Éric Piolle lors de ses vœux à la presse ce jeudi 9 janvier. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Raise Partner : Éric Piolle contre-attaque et porte plainte en dif­fa­ma­tion contre les sou­tiens d’Alain Carignon

Raise Partner : Éric Piolle contre-attaque et porte plainte en dif­fa­ma­tion contre les sou­tiens d’Alain Carignon

EN BREF – Éric Piolle a annoncé, ce jeudi 9 jan­vier, son inten­tion de por­ter plainte pour dif­fa­ma­tion contre le col­lec­tif Grenoble le chan­ge­ment sou­te­nant Alain Carignon. En cause, l’ac­cu­sa­tion de « conseiller inté­ressé » qui aurait favo­risé, grâce à ses man­dats élec­tifs, l’en­tre­prise Raise Partner SARL, dans laquelle il est action­naire mino­ri­taire et où tra­vaille son épouse.

Éric Piolle a annoncé, ce 9 janvier, son intention de porter plainte pour diffamation contre le collectif Grenoble le changement soutenant Alain Carignon. © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Éric Piolle, maire de Grenoble et can­di­dat à sa propre suc­ces­sion pour les muni­ci­pales de Grenoble, a jeté un pavé dans la mare ce jeudi 9 jan­vier à l’oc­ca­sion de ses vœux à la presse.

Ce der­nier a en effet déclaré avoir l’in­ten­tion de por­ter plainte pour dif­fa­ma­tion contre le col­lec­tif Grenoble le chan­ge­ment sou­te­nant son rival Alain Carignon.

En cause ? Les allé­ga­tions du col­lec­tif, que l’élu dément, l’ac­cu­sant d’a­voir été un « conseiller régio­nal inté­ressé ». En d’autres termes, Éric Piolle aurait voté des sub­ven­tions ayant pro­fité indi­rec­te­ment à l’en­tre­prise Raise Partner SARL dont il est action­naire mino­ri­taire et où tra­vaille son épouse. Cette contre-attaque inédite à Grenoble du maire sor­tant fait suite au signa­le­ment adressé ce ven­dredi 3 jan­vier à Éric Vaillant, pro­cu­reur de la République, par les sou­tiens de son rival.

« J’ai décidé de dépo­ser plainte pour dif­fa­ma­tion contre ceux qui dif­fusent ces informations »

C’en est trop pour Éric Piolle qui a donc décidé de ne pas lais­ser pas­ser cette infor­ma­tion qu’il juge fal­la­cieuse et qua­li­fie de fake news, ce thème ayant consti­tué le début de son dis­cours devant la presse. Après avoir cité nombre d’at­taques per­son­nelles, rumeurs et autres ten­ta­tives d’u­ti­li­ser sa vie per­son­nelle pour le dis­cré­di­ter, l’é­dile en est venu à évo­quer l’ob­jet de sa plainte.

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« À plu­sieurs reprises, ces per­sonnes ont fait cir­cu­ler des infor­ma­tions men­son­gères salis­sant les élus, les agents de la Ville dans le seul but de mani­pu­la­tions en vue des élec­tions », accuse l’é­dile. « Concernant par­ti­cu­liè­re­ment ce dos­sier, j’ai décidé de dépo­ser plainte pour dif­fa­ma­tion contre ceux qui dif­fusent ces infor­ma­tions », pour­suit Éric Piolle. Qui regrette, par ailleurs, que cer­tains les aient relayées « sans obli­ga­tion de véri­fi­ca­tion, de pru­dence et de sérieux ». Un ange passe.

« À force de lais­ser-aller, nous plon­geons notre vie publique dans le caniveau »

« À force de lais­ser-aller, nous plon­geons notre vie publique dans le cani­veau et je rap­pelle, c’est mon rôle, la limite à ceux qui font pro­fes­sion de la vio­ler à lon­gueur de jour­née », pour­suit Éric Piolle. Qui pro­fite de l’oc­ca­sion pour enfon­cer le clou à pro­pos de celui qu’il qua­li­fie de « voyou ».

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« Je refuse d’en­trer dans le match qu’ont construit ceux qui espèrent son retour depuis 2002 et de faire mon­ter le ton », explique le maire.

Pour ce der­nier, « tout cela se passe comme dans les années 80 […] Mais en tant que patron de cette ins­ti­tu­tion, il est de ma res­pon­sa­bi­lité de faire vivre un débat public qui donne des clés pour avan­cer et trans­for­mer Grenoble ».

« Tout cela passe par le res­pect de la limite et je marque aujourd’­hui cette limite », conclut gra­ve­ment Éric Piolle.

Joël Kermabon

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Vincent Fristot, Lucille Lheureux, Éric Piolle, Antoine Back et Salima Djidel ont présenté le 27 janvier 2023 le bouclier social et climatique de la Ville de Grenoble financé par la hausse de la taxe foncière. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Musées gra­tuits, can­tine moins chère… Grenoble finance son « bou­clier social et cli­ma­tique » avec la hausse de la taxe foncière

FOCUS - Trois jours avant le conseil municipal du 30 janvier, la Ville de Grenoble a apporté des précisions sur le budget 2023 et la Lire plus

La Ville de Grenoble accueille son premier Chatipi, lieu de refuge pour chats errants
Grenoble accueille son pre­mier Chatipi, lieu de refuge pour chats errants

FOCUS - Les chats errants vont pouvoir profiter du premier ‘Chatipi’ de Grenoble, un abri installé Quai de France, à proximité du Jardin des Dauphins, Lire plus

Une partie des technologies développées chez Orange à Meylan s'appuie sur des outils déjà existants, tels les tablettes numériques. © Martin de Kerimel - Place Gre'net
Orange : un salon “recherche et inno­va­tion” orga­nisé à Meylan pour envi­sa­ger le futur

REPORTAGE - Réunir ses équipes ainsi que quelques invités, et donner une idée de ce que pourraient être les technologies et applications numériques du futur. Lire plus

Hausse des prix, des crédits et des coûts... Les promoteurs immobiliers craignent une année 2023 difficile sur la métropole
Hausse des prix, des cré­dits et des coûts… Les pro­mo­teurs immo­bi­liers craignent une année 2023 dif­fi­cile sur la métro­pole grenobloise

FOCUS - Si le marché de l'immobilier 2022, vu par les promoteurs immobiliers au travers de la FPI Alpes, présente quelques points de stabilité sur Lire plus

Le label HVE, contesté, présent sous la marque Is Here? L'opposition départementale attaque, la majorité assume
Le label HVE, contesté, pré­sent sous la marque Is Here ? L’opposition dépar­te­men­tale attaque, la majo­rité assume

FOCUS - L'opposition de gauche du Département de l'Isère reproche à la majorité de labelliser sous la marque territoriale Is Here des produits classés Haute Lire plus

"Xénophobie institutionnelle": la majorité grenobloise prend ses distances avec les propos de l'élue Christine Garnier
« Xénophobie ins­ti­tu­tion­nelle » : la majo­rité gre­no­bloise prend ses dis­tances avec les pro­pos de l’é­lue Christine Garnier

FLASH INFO - "Racisme d'État" ou "xénophobie institutionnelle"? Pour l'adjointe aux Écoles de la Ville de Grenoble Christine Garnier, les deux expressions semblent ne pas Lire plus

Flash Info

|

28/01

17h12

|

|

27/01

8h30

|

|

25/01

16h10

|

|

25/01

15h18

|

|

25/01

11h21

|

|

25/01

10h46

|

|

25/01

10h37

|

|

24/01

15h27

|

|

23/01

15h30

|

|

20/01

12h42

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 53 : « Une drôle de polé­mique autour des pigeons à Grenoble »

Abonnement| Les loups bien pré­sents en Isère, y com­pris dans le nord du dépar­te­ment, avec 22 meutes recen­sées en 2022

Abonnement| Tollé à Grenoble contre la venue de deux imams confé­ren­ciers consi­dé­rés comme radicaux

Agenda

Je partage !