Saturation des hôpitaux : le Planning familial demande un allongement du délai pour pratiquer une IVG

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

FIL INFO — Face à la crise sanitaire causée par le coronavirus, le Planning familial appelle à un allongement de deux semaines du délai autorisé pour pratiquer une IVG en France. Et invite à signer une pétition en ligne, en considérant que la saturation prévisible des hôpitaux va nécessairement peser sur la possibilité des femmes d’avorter dans le délai légal.

 

 

Une loi d’ur­gence pour les avor­te­ments ? C’est ce que demande le Planning fami­lial de l’Isère, en appe­lant notam­ment à signer et relayer une péti­tion sur la pla­te­forme Change. Cause de la colère de l’as­so­cia­tion : le refus du gou­ver­ne­ment d’al­lon­ger de deux semaines le délai pour pou­voir pra­ti­quer une inter­rup­tion volon­taire de gros­sesse (IVG). Un délai fixé en France à 12 semaines, quand celui-ci peut atteindre 18 semaines en Suède, voire 22 aux Pays-Bas.

 

Céline Deslattes, présidente du Planning familial de Grenoble et colistière du maire sortant de Grenoble Éric Piolle, lors de la marche contre les violences sexistes et sexuelles en novembre 2019. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Céline Deslattes, pré­si­dente du Planning fami­lial de Grenoble et colis­tière du maire sor­tant de Grenoble Éric Piolle, lors de la marche contre les vio­lences sexistes et sexuelles en novembre 2019. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Pourquoi ce refus ? « Je ne vois pas le lien spon­ta­né­ment entre l’é­pi­dé­mie et l’IVG », a répondu le ministre de la Santé Olivier Véran à la séna­trice Laurent Rossignol, por­teuse de la pro­po­si­tion. Le Planning fami­lial prend le ministre au mot en consi­dé­rant que son refus « confère à l’a­veu­gle­ment ». Pour l’as­so­cia­tion, la satu­ra­tion pos­sible des hôpi­taux ne peut en effet que com­pli­quer la prise en charge des femmes enceintes en demande d’IVG.

 

 

Favoriser les avortements à l’étranger ?

 

Motif de colère sup­plé­men­taire pour le Planning fami­lial : des consignes « auraient été don­nées aux pro­fes­sion­nels de santé » pour favo­ri­ser des IVG à l’é­tran­ger en cas de satu­ra­tion des hôpi­taux et de dépas­se­ment des délais. « Comment pro­po­ser à une femme de tra­ver­ser la France pour aller se faire avor­ter en Espagne ou aux Pays-Bas, munie d’une attes­ta­tion déro­ga­toire ? », inter­roge l’as­so­cia­tion.

 

L'Hôpital Couple-Enfant du CHU de Grenoble © Chloé Ponset - Place Gre'net

L’Hôpital Couple-Enfant du CHU de Grenoble. © Chloé Ponset – Place Gre’net

 

Autre consigne ? Avoir recours à l’IVG médi­ca­men­teuse, pra­ti­quée par des méde­cins ou des sages-femmes, plu­tôt que chi­rur­gi­cale. Pas de quoi convaincre le Planning fami­lial, pour qui les pro­fes­sion­nels peuvent être appe­lés en ren­fort à l’hô­pi­tal en cas d’ag­gra­va­tion de la crise. Et manquent de toute manière de maté­riels de pro­tec­tion leur per­met­tant d’as­su­rer leur sécu­rité et celle de leurs patientes.

 

« Il est illu­soire de pen­ser que le par­cours IVG va conti­nuer à se dérou­ler comme avant la période de confi­ne­ment (si tant est qu’avant la crise sani­taire, ce par­cours eut été facile) », conclut le Planning fami­lial. Pour qui « il est fort à parier que si cette demande avait concerné tout le monde, la mesure aurait été prise depuis long­temps ». Au 31 mars dans la soi­rée, la péti­tion affi­chait près de 45 000 signa­tures d’in­ter­nautes.

 

Florent Mathieu

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
2716 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.