Un groupe de jeunes, au Jardin de ville de Grenoble. © Léa Raymond - placegrenet.fr

Coronavirus : les règles de sor­ties, peu res­pec­tées dans cer­taines com­munes, se dur­cissent… et les PV vont tomber

Coronavirus : les règles de sor­ties, peu res­pec­tées dans cer­taines com­munes, se dur­cissent… et les PV vont tomber

FOCUS – Un arrêté pré­fec­to­ral du 20 mars 2020 inter­dit les rassemble­ments en Isère, la pra­tique des acti­vi­tés de plein air et ferme l’en­semble des parcs et jar­dins au public afin de freiner la pro­pa­ga­tion du coro­na­vi­rus. Mais cer­tains maires de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise peinent à faire appli­quer les règles déjà en cours…

Coronavirus : les règles se durcissent mais ne sont pas toujours respectées dans certaines communes

Jardin de ville de Grenoble (image d’illus­tra­tion). DR

L’étau se res­serre… Le pré­fet de l’Isère a inter­dit, ce ven­dredi 20 mars, les ras­sem­ble­ments, la pra­tique d’activités de plein air et la fré­quen­ta­tion des parcs. Des mesures qui se mul­ti­plient en France afin d’en­di­guer la pro­pa­ga­tion du coro­na­vi­rus. Comme pour toute sor­tie non auto­ri­sée, chaque per­sonne se ren­dant dans des parcs et jar­dins se verra ainsi sanc­tion­née d’une amende de 135 euros. Une dis­sua­sion pour « limi­ter les conséquences des menaces sani­taires graves sur la santé de la popu­la­tion. »

Le confi­ne­ment géné­ral est en place depuis quelques jours mais cer­taines per­sonnes en contournent en effet les règles. La régle­men­ta­tion gou­ver­ne­men­tale mise en place ferait ainsi, selon le pré­fet de l’Isère, « l’objet d’une interprétation trop souple de la part de cer­tains résidents du département. Dès lors, l’arrêté préfectoral du 20 mars 2020 rap­pelle l’interprétation stricte qui doit être faite du décret n°2020 – 260 du 16 mars 2020. » Avec des mesures qui s’ap­pliquent jus­qu’au 31 mars 2020.

À Fontaine, les forces de l’ordre vont « ver­ba­li­ser sans discussion »

La Ville de Fontaine avait, de son côté, pris les devants dès le jeudi 19 mars et annoncé le ren­for­ce­ment de la régle­men­ta­tion autour des ras­sem­ble­ments extérieurs.

L’hôtel de ville de Fontaine. © Léa Raymond - placegrenet.fr

L’hôtel de ville de Fontaine. © Léa Raymond – pla​ce​gre​net​.fr

La muni­ci­pa­lité rap­pe­lait ainsi l’in­ter­dic­tion de « tous les regrou­pe­ments et les déplacements […] sauf rares excep­tions dûment justifiées et prouvées ». Les lieux publics, « parcs, squares, espaces de jeux, jar­dins col­lec­tifs, cimetières » étaient dès lors fermés.

« Toute pra­tique spor­tive pour­rait entraîner des acci­dents et mobi­li­ser des équipes soi­gnantes alors que la prio­rité est à la lutte contre le virus », pré­ci­sait en outre la Ville.

Jean-Paul Trovéro, le maire de Fontaine, a par ailleurs décidé de dur­cir les contrôles des citoyens récal­ci­trants sur sa commune.

Jean-Paul Trovéro, le maire de Fontaine (Isère) a été condamné à un mois de prison avec sursis et 5 000 euros d'amende pour favoritisme.

Jean-Paul Trovéro, le maire de Fontaine. © Patricia Cerinsek

« Celles et ceux qui ne com­prennent pas le mes­sage de confi­ne­ment vont devoir en assu­mer les consé­quences, pré­vient-il. Ainsi, après deux pre­mières jour­nées où les ser­vices de polices muni­ci­pale et natio­nale, avec les ASVP ont prio­risé la péda­go­gie et la dis­cus­sion auprès des récal­ci­trants, nous allons doré­na­vant ver­ba­li­ser sans dis­cus­sion aucune et pro­cé­der au dis­per­se­ment des regroupements. » 

Et le maire de pour­suivre : « La santé de toutes et de tous est en dan­ger : la réponse ne peut souf­frir aucune hési­ta­tion ni aucune fai­blesse. Je le dis donc avec force : pro­té­gez vos proches, res­tez en lien par tout autre moyen que les contacts phy­siques et les sor­ties. RESTEZ CHEZ VOUS ! »

Le maire d’Échirolles demande des ren­forts de la police nationale

Renzo Sulli, maire d’Échirolles, se dit de son côté plei­ne­ment mobi­lisé pour accom­pa­gner ses admi­nis­trés dans la lutte contre la pan­dé­mie de coro­na­vi­rus, mais juge la pré­sence de la police natio­nale « notoi­re­ment insuf­fi­sante » sur sa com­mune, depuis la mise en place du confi­ne­ment géné­ral. Car cer­tains quar­tiers semblent échap­per aux règles…

Coronavirus : les règles se durcissent mais ne sont pas toujours respectées dans certaines communesHôtel de Ville d'Échirolles © Florent Mathieu - Place Gre'net

Hôtel de Ville d’Échirolles © Florent Mathieu – Place Gre’net

« Je trouve abso­lu­ment inac­cep­table qu’une infime mino­rité de per­sonnes sur notre com­mune puisse, par irres­pect, incons­cience ou délin­quance, pro­fi­ter de cette situa­tion pour adop­ter des com­por­te­ments tota­le­ment inap­pro­priés met­tant en dan­ger la santé de tous par des ras­sem­ble­ments aux formes aussi diverses qu’illégales, sans comp­ter la pour­suite d’activités illi­cites et d’incivilités rou­tières, que nous n’avons de cesse de com­battre depuis de nom­breuses années. »

C’est pour­quoi, Renzo Sulli demande au pré­fet de l’Isère et au ministre de l’Intérieur d’envoyer sans tar­der des ren­forts de police natio­nale ou de forces de sécu­rité de l’État sur Échirolles.

« Le main­tien de l’ordre reste en effet une com­pé­tence réga­lienne de l’État et la ville d’Échirolles attend de lui des déci­sions fortes dans la période dif­fi­cile que nous tra­ver­sons », pour­suit le maire, tout en assu­rant l’État de sa volonté de col­la­bo­rer avec la police nationale.

Une demande qui a fait réagir Alexis Jolly, pré­sident du groupe Rassemblement natio­nal à Échirolles, selon lequel « beau­coup ne res­pectent pas les règles de confi­ne­ment ». Ce der­nier demande à Renzo Sulli de rédi­ger un cour­rier au ministre de l’intérieur « pour exi­ger de manière tem­po­raire que notre police muni­ci­pale puisse être habi­li­tée à ver­ba­li­ser ceux qui enfreignent les règles du confinement ».

Autre exi­gence : qu’il mette en place « un couvre-feu sur la com­mune, comme son pou­voir de police de maire l’y auto­rise ». Deux démarches qui per­met­trait, selon Alexis Jolly, d’é­vi­ter « qu’Échirolles soit à nou­veau le vilain petit canard de l’agglomération. »

Lise Gaeta

LGa

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Nouvelle labellisation Grand Insep, dédiée à la performance sportive de haut niveau, pour le campus de la Brunerie de Voiron
Nouvelle label­li­sa­tion Grand Insep, dédiée à la per­for­mance spor­tive de haut niveau, pour le cam­pus de la Brunerie de Voiron

FLASH INFO - Le campus de la Brunerie de Voiron a vu son label Grand Insep renouvelé vendredi 27 janvier 2023, à l'occasion d'une cérémonie Lire plus

Le Mois décolonial de retour à Grenoble pour sa troisième édition, du 4 mars au 8 avril 2023
Le Mois déco­lo­nial de retour à Grenoble pour sa troi­sième édi­tion, du 4 mars au 8 avril 2023

FOCUS - La troisième édition du Mois décolonial se tient à Grenoble du 4 mars au 8 avril 2023, avec une quarantaine d’événements. La Ville Lire plus

Entre 11 500 et 27 000 manifestants se sont mobilisés contre la réforme des retraites le 7 février 2023 à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Manifestation du 7 février contre la réforme des retraites : mobi­li­sa­tion tou­jours sou­te­nue mais en baisse à Grenoble

REPORTAGE VIDÉO - Entre 11 500 et 27 000 manifestants ont défilé à Grenoble, mardi 7 février 2023, pour la troisième grande journée de mobilisation contre Lire plus

GHM de Grenoble : la Métropole vote un vœu au gou­ver­ne­ment, à l’ARS et aux mutuelles sur fond de chan­ge­ment de direction

FOCUS - Le conseil métropolitain a adopté à l'unanimité, vendredi 3 février 2023, un vœu sur le Groupe hospitalier mutualiste de Grenoble (GHM). Celui-ci fait Lire plus

Pourras-tu changer la photo stp ? Il y en dans la bib dont une avec une banderole sur la mixité.
Découverte de tags racistes, anti­sé­mites et homo­phobes au col­lège Aimé-Césaire de Grenoble

FLASH INFO - Des tags racistes, antisémites et homophobes ont été découverts au collège Aimé-Césaire de Grenoble, comme l'indique la Direction départementale de la sécurité Lire plus

Affaire du Dr V. : le chi­rur­gien ortho­pé­diste gre­no­blois attaque Jean-Marc Morandini en diffamation

FOCUS - Soupçonné d'avoir pratiqué des opérations sans justification médicale, le chirurgien orthopédiste grenoblois mis en examen pour "homicide involontaire" et "blessures involontaires" à l'encontre Lire plus

Flash Info

|

08/02

18h42

|

|

08/02

15h37

|

|

07/02

18h55

|

|

07/02

11h46

|

|

07/02

10h52

|

|

07/02

9h50

|

|

06/02

18h52

|

|

04/02

19h12

|

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Flash info| Explosion pos­si­ble­ment d’o­ri­gine cri­mi­nelle dans une épi­ce­rie ita­lienne de Grenoble dans la nuit du 29 au 30 jan­vier 2023

Abonnement| Réforme des retraites : blo­cage à Sciences Po Grenoble, le syn­di­cat Uni réagit, les blo­queurs répliquent

Agenda

Je partage !