Un militant grenoblois expulsé d’Algérie après plusieurs jours de rétention

sep article

 

EN BREF – Privé de passeport pendant douze jours pour avoir photographié les manifestants algériens de l’Hirak, Jean-François Le Dizès a fini par être expulsé d’Algérie, ce vendredi 10 janvier. L’assignation à résidence du militant grenoblois aurait sans doute pu durer sans la pression de son réseau militant et de la couverture médiatique.

 

 

Il a été expulsé après plusieurs jours de rétention : le grenoblois Jean-François Le Dizès avait notamment pris des photos de Kabyles manifestant en Algérie

Jean-François Le Dizès, mili­tant gre­no­blois de la gauche alter­na­tive, « jour­na­liste ama­teur » (selon ses propres mots) et bour­lin­gueur à tra­vers le monde. DR

Expulsé par les auto­ri­tés algé­riennes juste après une visite médi­cale, Jean-François Le Dizès, 73 ans, a fina­le­ment rega­gné la France, ce ven­dredi 10 jan­vier.

 

La police algé­rienne repro­chait à cet ancien pro­fes­seur gre­no­blois de mathé­ma­tiques et mili­tant de la gauche alter­na­tive d’avoir pho­to­gra­phié des mani­fes­tants de l’Hirak, le 27 décembre der­nier, à Tizi-Ouzou.

 

Fort de nom­breuses attaches en Algérie, le mili­tant s’y ren­dait pour la quin­zième fois de son exis­tence, dans l’optique cette fois d’y pas­ser les fêtes de fin d’année.

 

Jean-François Le Dizès comp­tait éga­le­ment réa­li­ser un repor­tage sur l’Hirak, mou­ve­ment de contes­ta­tion popu­laire, pour son jour­nal de la gauche alter­na­tive, Ensemble Isère, dont il est direc­teur de publi­ca­tion.

 

 

Le buzz médiatique aurait conduit les autorités à agir

 

 

Lors de son inter­ro­ga­toire de six heures au poste, le 27 décembre der­nier, la police lui avait confis­qué son pas­se­port sine die et avait déclaré enta­mer une enquête. La situa­tion du Grenoblois s’est fina­le­ment décan­tée, lundi 5 jan­vier.

 

Hirak d'Alger en Algérie, décembre 2019, crédit Jean-François Le Dizès

Hirak d’Alger en Algérie, décembre 2019, cré­dit Jean-François Le Dizès

À cette date, le consu­lat fran­çais en Algérie lui a fait savoir, via une assis­tante sociale, qu’il allait lui prê­ter main forte et inter­cé­der direc­te­ment auprès du ministre algé­rien. Le mili­tant croit fer­me­ment que les appels et les mails de son réseau – comp­tant des per­son­na­li­tés, telles que des dépu­tés et des élus, syn­di­ca­listes, etc. – ont joué un rôle dans le revi­re­ment des auto­ri­tés. Nombre de ces per­son­na­li­tés ont agi dans l’ombre. D’autres ont averti la presse. À l’i­mage d’Eric Piolle, maire de Grenoble, qui a indi­qué par com­mu­ni­qué sa prise de contact avec le minis­tère des affaires étran­gères. Au-delà de ces “pres­sions” d’é­lus, les réseaux sociaux et les articles de presse ont éga­le­ment contri­bué à ce qu’il soit fina­le­ment expulsé, assure le mili­tant de gauche alter­na­tive.

 

 

 

Des représailles pour ceux qui restent ?

 

 

Au final, seules les pho­tos de Tizi Ouzou en Kabylie, région par­ti­cu­liè­re­ment fron­deuse, mon­trant les slo­gans des Kabyles sur des pan­cartes ont “dis­paru” de l’ap­pa­reil photo du mili­tant, observe Jean-François Le Dizès.

 

Hirak de Tizi Ouzou en Algérie, décembre 2019 crédit Jean-François Le Dizès

Hirak de Tizi Ouzou en Algérie, décembre 2019. cré­dit Jean-François Le Dizès

Lequel conserve ses autres cli­chés, notam­ment de mani­fes­tants de l’Hirak à Alger. Des pho­tos qui lui coûtent cepen­dant cher, le “jour­na­liste ama­teur” n’é­tant pas près d’ob­te­nir un nou­veau visa pour l’Algérie…

 

Quid tou­te­fois des Algériens, amis ou fré­quen­ta­tions du mili­tant, poten­tiel­le­ment dans le col­li­ma­teur des forces de l’ordre algé­riennes ?

 

Pour l’heure, le Grenoblois affirme qu’il n’en est rien. Reste tou­te­fois à savoir s’il en serait informé dans le cas contraire…

 

Séverine Cattiaux

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
2726 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Son « réseau » est inexis­tant et la pres­sion média­tique, les algé­riens s’en moquent comme de la guigne.
    C’est la diplo­ma­tie fran­çaise qu’il faut remer­cier d’a­voir encore sorti un cré­tin qui fait du tou­risme de conflit de la panade.

    sep article