Appel Forêt -
Deux étudiants de Sciences Po Grenoble portent plainte contre Édouard Philippe et Olivier Véran pour mise en danger de la vie d'autrui.

1er tour maintenu : deux étudiants grenoblois portent plainte contre Édouard Philippe et Olivier Véran

1er tour maintenu : deux étudiants grenoblois portent plainte contre Édouard Philippe et Olivier Véran

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FIL INFO – Deux étudiants de Sciences Po Grenoble portent plainte devant la Cour de justice de la République contre Édouard Philippe et Olivier Véran pour mise en danger de la vie d’autrui. Les deux étudiants reprochent au Premier ministre et au ministre de la Santé d’avoir maintenu le premier tour des élections municipales, en dépit de l’épidémie de coronavirus.

 

 

Le ministre de la Santé Olivier Véran mis en cause par deux étu­diants de Sciences Po Grenoble (image extraite d’une cap­ta­tion vidéo Place Gre’net)

Deux étu­diants de Sciences Po Grenoble ont porté plainte contre le Premier ministre Édouard Philippe et le ministre de la Santé Olivier Véran.

 

Dans une requête dépo­sée le 23 mars devant la Cour de jus­tice de la République, Stefano Di Panfilo et Vincent Lucas portent plainte pour mise en dan­ger de la vie d’au­trui, suite à la déci­sion du gou­ver­ne­ment de main­te­nir le pre­mier tour des élec­tions muni­ci­pales. Le second tour, comme l’ins­tal­la­tion des maires nou­vel­le­ment élus, a quant à lui été reporté, dans le meilleur des cas, au mois de juin.

 

Dans leur requête, les deux étu­diants reprennent la chro­no­lo­gie des évè­ne­ments. En par­ti­cu­lier l’a­lerte don­née par l’Organisation mon­diale de la santé dès le mois de janvier.

 

L’OMS y encou­ra­geait les États euro­péens à se pré­pa­rer en cas de pro­pa­ga­tion de ce nou­veau virus. Elle avait publié des lignes direc­trices afin de sur­veiller la mala­die, tes­ter des échan­tillons, soi­gner les patients ou encore main­te­nir les appro­vi­sion­ne­ments adé­quats. Avant de décla­rer l’é­tat d’ur­gence de santé publique inter­na­tio­nale le 30 janvier.

 

 

Pour les deux étudiants, la chronologie des incohérences est longue

 

« Comment peut-on expli­quer le main­tien de ce pre­mier tour alors que dans les vingt-quatre heures pré­cé­dentes, Monsieur le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran pre­nait un arrêté pré­voyant la fer­me­ture des lieux accueillant du public non indis­pen­sables à la vie de la nation tels que les ciné­mas, bars ou dis­co­thèques, et des com­merces à l’ex­cep­tion de ceux pré­sen­tant un carac­tère indis­pen­sable, la sus­pen­sion de l’ac­cueil dans les éta­blis­se­ments sco­laires et d’en­sei­gne­ment supé­rieur, et que le gou­ver­ne­ment appe­lait de manière una­nime les citoyens à res­ter chez eux, créant une ambi­guïté sans pré­cé­dent ? », inter­pellent les deux requérants.

 

Bureau de vote Anthoard à Grenoble dimanche 15 mars, où la dis­tan­cia­tion était de mise. © Florent Mathieu – pla​ce​gre​net​.fr

 

Les deux étu­diants listent les inco­hé­rences. Mais pas seule­ment. Candidat aux élec­tions muni­ci­pales de Montgenèvre et asses­seur lors du pre­mier tour, Stefano Di Panfilo se pose aussi en témoin des limites des règles sani­taires mises en place lors du scru­tin sur cette com­mune des Hautes-Alpes.

 

 

« Nous estimons que les calculs politiques ont primé sur la santé publique »

 

« En amont de cette séance [de dépouille­ment, ndlr], aucune règle pré­fec­to­rale n’a été com­mu­ni­quée afin de limi­ter ou non l’ac­cès du public au dépouille­ment ». D’après Stefano Di Panfilo, une dizaine de citoyens, non can­di­dats, ont ainsi pu ren­trer dans la salle. Pendant plu­sieurs heures, une soixan­taine de per­sonnes ont été en contact, sou­vent sans masques ni gants de protection.

 

« Nous esti­mons que les cal­culs poli­tiques ont primé sur la santé publique », indiquent-ils dans un post publié sur Facebook. « Comme cela avait été le cas pour l’affaire du sang conta­miné, nous pen­sons qu’il est indis­pen­sable que la Cour de jus­tice de la République soit sai­sie d’une requête diri­gée contre Monsieur le Premier ministre et Monsieur le ministre des Solidarités et de la Santé pour éta­blir si leur défaillance est éta­blie, et pro­non­cer à leur encontre, le cas échéant, des sanc­tions pénales. »

 

Depuis quelques jours, les cas de conta­mi­na­tion posi­tive au Covid se mul­ti­plient en France parmi les asses­seurs et les militants.

 

Patricia Cerinsek

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Alors que la polémique enfle, l’UGA, la Ville de Grenoble et Sciences Po se désengagent du Mois décolonial

  FOCUS — Alors que la polémique semble gagner autour du Mois décolonial organisé à Grenoble au mois de juin, la Ville de Grenoble, Sciences Lire plus

Accusations d'islamophobie à Sciences Po Grenoble: l'Inspection générale livre un rapport sans concession
Accusations d’islamophobie à Sciences Po Grenoble : l’Inspection générale livre un rapport sans concession

  FOCUS – Le rapport mandaté par la ministre de l'Enseignement supérieur à l'IGÉSR suite aux accusations d'islamophobie contre deux enseignants de Sciences Po Grenoble Lire plus

Agnès Callamard, diplômée de Sciences Po Grenoble, à la tête d’Amnesty International

  FLASH INFO – De quoi remonter un peu le moral de Sciences Po Grenoble, qui a vécu des moments agités dernièrement? L'IEP peut désormais Lire plus

Émilie Chalas sur le conflit en Arménie: "nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas"
Émilie Chalas : « Islamo-gauchisme, islamophobie, de quoi parle-t-on à travers ces mots ? »

  TRIBUNE LIBRE - Suite à l'affaire des collages nominatifs contre deux professeurs de Sciences Po Grenoble accusés d'islamophobie, Émilie Chalas, députée LREM de l'Isère Lire plus

La direction de Sciences Po désavoue les deux enseignants accusés d'"islamophobie"
La direction de Sciences Po désavoue les deux enseignants accusés d”“islamophobie”

  EN BREF - La directrice de Sciences Po Grenoble Sabine Saurugger s'exprime dans différents médias sur la polémique entourant son établissement. Si elle dénonce Lire plus

Sciences Po Grenoble : des étudiants manifestent contre « l’islamophobie » après des collages visant deux professeurs

  REPORTAGE – Une cinquantaine de personnes ont manifesté contre "l'islamophobie" devant Sciences Po Grenoble mardi 9 mars. Quelques jours plus tôt, des collages accusant Lire plus

Flash Info

|

26/07

10h46

|

|

25/07

12h06

|

|

22/07

19h24

|

|

16/07

23h31

|

|

16/07

20h42

|

|

16/07

11h33

|

|

15/07

15h50

|

|

14/07

13h45

|

|

13/07

22h27

|

|

13/07

12h52

|

Les plus lus

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin