Coronavirus : deux cas détectés en Isère, selon l’ARS et la préfecture

sep article

Fête comme chez vous Ville de Grenoble

 

FIL INFO — Après un premier cas signalé samedi 7 mars, l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes et la préfecture de l’Isère annoncent l’identification d’un deuxième cas de coronavirus Covid-19 chez une personne « séjournant » dans le département. Et rappellent que, dans la majorité des cas, le virus est bénin. Mais qu’il convient d’adopter des gestes simples afin d’éviter sa propagation pour protéger les plus fragiles.

 

 

Identifié en Auvergne-Rhône-Alpes depuis plusieurs jours, le coronavirus Covid-19 fait petit à petit son apparition en Isère. Après un premier cas (une personne de passage) signalé samedi 7 mars, l’Agence régionale de santé et la préfecture de l’Isère ont annoncé lundi 9 mars qu’une personne « séjournant dans le département de l’Isère » avait été confirmée positive au virus. En l’occurrence, une sexagénaire qui a été prise en charge au service de réanimation du CHU de Grenoble.

 

Le Centre hospitalier universitaire Grenoble Alpes © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le Centre hospitalier universitaire Grenoble Alpes. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Des investigations sont en cours afin d’identifier les personnes ayant été « en contact étroit » avec la malade. Une fois identifiées, les personnes se verront indiquer une « conduite à tenir » : surveiller l’apparition de symptômes et, en cas d’apparition, contacter directement le 15. « En l’absence d’appel de la part des autorités sanitaires, il n’y a pas de mesure particulière à prendre, mise à part appliquer les gestes barrières », note l’ARS.

 

 

Limiter la circulation du virus pour protéger les plus fragiles

 

Alors que le coronavirus est sur toutes les lèvres, l’ARS veut éviter tout phénomène de psychose collective et rappelle que « pour la très grande majorité des personnes atteintes du Covid-19, la maladie est bénigne ». Dans 80 % des cas, selon les données actuelles, les malades développeront des symptômes équivalents à un grippe. Mais les personnes fragiles sont susceptibles de développer une forme bien plus grave de la maladie.

 

Coronavirus : l'ARS et la préfecture de l'Isère annoncent un deuxième cas détecté dans le département.Le ministre de la santé Olivier Véran © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le ministre de la santé Olivier Véran. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« Individuellement et collectivement, nous pouvons limiter l’impact de la maladie très efficacement en protégeant activement les plus fragiles d’entre nous et les personnes âgées », écrit l’Agence. Ceci en évitant de rendre visite aux personnes atteintes des symptômes ou malades. De la même manière, les malades ne doivent pas rendre visite à des personnes hospitalisées, y compris en maternité.

 

Les recommandations pour éviter la circulation du virus restent les mêmes : se laver régulièrement les mains, tousser ou éternuer dans son coude, se moucher avec un mouchoir à usage unique et éviter de serrer la main ou de faire la bise. Quant aux personnes de retour d’une « zone à risques » ou d’un « foyer d’infection », elles sont fermement invitées à contacter le 15 directement en cas d’apparition de symptômes.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
36031 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Bonjour,

    Il serait bien de diffuser la commune touchée. Ne pas le faire a un effet anxiogène et le souhait de l’ARS de ne pas le diffuser aussi. Cela donne l’impression que quelque chose est caché. Au vu des sondages sur les comportements des citoyens en terme de gestes barrières, cela pousserai les gens à être plus prudent localement. Cordialement, Josephine

    sep article
  2. il serait bien pour les jeunes de 18 ans à 20 ans de faire le « pass culture » national en isère pour limiter les contacts entre jeunes avec ce virus

    sep article
  3. sep article