Grenoble moins contaminée par le Coronavirus : « Saisissons cette chance ! » exhorte Éric Piolle

sep article



 

FOCUS – Suite aux déclarations du président de la République, Éric Piolle le maire de Grenoble s’est exprimé ce lundi 16 mars à 21 heures. Il a détaillé les mesures appliquées à Grenoble, entre confinement, continuité du service public et appel à la solidarité.

 

 

Le cou­pe­ret est tombé. Les regrou­pe­ments fami­liaux ou ami­caux sont inter­dits pour les quinze pro­chains jours pour endi­guer l’épidémie de coro­na­vi­rus. Seules excep­tions : les dépla­ce­ments néces­saires pour aller faire des courses, des soins ou de l’activité phy­sique en soli­taire. Telles sont parmi les pro­po­si­tions phares pré­sen­tées ce lundi soir à 20 heures par le pré­sident de la République, Emmanuel Macron. Ce der­nier a annoncé la mise en place d’un semi-confi­ne­ment sur l’ensemble du ter­ri­toire dès ce mardi 17 mars à midi.

 

"<yoastmark

 

Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, a annoncé dans la fou­lée des contrôles fixes et mobiles. Ainsi que des sanc­tions pour les per­sonnes ne res­pec­tant pas ces direc­tives. Sanctions par des amendes de 38 euros, qui pour­ront ensuite mon­ter à 135 euros. Seul moyen d’y échap­per : une attes­ta­tion sur l’hon­neur jus­ti­fiant le motif du dépla­ce­ment.

 

 

Le bassin grenoblois moins touché par le coronavirus que le reste de la France

 

Le maire de Grenoble Éric Piolle a pris acte de ces déci­sions, à l’oc­ca­sion d’une confé­rence de presse qui s’est dérou­lée à 21 heures ce lundi soir. « Nous devons agir rapi­de­ment et plei­ne­ment », a‑t-il déclaré. « Notre ter­ri­toire semble moins conta­miné que d’autres pour le moment [cf. enca­dré, ndlr]. Saisissons cette chance ! Soyons deux fois plus rapides et deux fois plus auda­cieux. Il en va de notre sécu­rité et de notre santé. »

 

Emmanuel Macron a éga­le­ment fus­tigé dans son allo­cu­tion les ras­sem­ble­ments qui ont eu lieu ce week-end. « Vous ne vous pro­té­gez pas, et vous ne pro­té­gez pas les autres », a‑t-il clamé, exhor­tant la popu­la­tion à res­pec­ter les mesures de confi­ne­ment. « Le confi­ne­ment est la seule solu­tion pos­sible pour évi­ter le pire dans cette pan­dé­mie », a de son côté éga­le­ment déclaré le pré­sident du Département de l’Isère, Jean-Pierre Barbier dans un com­mu­ni­qué.

 

 

Respect des consignes de sécurité

 

Le maire de Grenoble appelle donc chaque citoyen à « res­pec­ter les gestes bar­rières qui sauvent, à res­pec­ter le confi­ne­ment et les consignes émises par le pré­sident. Environ 5 % des cas ont besoin de réani­ma­tion. C’est énorme ! Notre tré­sor de guerre, à pro­té­ger à tout prix, ce sont nos lits d’hôpitaux. Si nous venions à man­quer de lits, le nombre de décès aug­men­te­rait. Nous devons pro­té­ger nos lits. Rester chez soi, c’est limi­ter la conta­mi­na­tion, donc pro­té­ger les lits et aider les soi­gnants », a‑t-il rap­pelé.

 

Eric Piolle. © Raphaëlle Denis - Place Gre'net

Le maire de Grenoble Eric Piolle a pris acte des mesures annoncé par Emmanuel Macron pour lut­ter contre l’é­pi­dé­mie de coro­na­vi­rus, lundi 16 mars. © Raphaëlle Denis – Place Gre’net

 

Assurant sa confiance en la capa­cité col­lec­tive des habi­tants à faire face à l’épidémie, Éric Piolle a néan­moins insisté sur le rôle de la force publique. « Nous avons la chance d’avoir un ser­vice public puis­sant sur notre ter­ri­toire. La Ville de Grenoble et le CCAS mobi­lisent 4 000 agents et, depuis jeudi der­nier, la cel­lule de crise se réunit tous les jours pour faire le point, anti­ci­per et ajus­ter les dis­po­si­tifs », a‑t-il pré­cisé.

 

Récapitulatif des mesures à Grenoble

  • - Confinement pour quinze jours, sauf sor­ties pour faire des courses, des soins ou de l’exer­cice phy­sique soli­taire à par­tir du mardi 17 mars à midi

  • - Deuxième tour des muni­ci­pales reporté à une date ulté­rieure

  • - Fermeture des équi­pe­ments publics jus­qu’à nou­vel ordre

  • - Système de garde pour les enfants des per­son­nels soi­gnants

  • - Suspension de la taxe de séjour et des droits de voi­rie

  • - Stationnement gra­tuit dans toute la ville

 

 

Continuité du service public et priorité aux soignants

 

À la suite de la der­nière réunion, la mai­rie a décidé d’un plan de conti­nuité afin d’assurer le fonc­tion­ne­ment de base de la ville, comme le main­tien de l’ordre public ou la relève des ordures. « Les équi­pe­ments publics sont d’ores et déjà fer­més au public et res­te­ront aussi long­temps que néces­saire », a indi­qué Éric Piolle.

 

Fermés aux élèves pour cause d'épidémie de coronavirus, tous les établissements scolaires sont, cependant, maintenus ouverts, notamment pour accueillir les enfants des personnels soignants, samedi 14 mars 2020 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Fermés aux élèves pour cause d’é­pi­dé­mie de coro­na­vi­rus, des éta­blis­se­ments seront main­te­nus ouverts pour accueillir les enfants des per­son­nels soi­gnants. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

De plus, comme l’avait déjà annoncé le maire, un sys­tème de garde est mis en place pour les enfants du per­son­nel soi­gnant. Un dis­po­si­tif fai­sant éga­le­ment suite aux décla­ra­tions d’Emmanuel Macron qui a décrété ce sys­tème au niveau natio­nal. « Les taxis et les hôtels pour­ront être réqui­si­tion­nés, le cas échéant. L’État paiera », a par ailleurs pro­mis le pré­sident pour évi­ter trop de dépla­ce­ments au pro­fes­sion­nels de santé et faci­li­ter leur quo­ti­dien. Enfin, ce der­nier a confirmé que le sys­tème serait étendu aux enfants des per­son­nels de police, de gen­dar­me­rie, des pom­piers et des mili­taires.

 

 

Tisser un réseau de solidarité face au coronavirus

 

Et Éric Piolle de com­plé­ter : « On fera tout pour que la crise sani­taire en cours ne se trans­forme pas en crise sociale. La Ville va garan­tir la conti­nuité des soli­da­ri­tés, coûte que coûte. »

 

Personnes âgées dans un Ehpad. © Ville de Grenoble

Les per­sonnes âgées sont par­ti­cu­liè­re­ment à risque face au coro­na­vi­rus. © Ville de Grenoble

Pour ce faire, elle va mettre en place un réseau de soli­da­rité qui s’appuiera à la fois sur le ser­vice public et les asso­cia­tions.

 

Ainsi, une pla­te­forme d’entraide entre voi­sins va être lan­cée pour prendre soin des plus fra­giles. De même, les seniors res­tés à domi­cile seront régu­liè­re­ment contac­tés à l’aide du réper­toire uti­lisé pen­dant la cani­cule.

 

« La Ville a éga­le­ment décidé de main­te­nir en acti­vité la cui­sine cen­trale pour cui­si­ner et livrer des repas aux plus fra­gile, notam­ment grâce au Samu social de Grenoble », a expli­qué le maire.

 

 

Protéger les sans-abris et les femmes battues en danger

 

« Dans le cas des per­sonnes à la rue, elles sont dans une situa­tion de pro­mis­cuité qui favo­rise la pro­pa­ga­tion du virus », a rap­pelé Éric Piolle. Qui dit avoir inter­pellé la pré­fec­ture sur ce point et attendre des consignes pour leur prise en charge. De plus, l’accès aux douches muni­ci­pales sera ren­forcé, et celles-ci res­te­ront bien entendu gra­tuites.

 

Le maire affirme éga­le­ment que « dans les pro­chains jours, la Ville por­tera des actions en direc­tion des femmes vic­times de vio­lences, car le confi­ne­ment peut deve­nir un enfer et nous ne les oublions pas. »

 

 

Coudre des masques pour les hôpitaux

 

Pour pal­lier le manque de masques dans les hôpi­taux, le maire lance éga­le­ment un appel aux cou­tu­riers et cou­tu­rières ama­teurs de la ville.

 

"<yoastmarkEn effet, la consigne a notam­ment été don­née aux per­son­nels soi­gnants de fabri­quer eux-mêmes leurs masques pour se pro­té­ger face au coro­na­vi­rus. « Nous rece­vons des dizaines de pro­po­si­tions d’aide et ça fait chaud au cœur. L’hôpital a besoin de masques. À vos bonnes mains ! », a lancé Éric Piolle. Tout ceci en atten­dant la livrai­son de nou­veaux masques pour le per­son­nel soi­gnant qui devrait se faire mer­credi 18 mars en Isère.

 

 

Stationnements gratuits… et culture en ligne

 

En ce qui concerne le com­merce et les dépla­ce­ments, Éric Piolle a annoncé la sus­pen­sion de la taxe de séjour et des droits de voi­rie. De plus, le sta­tion­ne­ment sera gra­tuit dans toute la ville jusqu’à la fin des mesures de confi­ne­ment.

 

Enfin, le maire de Grenoble n’oublie pas la culture. « Dès mer­credi, nous lan­ce­rons un fes­ti­val en ligne 100 % gra­tuit pour faire cir­cu­ler les œuvres numé­ri­sées des biblio­thèques. Et cer­tains ciné­mas gre­no­blois sont éga­le­ment de la par­tie pour tra­vailler avec la Ville afin d’assurer la conti­nuité du ser­vice public et faire vivre l’intérêt géné­ral », a déclaré Éric Piolle.

 

Côté poli­tique, Emmanuel Macron a annoncé le report du deuxième tour des muni­ci­pales à une date ulté­rieure. Celle du 21 juin a notam­ment été évo­quée, sur pro­po­si­tion du Premier ministre Édouard Philippe.

 

Anissa Duport-Levanti

 

 

Situation épidémiologique en Auvergne Rhône-Alpes

 

617 cas diag­nos­ti­qués* Covid-19 ont été recen­sés ce lundi 16 mars, soit 94 de plus que la veille en Auvergne-Rhône-Alpes et 20 décès au total, selon la pré­fec­ture et l’Agence régio­nale de santé.

 

La répar­ti­tion par dépar­te­ment est la sui­vante :

– Ain : 59 (+7) cas posi­tifs, dont 1 per­sonne décé­dée
– Allier : 5 (+1) cas posi­tifs
– Ardèche : 29 (+5) cas posi­tifs
– Cantal : 1 (+0) cas posi­tif
– Drôme : 69 (+23) cas posi­tifs, dont 1 per­sonne décé­dée
– Haute-Loire : 7 (+0) cas posi­tifs
– Isère : 35 (+1) cas posi­tifs, dont 1 per­sonne décé­dée
– Loire : 76 (+12) cas posi­tifs dont 1 per­sonne décé­dée
– Puy-de-Dôme : 20 (+1) cas posi­tifs
– Rhône : 164 (+28) cas posi­tifs dont 10 per­sonnes décé­dées
– Savoie : 26 cas (+4) cas posi­tifs dont 1 per­sonne décé­dée
– Haute-Savoie : 126 (+11) cas posi­tifs dont 5 per­sonnes décé­dées

 

  • * Le nombre de cas comp­ta­bi­li­sés cor­res­pond aux cas confir­més par la réa­li­sa­tion de tests en labo­ra­toire. Ces der­niers sont « réa­li­sés en prio­rité auprès des per­sonnes pour les­quelles la confir­ma­tion du diag­nos­tic repré­sente un enjeu impor­tant, notam­ment les per­sonnes hos­pi­ta­li­sées pré­sen­tant des formes graves, les pro­fes­sion­nels de santé, les pre­miers cas pos­sibles en Ehpad, les femmes enceintes ou encore les don­neurs d’organes ».
MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
10777 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. sep article
  2. PiollePot prô­nait pour la décrois­sance et le Bon Dieu l’a entendu, on aura de la décrois­sance. A l’é­chelle mon­diale. Plus sérieu­se­ment, la crise de la COVID19 a démon­tré le DANGER ÉNORME des trans­ports en com­mun, le PREMIER VÉHICULE de l’é­pi­dé­mie. La voi­ture indi­vi­duelle reste le meilleur moyen pour se pro­té­ger et pro­té­ger les autres en cas de conta­mi­na­tion . Essayez de l’ex­pli­quer à PiollePot – j’ai­me­rais voir sa tronche 🙂

    sep article
    • com­ment pou­vez-vous écrire « La voi­ture indi­vi­duelle reste le meilleur moyen pour se pro­té­ger … » alors que vous êtes confiné comme les autres et ne devriez pas sor­tir de chez vous ?

      sep article
      • Cher Monsieur. Vous avez mal lu les consignes du ministre de l’Intérieur. Je conti­nue de bos­ser tous les jours dans mon bureau. J’ai bossé toute ma vie dès 18 ans et c’est pas la COVID19 qui m’ar­rê­tera. Je com­prends votre indi­gna­tion, le tra­vail et le gau­chisme, ça se marie pas (tous les pré­textes sont bon pour glan­der), mais c’est pas mon pro­blème.

        sep article
  3. Place gre’­net, vous ne pou­vez affir­mer que Grenoble ou l’Isère soient moins tou­chées par le covid19, et qu’Eric Piolle ait d’a­près vous annoncé de tels pro­pos n’est pas res­pon­sable.

    80% des per­sonnes conta­mi­nées ne déve­lop­pe­rons pas ou presque pas de symp­tômes alors qu’elles sont conta­gieuses.

    Il n’y a aucun dépis­tage sys­té­ma­tique et géné­ra­lisé qui per­mette d’af­fir­mer de tels pro­pos.

    Il y a un déca­lage de 5 à 15 jours au regard de la période d’in­cu­ba­tion, entre le jours où les chiffres de conta­mi­na­tions sont annon­cés, UNIQUEMENT des cas graves donc, et le moment ou les futurs cas graves SEULEMENT seront dépis­tés.

    Donc une dif­fé­rence énorme entre les cas offi­ciel­le­ment annon­cés et le nombre de per­sonnes infec­tées et conta­gieuses, chiffres que per­sonne ne sait ni éva­luer ni chif­frer.

    sep article
    • PT

      17/03/2020
      14:44

      Oui, bien sûr, mais pour l’heure l’Isère est rela­ti­ve­ment moins tou­ché que les autres dépar­te­ments.

      sep article