L’Ades, base arrière militante de la majorité sortante, réaffirme sans surprise son soutien à Eric Piolle

sep article



 

EN BREF – Ultime soutien à Eric Piolle pour les municipales en 2020 ? L’association pour la démocratie, l’écologie et la solidarité (Ades), base arrière militante de la majorité sortante, apporte son soutien au maire écologiste de Grenoble. Rien d’étonnant, alors qu’une dizaine d’élus en place sont issus de ses rangs…

 

 

Eric Piolle le 2 décembre 2019. © Raphaëlle Denis - Place Gre'net

Eric Piolle, 2 décembre 2019 © Raphaëlle Denis – Place Gre’net

Sans sur­prise, l’Association pour la démo­cra­tie, l’é­co­lo­gie et la soli­da­rité (Ades) apporte son sou­tien à la liste d’Eric Piolle, maire sor­tant de Grenoble.

 

Dans un com­mu­ni­qué, son pré­sident annonce en effet avoir décidé de sou­te­nir « acti­ve­ment » la démarche de Grenoble en com­mun.

 

« Grenoble en com­mun est la seule pro­po­si­tion poli­tique locale qui entend protéger et contrôler les ser­vices publics qui gèrent nos biens com­muns essen­tiels et qui préparent les tran­si­tions écologiques et énergétiques », jus­ti­fie Vincent Comparat.

 

« Ces ser­vices publics sont, pour le siècle à venir, des points d’appui majeurs pour s’adapter au mieux au chan­ge­ment cli­ma­tique tout en lut­tant effi­ca­ce­ment et avec vigueur contre les inégalités sociales, économiques, de genre. Les poli­tiques de tari­fi­ca­tion sociale mises en œuvre lors de la dernière man­da­ture vont dans ce sens. »

 

 

L’Ades solidement implantée dans l’hémicycle municipal

 

Le plan d’é­co­no­mies faits sur les ser­vices publics n’est-il qu’un loin­tain sou­ve­nir ? Le sou­tien de cette asso­cia­tion his­to­rique à Grenoble – elle existe depuis 1983 – « mobi­li­sée autour des ques­tions de jus­tice sociale, d’écologie et de démocratie locale », n’est pas nou­veau. Base arrière mili­tante de l’ac­tuelle majo­rité, l’Ades est soli­de­ment implan­tée dans l’hé­mi­cycle muni­ci­pal.

 

Ades : un soutien à Eric Piolle. Sans surprise, l'association étant la base arrière militante du maire sortant de Grenoble...

Raymond Avrillier et Vincent Comparat, pré­sident de l’Ades, par­rains de la majo­rité à Grenoble. © Patricia Cerinsek

 

Une dizaine d’é­lus sont issus de ses rangs. On y retrouve notam­ment Olivier Bertrand, conseiller muni­ci­pal délé­gué à l’a­ni­ma­tion et aux fêtes, ou Vincent Fristot, adjoint à l’ur­ba­nisme et la tran­si­tion éner­gé­tique. Mais aussi Laurence Comparat, l’ad­jointe à l’accès à l’in­for­ma­tion et à la libé­ra­tion des don­nées publiques et logi­ciels libres. Qui est aussi la fille de Vincent Comparat. Ainsi que Maryvonne Boileau, conseillère muni­ci­pale à la poli­tique de la ville, com­pagne de Vincent Comparat.

 

« Une force de résistance locale contre toutes les tendances néolibérales »

 

L’Ades repré­sente en tout cas un sou­tien de plus pour le maire sor­tant qui cherche à réité­rer le ras­sem­ble­ment de 2014. Avec un objec­tif affi­ché : consti­tuer un « arc huma­niste » réunis­sant par­tis de gauche (mais pas tous), citoyens, ani­ma­listes et éco­lo­gistes. Ce pour se posi­tion­ner comme, dixit Vincent Comparat, « une force de résistance locale contre toutes les ten­dances néolibérales ».

 

Premières pro­po­si­tions ? Outre la gra­tuité des trans­ports en com­mun le week-end, le col­lec­tif entend accom­pa­gner les vic­times de vio­lences sexuelles et sexistes. Mais aussi pié­ton­ni­ser l’ac­cès aux cent vingt éta­blis­se­ments sco­laires de la ville pour « rendre la rue aux enfants » et débi­tu­mer les cours d’é­cole.

 

Patricia Cerinsek

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3421 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. sep article
  2. « Raymond Avrillier et Vincent Comparat, par­rains de la majo­rité à Grenoble ».
    Place Gre’Net, le poids des mots , le choc des images.…… Espérons que vous fini­rez pas comme le juge Falcone !! Mdr.…

    sep article
  3. la gauche moi­sie qui a déjà pourri cette ville, veut conti­nuer .… sans sur­prise

    sep article
  4. y’a pas un peu comme une vieille odeur de moisi ?

    sep article