­nier béné­vole pour Cap’Capuche. © Anissa Duport-Levanti – Place Gre’net

« On vou­lait atteindre ce but dans un esprit convi­vial, pour qu’ils aient l’impression de venir man­ger en famille », explique Hamid Khelif, secré­taire géné­ral de l’association.

 

Mais, cette année, avec le Covid-19 et le confi­ne­ment, l’action de Cap’Capuche a pris une toute autre ampleur.

 

 

400 repas par jour fournis par Cap’Capuche

 

En effet, Omar et son équipe sortent en moyenne 400 plats de leurs four­neaux chaque jour. Contre une tren­taine les autres années. « La crise sani­taire a fait explo­ser l’effectif et ça ne fait qu’augmenter », observe Hamid Khelif. Parmi eux, beau­coup d’étudiants. « Ils sont envi­ron 150 par jour ».

 

Le repas chaud du mardi 5 mai : salade composée, tajine d'agneau aux olives et dattes. © Anissa Duport-Levanti - Place Gre'net

Le repas chaud du mardi 5 mai : salade com­po­sée, tajine d’a­gneau aux olives et dattes. © Anissa Duport-Levanti – Place Gre’net

 

« On arrive à faire face grâce à de nom­breux dons de par­ti­cu­liers et de quelques res­tau­ra­teurs, mais sur­tout grâce à un réseau de petits com­mer­çants qui se mobi­lisent, même loin des fron­tières gre­no­bloises… Aujourd’hui, la viande venait de Chambéry », s’enthousiasme-t-il.

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
2241 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.