Interdiction des marchés alimentaires : en Isère, les professionnels dénoncent un “imbroglio sans nom”

sep article

Fête comme chez vous Ville de Grenoble

 

TROIS QUESTIONS À – Un décret interdit, à compter de ce 24 mars, la tenue des marchés, qu’ils soient couverts ou à ciel ouvert. Alors que des villes comme Grenoble, Fontaine ou Eybens ont d’ores et déjà fait savoir qu’elles allaient demander des dérogations, Marie Amore, la présidente du syndicat des marchés de l’Isère monte au créneau. Et dénonce un texte flou et ambigu, en totale contradiction avec les mesures prises jusque-là.

 

 

UNE Marché Hoche pendant le covid-19, samedi 21 mars 2020 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Marché Hoche à Grenoble pendant le Covid-19, samedi 21 mars 2020. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Ce que dit le décret

 

Le Premier ministre a annoncé, le lundi 23 mars, la fermeture des marchés alimentaires à ciel ouvert. Une mesure applicable dès le lendemain qui pourra être levée dans certaines communes, lorsque le marché y est « le seul (moyen) parfois » d’avoir « accès à des produits frais », a précisé Édouard Philippe.

 

Sauf que, depuis, le son de cloche n’est plus tout à fait le même. Le décret publié dans la nuit du 23 au 24 mars met tous les marchés dans le même sac, qu’ils soient couverts ou non. Quant aux dérogations, elles seront accordées sous couvert de bonne organisation et de contrôles.

 

 

Le Premier ministre a annoncé que les marchés alimentaires étaient désormais interdits, sauf dérogation s’ils étaient la seule source d’approvisionnement. Comment réagissez-vous à cette annonce ?

 

Avec ce décret ministériel, les maires doivent demander une dérogation au préfet pour que les marchés puissent rester ouverts pour approvisionner la population. Mais dans son article 8, il est bien précisé que les préfets accordent une autorisation non pas liée à un strict besoin d’approvisionnement, mais aussi et surtout sous couvert de conditions d’organisation et de contrôles* !

 

Avec ce décret, vague et ambigu, on essaie de faire croire que c’est de la responsabilité du maire ! Mais c’est le préfet qui décide. C’est l’État qui, au final, doit dire quel marché reste ouvert ou pas. Que l’État assume complètement en disant que les marchés sont fermés et ne laissent pas croire qu’il en est de la responsabilité des maires qui, eux, n’y sont pour rien !

 

 

Ne faut-il pas, dans une telle situation, limiter le nombre de marchés ? À Grenoble, il en existe dix-neuf…

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
2710 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.