Le local de campagne d’Émilie Chalas “muré” avec des plaques de polystyrène aux messages hostiles

Le local de campagne d’Émilie Chalas “muré” avec des plaques de polystyrène aux messages hostiles

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

EN BREF – Des plaques de polystyrène pour murer le local de campagne, accompagnées de messages hostiles : c’est ce qu’ont découvert les militants en faveur de la candidate LREM Émilie Chalas, mardi 14 janvier à Grenoble. Une action que dénonce la parlementaire. De même que le maire sortant Éric Piolle, via un message prudent dans le choix de ses termes.

 

 

« On ne lâchera rien ». Tel est le mes­sage lancé par la can­di­date (et dépu­tée) inves­tie par La République en marche aux muni­ci­pales de Grenoble. Émilie Chalas réagis­sait ainsi sur les réseaux sociaux à une action de “murage” de son local de cam­pagne, mardi 14 jan­vier 2020, place Saint-André à Grenoble. Des plaques de poly­sty­rène peintes pour res­sem­bler à des briques avaient en effet été col­lées dans la nuit devant le local, accom­pa­gnées de mes­sages hostiles.

 

Le local de campagne d'Émilie Chalas muré au petit matin du 14 janvier © Émilie Chalas - Twitter

Le local de cam­pagne d’Émilie Chalas muré au petit matin du 14 jan­vier © Émilie Chalas – Twitter

 

Ce n’est pas la pre­mière fois que la cam­pagne d’Émilie Chalas est mar­quée par des inci­dents. Dans la fou­lée d’une mani­fes­ta­tion sau­vage contre la réforme des retraites le samedi 7 décembre 2019, un stand de cam­pagne aux cou­leurs de la can­di­date avait été pris à par­tie et par­tiel­le­ment dégradé. Émilie Chalas annon­çait alors vou­loir por­ter plainte. Et dénon­çait au pas­sage une condam­na­tion jugée équi­voque de la part du maire de Grenoble Éric Piolle.

 

 

Émilie Chalas prône un débat de propositions

 

« Ce samedi de nou­veau, notre stand de cam­pagne a été dégradé, du maté­riel détruit et des mili­tants insul­tés, fait-elle savoir ce mardi soir dans un com­mu­ni­qué. Ce matin le local de cam­pagne était muré, les portes et ser­rures condam­nées. Intimidations, menaces, insultes, deviennent mon­naie cou­rante. Cela suf­fit ! », affirme la can­di­date, qui s’in­ter­roge : « Au nom de quelle idéo­lo­gie pré­fère-t-on l’insulte et la menace au débat construc­tif et res­pec­tueux ? » Tout en décla­rant refu­ser de « capi­tu­ler face à l’intolérance et la vio­lence d’une poi­gnée d’individus ».

 

Émilie Chalas lors de l'inauguration de son local de campagne. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Émilie Chalas lors de l’i­nau­gu­ra­tion de son local de cam­pagne. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Et celle-ci de pour­suivre : « Devant la tour­nure de la cam­pagne gre­no­bloise, j’appelle tous les démo­crates à condam­ner sans détours ces com­por­te­ments. J’appelle éga­le­ment tous les can­di­dats à mon­trer l’exemple et à s’engager dans une cam­pagne de pro­po­si­tions, et à accep­ter d’en débattre. »

 

 

Condamnation (sans dénomination) d’Éric Piolle

 

« Condamner sans détours » ? La nou­velle action n’a en tout cas pas sus­cité de réac­tion du can­di­dat Alain Carignon. Tandis qu’Olivier Noblecourt a dénoncé sur Twitter (uni­que­ment) des « méthodes d’in­ti­mi­da­tion inac­cep­tables ». Twitter encore, où Éric Piolle prend une nou­velle fois la plume pour com­men­ter le coup d’é­clat. Du moins peut-on le sup­po­ser… puisque le maire ne cite jamais le nom de sa concurrente.

 

Quelques heures plus tard dans la journée du 14 janvier, le local de campagne a retrouvé son apparence initiale © Place Gre'net

Quelques heures plus tard dans la jour­née du 14 jan­vier, le local de cam­pagne a retrouvé son appa­rence ini­tiale. © Place Gre’net

 

« Il y a quelques jours je dénon­çais une cam­pagne de cani­veau : ça conti­nue… Notre démo­cra­tie locale a besoin de calme et de res­pect pour que chaque Grenoblois puisse débattre et choi­sir serei­ne­ment le pro­jet d’a­ve­nir pour sa ville », écrit ainsi Éric Piolle sur son compte Twitter. En fai­sant réfé­rence à son inten­tion de por­ter plainte contre les par­ti­sans d’Alain Carignon, suite aux attaques lan­cées par Grenoble le chan­ge­ment.

 

Des termes choi­sis pour ne pas frois­ser une par­tie de son élec­to­rat ? Le maire sor­tant manque en effet rare­ment une occa­sion d’at­ta­quer fron­ta­le­ment LREM. « Nous ne serons pas le tro­phée de la macro­nie », pro­cla­mait-il lors de l’i­nau­gu­ra­tion de son propre local de cam­pagne. Tandis que son col­lec­tif Grenoble en com­mun compte depuis peu une figure des Gilets jaunes dans ses rangs, en la per­sonne de Julien Terrier.

 

Florent Mathieu

 

Article modi­fié le mer­credi 15 jan­vier 2020, avec la men­tion et l’in­cor­po­ra­tion de la réac­tion d’Olivier Noblecourt, préa­la­ble­ment signa­lée man­quante par erreur.

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Candidat à la mairie de Grenoble, le délégué interministériel à la lutte contre la pauvreté Olivier Noblecourt a mis un terme à sa mission interinistérielle
Municipales : les propositions d’Olivier Noblecourt en faveur de l’économie sociale et solidaire

  EN BREF – Olivier Noblecourt, candidat à la mairie de Grenoble, a récemment dévoilé ses engagements en faveur de l’économie sociale et solidaire. Au programme, notamment, de Lire plus

Le soutien à Éric Piolle de l’ex-leader des gilets jaunes Julien Terrier divise les troupes

  FOCUS - Julien Terrier, ex-leader des gilets jaunes de l'agglomération grenobloise, vient de rejoindre le candidat Éric Piolle et son collectif Grenoble en commun. Lire plus

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Faible mobilisation malgré des renforts régionaux pour l’acte XIX des gilets jaunes à Grenoble

REPORTAGE VIDÉO - Près de 800 gilets jaunes – 650 selon la police – ont défilé dans les rues de Grenoble ce samedi 23 mars. Lire plus

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Plus de 200 gilets jaunes dans les rues de Grenoble : bilan mitigé pour l’acte XV

REPORTAGE VIDÉO - L'interpellation de deux porte-paroles et l'impossibilité de mener une opération “péage gratuit” à Voreppe n'ont pas découragé les gilets jaunes grenoblois. Ils étaient Lire plus

François Ruffin à Grenoble : « J’aurais été un des porte-parole des gilets jaunes si je n’avais pas été député »

REPORTAGE VIDÉO - François Ruffin, député La France insoumise de la Somme, a choisi la ville de Grenoble pour débuter, ce vendredi 15 février, une Lire plus

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Acte XIII à Grenoble : les gilets jaunes envisagent d’autres formes d’actions pour éviter “la manifestation de trop”

REPORTAGE VIDÉO - Ce samedi 9 février a été marqué par la treizième mobilisation des gilets jaunes de l'agglomération grenobloise. Entre trois et quatre cents Lire plus

Eco'V

Flash Info

|

23/09

22h35

|

|

23/09

13h57

|

|

23/09

10h21

|

|

23/09

9h40

|

|

22/09

12h47

|

|

22/09

11h34

|

|

22/09

10h50

|

|

22/09

10h12

|

|

22/09

9h49

|

|

21/09

19h03

|

L'Oeil de Perotto - La défaite d'Eric Piolle à la primaire écologiste, vue par Marc Perotto sur Place Gre'net

Les plus lus

Montagne| Première édition du Raid multisports Grenoble-Alpes le dimanche 19 septembre 2021

Art en ville. © Grenoble-Alpes Métropole

Culture| Des sentiers d’art vont relier une vingtaine d’œuvres sur le territoire métropolitain grenoblois

L’art déconfiné, des confiné(e)s : une expo participative sur la pandémie © Sarah Krakovitch - Place Gre'net

Culture| L’art déconfiné, des confiné(e)s : une exposition participative de réflexion artistique sur la pandémie

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Espace Aragon

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin