Transport de matières dangereuses : une charte adoptée dans la région grenobloise

sep article



 

FOCUS – Quelles modalités et itinéraires pour les transports routiers de matières dangereuses sur l’agglomération grenobloise ? Services de l’État, industriels, collectivités, syndicats et associations ont signé une charte commune afin de concilier sécurité des citoyens, protection de l’environnement et impératifs économiques des entreprises.

 

 

« Une démarche qui vise à conci­lier les impé­ra­tifs éco­no­miques et indus­triels avec la sécu­rité de nos conci­toyens et la pré­ser­va­tion de l’en­vi­ron­ne­ment ». C’est ainsi que le pré­fet de l’Isère Lionel Beffre pré­sente la charte sur le trans­port rou­tier de matières dan­ge­reuses dans la région gre­no­bloise. Un docu­ment offi­ciel­le­ment signé fin octobre 2019 entre repré­sen­tants de l’État, indus­triels et col­lec­ti­vi­tés.

 

De gauche à droite, Bernard Le Risbé (AMF), Christophe Dansette (Vencorex), Lionel Beffre et Pierre-Emmanuel Piarulli (Umicore Grenoble) présentent la Charte sur le transport routier de matières dangereuses © Florent Mathieu - Place Gre'net

De gauche à droite, Bernard Le Risbé (AMF), Christophe Dansette (Vencorex), Lionel Beffre et Pierre-Emmanuel Piarulli (Umicore Grenoble) pré­sentent la charte sur le trans­port rou­tier de matières dan­ge­reuses. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Si la volonté d’har­mo­ni­ser les pra­tiques et les iti­né­raires dans le domaine des matières dan­ge­reuses semble natu­relle, la consti­tu­tion de la charte n’a pas été un long fleuve tran­quille. « Il a fallu quelques années de tra­vail pour arri­ver à mettre au point cette charte », sou­ligne Bernard le Risbé, conseiller muni­ci­pal de la Ville de Jarrie et repré­sen­tant de l’Association des maires de France (AMF). Pour qui le docu­ment consti­tue aujourd’­hui un « pas énorme ».

 

 

Deux millions de tonnes de matières dangereuses par an

 

Les besoins sont criants, rap­pelle de son côté Lionel Beffre avant de livrer les der­nières don­nées de tra­fic dis­po­nibles. En 2010, on dénom­brait ainsi entre 100 et 200 camions par jour trans­por­tant des matières dan­ge­reuses sur la région gre­no­bloise. Le trans­port rou­tier reste le mode de dépla­ce­ment majo­ri­taire : sur les 2,1 mil­lions de tonnes de matières dan­ge­reuses ache­mi­nées par an à tra­vers la région, 52 % le sont par la route.

 

Un livret propose les itinéraires recommandés pour les sites industriels de la région, comme ici la plate-forme chimique de Jarrie.

Un livret pro­pose les iti­né­raires recom­man­dés pour les sites indus­triels de la région, comme ici la plate-forme chi­mique de Jarrie.

100 à 200 camions, un chiffre impor­tant ? « Cela repré­sente peu en pour­cen­tage du tra­fic, envi­ron 0,3 %, mais c’est tout de même 100 à 200 oppor­tu­ni­tés d’a­voir un risque ! », explique encore le pré­fet de l’Isère. Un risque d’au­tant plus élevé que l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise n’est pas avare en sites clas­sés Seveso. La pré­fec­ture en dénombre 18, soit autant de zones à risque… qui ne manquent pas de sus­ci­ter des inquié­tudes.

 

Le trans­port de matières dan­ge­reuses est pour­tant une néces­sité pour une région où l’in­dus­trie chi­mique occupe une place de choix dans l’é­co­no­mie locale. Des entre­prises qui exportent et importent nombre de pro­duits, auprès de par­te­naires basés en Europe ou au-delà.

 

La concen­tra­tion est au demeu­rant remar­quable, sou­ligne encore Lionel Beffre : 94 % des flux de trans­port de matières dan­ge­reuses sont géné­rés par… neuf éta­blis­se­ments seule­ment.

 

 

Des itinéraires recommandés pour les transports

 

Le prin­cipe de la charte ? Inviter les indus­triels signa­taires à uti­li­ser les iti­né­raires recom­man­dés pour les trans­ports de matières dan­ge­reuses, en se basant sur un livret éla­boré pour l’oc­ca­sion. Un livret qui défi­nit des tra­jets pour plu­sieurs sites indus­triels, depuis les pla­te­formes chi­miques de Jarrie ou Pont-de-Claix jus­qu’aux sites de STMicroelectronics ou même… du centre régio­nal des douanes. Le tout en fran­çais, anglais, alle­mand et ita­lien.

 

La question des transports de matières dangereuses suppose aussi celle... de leur stationnement © Préfecture de l'Isère

La ques­tion des trans­ports de matières dan­ge­reuses sup­pose aussi celle… de leur sta­tion­ne­ment. © Préfecture de l’Isère

 

Mais la charte ne concerne pas que les iti­né­raires. La ques­tion du sta­tion­ne­ment est éga­le­ment une pro­blé­ma­tique impor­tante. « On pou­vait avoir sur un par­king deux camions de matières dan­ge­reuses et incom­pa­tibles », note ainsi Bernard Le Risbé. Les sta­tions de lavage ou les aires de repos sont, là encore, des élé­ments pris en compte. De même que les horaires de livrai­son, en pri­vi­lé­giant des périodes en-dehors des heures de pointe.

 

Les col­lec­ti­vi­tés ont aussi leur rôle à jouer, en matière de signa­li­sa­tion ou d’in­fra­struc­tures pour les trans­por­teurs. Pas moins de 27 com­munes comptent ainsi parmi les signa­taires de la charte, aux côtés d’une dizaine d’in­dus­triels et d’une quin­zaine d’en­tre­prises de trans­ports. Sans oublier les paraphes des syn­di­cats CGT, FO et CFDT, ou d’as­so­cia­tions comme l’Institut des risques majeurs (Irma) ou Les Associations d’habitants du grand Grenoble (Lahgglo).

 

 

Le ferroviaire plutôt que la route ?

 

Le pré­fet de l’Isère rap­pelle tou­te­fois que les trans­ports de matières dan­ge­reuses n’ont pas attendu la charte pour être sou­mis à des contrôles. « Il y avait déjà fort heu­reu­se­ment des régle­men­ta­tions et des contraintes qui s’ap­pli­quaient à ces trans­ports », explique Lionel Beffre.

 

Pourquoi dans ce cas une charte ? « Un socle régle­men­taire et légis­la­tif existe, mais il fal­lait quand même s’ins­crire dans une logique d’a­mé­lio­ra­tion », répond le pré­fet.

 

Le préfet de l'Isère Lionel Beffre signe la charte © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le pré­fet de l’Isère Lionel Beffre signant la charte. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Une amé­lio­ra­tion qui prend en compte les PLUI (plans locaux d’ur­ba­nisme inter­com­mu­naux), les PDU (plans de dépla­ce­ment urbain) et les Scot (sché­mas de cohé­rence ter­ri­to­riale). Tout en conci­liant les impé­ra­tifs éco­no­miques, envi­ron­ne­men­taux et de sécu­rité induits par ces trans­ports pas comme les autres.

 

En atten­dant un recours plus mas­sif au fer­ro­viaire ? La ques­tion se pose, lorsque le direc­teur de la plate-forme indus­trielle Vencorex Christophe Dansette pointe du doigt des situa­tions pour le moins para­doxales : « Je suis obligé de mettre des contai­ners sur des camions à Grenoble, qui vont ensuite jus­qu’à Lyon… pour être mis sur des wagons ! », déplore-t-il. Une preuve, selon lui, qu’il reste encore matière à réflexion en matière de trans­ports de matières dan­ge­reuses.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
2752 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.