Fin des tickets Tag vendus à bord pour lutter contre le coronavirus : insuffisant selon la CGT

sep article



 

FIL INFO – Fin des tickets vendus à bord, fermeture partielle des agences… Les premières mesures mises en place par la Semitag pour tenter de juguler la progression du coronavirus sont notoirement insuffisantes, accuse la CGT. Qui réclame l’arrêt des contrôles, la fermeture de toutes les agences commerciales et un accès aux bus par les portes arrières. Des mesures que Kéolis a déjà annoncé à Lyon.

 

 

Alors que le contrat de maintenance conclu avec JCDecaux sur les arrêts bus et tram arrive à échéance en 2019, le SMTC consulte pour mieux cerner les besoins des usagers en matière de mobilier urbain.

La Semitag inter­dit à comp­ter de lundi la vente de tickets à bord de ses bus et tram pour ten­ter de jugu­ler l’é­pi­dé­mie de coro­na­vi­rus.  © Patricia Cerinsek

La vente des tickets à bord des bus et tram est sus­pen­due à comp­ter du lundi 16 mars. L’achat des tickets ne pourra donc se faire que par SMS1Moyennant 2,10 € le ticket contre 1,60 € au dis­tri­bu­teur, en envoyant le mes­sage  » 1h » au 93123. pour « lut­ter contre la pro­pa­ga­tion du virus », pré­cise la Semitag dans un com­mu­ni­qué.

 

La société, qui exploite le réseau de trans­ports en com­mun de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise, tente ainsi de jugu­ler la pro­gres­sion de l’é­pi­dé­mie de coro­na­vi­rus. Dans la même logique, elle a fermé ses agences com­mer­ciales, à l’ex­cep­tion des sites de Grand Place et Alsace Lorraine qui res­tent pour l’heure ouverts.

 

La fré­quence des pas­sages a, par ailleurs, été adap­tée. Elle se cale ainsi sur le rythme des vacances sco­laires, avec tou­te­fois des horaires encore très tar­difs, mal­gré les fer­me­tures de lieux publics et pri­vés.

 

 

« Nous demandons la possibilité pour les clients de monter par la porte arrière des bus »

 

De mesures notoi­re­ment insuf­fi­santes pour la CGT qui, depuis le 13 mars, réclame de stop­per la vente de titres magné­tiques dans les agences et les bus mais aussi de mettre un terme au contrôle des usa­gers. « Tous ces échanges sont vec­teurs de conta­mi­na­tion », pointent Willy Durand et Rachid Becili, élus CGT à la CSE.

 

 

Tramway de Grenoble janvier 2020 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Les lignes s’a­daptent et se calent sur le rythme des vacances sco­laires. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

« Nous deman­dons la pos­si­bi­lité pour les clients de mon­ter par la porte arrière des bus. Nous deman­dons aussi à la Semitag de mettre tous les moyens néces­saires pour mettre à dis­po­si­tion de ses sala­riés le nombre suf­fi­sant de gel hydro­al­coo­lique dont nous n’ar­ri­vons pas à nous appro­vi­sion­ner, des lin­gettes en nombre suf­fi­sant pour dés­in­fec­ter les postes de conduite et postes de tra­vail, des masques et aug­men­ter le net­toyage de tous nos locaux. »

 

Des mesures que Kéolis à Lyon a, d’a­près nos infor­ma­tions, annoncé mettre en place. Outre la condam­na­tion des portes avant, et un accès par les seules portes arrière, toutes les agences com­mer­ciales seront fer­mées mais le per­son­nel main­tenu pour faire face à l’ur­gence. À Lyon éga­le­ment, la pro­lon­ga­tion du Métro jus­qu’à 3 heures du matin a été sus­pen­due et les lignes de bus de nuit sup­pri­mées.

 

Patricia Cerinsek

 

 

1 Moyennant 2,10 € le ticket contre 1,60 € au dis­tri­bu­teur, en envoyant le mes­sage  » 1h » au 93123.

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2683 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.