Rassemblement des policiers devant l'hôtel de police de Grenoble. © Unité SGP Police FO

Réforme des retraites : plu­sieurs dizaines de poli­ciers ras­sem­blés à Grenoble pour défendre leur statut

Réforme des retraites : plu­sieurs dizaines de poli­ciers ras­sem­blés à Grenoble pour défendre leur statut

FOCUS – Répondant à l’ap­pel de leurs prin­ci­paux syn­di­cats, plu­sieurs dizaines de poli­ciers se sont ras­sem­blés devant l’hô­tel de police de Grenoble, ce mer­credi 11 décembre. Un ras­sem­ble­ment en forme d’a­ver­tis­se­ment pour défendre la par­ti­cu­la­rité de leur sta­tut. Ce juste avant que le Premier ministre Édouard Philippe ne détaille en milieu de jour­née ses arbi­trages sur la réforme des retraites.

Rassemblement des policiers devant l'hôtel de police de Grenoble. © Unité SGP Police FO

Rassemblement des poli­ciers devant l’hô­tel de police de Grenoble. © Unité SGP Police FO

Alors que le mou­ve­ment social contre la réforme des retraites se dur­cit, c’est au tour des poli­ciers de ruer dans les bran­cards pour défendre leur sta­tut. Service oblige, c’est lors de leur pause déjeu­ner que plu­sieurs dizaines de poli­ciers en colère se sont ras­sem­blés devant l’hôtel de police de Grenoble, ce mer­credi 11 décembre, sur fond de gyro­phares et sirènes deux tons. Ils sui­vaient ainsi la consigne de leurs prin­ci­paux syn­di­cats* qui appe­laient à un black out com­plet.

L’objectif de ce ras­sem­ble­ment ? Protester contre une réforme des retraites dont les poli­ciers natio­naux ne veulent pas, crai­gnant qu’elle remette en cause la par­ti­cu­la­rité de leur sta­tut. Ce juste avant que le Premier ministre Édouard Philippe ne détaille ses arbi­trages sur ce pro­jet gou­ver­ne­men­tal, déjà fort contesté.

« Nos col­lègues ont pour consigne de res­ter à l’hô­tel de police »

« Nous nous sommes ras­sem­blés pour mani­fes­ter notre mécon­ten­te­ment parce que la Police natio­nale est aussi tou­chée mal­gré son sta­tut spé­cial », nous explique Yannick Biancheri, le secré­taire dépar­te­men­tal Unité SGP Police FO de l’Isère. Ceci étant, la colère n’est pas mon­tée d’un seul coup. Cela fait déjà plu­sieurs jours que le syn­di­cat invite ses adhé­rents à fonc­tion­ner au ralenti. « Ils ne sortent que sur des appels 17. Mais nous sommes un ser­vice public. S’il y a urgence, nous serons là », assure le syndicaliste.

© Joël Kermabon - Place Gre'net

Des poli­ciers du syn­di­cat Unité SGP Police FO lors d’une mani­fes­ta­tion en jan­vier 2018. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Par contre, pour tout ce qui est acti­vi­tés annexes, patrouilles ou mis­sions non urgentes, « nos col­lègues ont pour consigne de res­ter à l’hô­tel de police », pré­cise Yannick Biancheri. Le mes­sage ? « Bien mon­trer au gou­ver­ne­ment que sans la police, que serait l’État ? »

L’occasion pour le poli­cier de rap­pe­ler que plus de 60 % des CRS sont actuel­le­ment en arrêt mala­die. Un « signe fort », sou­ligne-t-il. « Ça va qu’au­jourd’­hui il n’y a pas de grosses mani­fes­ta­tions mais si nous dur­cis­sons le ton, il n’y aura pas de poli­ciers pour les enca­drer », pré­vient Yannick Biancheri.

Un sta­tut pour des retraites cal­cu­lées sur les six der­niers mois d’activité

Quid de ce sta­tut spé­cial des poli­ciers natio­naux ? « Nos retraites sont cal­cu­lées sur les six der­niers mois d’ac­ti­vité parce que nous avons un métier très com­pli­qué », explique le syn­di­ca­liste. Une par­ti­cu­la­rité qui n’a, selon lui, rien d’une faveur et qu’il faut mettre en pers­pec­tive avec de « lourdes contre­par­ties », appuie le policier.

La réforme des retraites pourrait remettre en cause la particularité du statut des policiers. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La réforme des retraites pour­rait remettre en cause la par­ti­cu­la­rité du sta­tut des poli­ciers. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Notamment la fameuse dis­po­ni­bi­lité “H 24”, durant laquelle les périodes de repos se font rares. « Si un col­lègue est en congés ou si on constate une infrac­tion, crime ou délit, nous avons l’o­bli­ga­tion d’in­ter­ve­nir ». Ajoutez à cela des horaires aty­piques, l’ab­sence de droit de grève… et les menaces.

« Tout cela fait que nous avons un sta­tut par­ti­cu­lier et des retraites en consé­quence », jus­ti­fie Yannick Biancheri. Avant d’en­fon­cer un peu plus le clou. « Si le gou­ver­ne­ment compte nous ali­gner sur une retraite à points, nous récu­pé­re­rons alors notre droit de grève. Comme tout le monde ! », pré­vient-il.

Un métier phy­si­que­ment, ner­veu­se­ment et psy­cho­lo­gi­que­ment difficile

Yannick Biancheri met aussi dans la balance les carac­té­ris­tiques d’un métier très com­pli­qué, « dif­fi­cile phy­si­que­ment et ner­veu­se­ment autant que psy­cho­lo­gi­que­ment ». Comment le res­pon­sable syn­di­cal voit-il les choses si le gou­ver­ne­ment n’en­tend pas les poli­ciers ? « Nous haus­se­rons le ton. Nous deman­de­rons à nos col­lègues d’al­ler se repo­ser, d’al­ler voir un méde­cin et deman­der un arrêt de tra­vail parce qu’ils n’en peuvent plus », rétorque-t-il.

Les policiers inquiets pour leur statut. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les poli­ciers inquiets pour leur sta­tut. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Le mou­ve­ment est en outre très suivi au sein de la Police natio­nale ras­sem­blant 90 % de fonc­tion­naires syn­di­qués. Ce tout corps confon­dus : gar­diens de la paix, offi­ciers, com­mis­saires, enca­dre­ment. « Tous les syn­di­cats de poli­ciers sont arc-bou­tés contre ce pro­jet de réforme », déclare, très com­ba­tif, Yannick Biancheri. Toujours est-il que ces mêmes syn­di­cats risquent bien d’a­voir du pain sur la planche, les jours à venir.

C’est en tout cas ce qu’il res­sort des pre­mières réac­tions consé­cu­tives au dis­cours du Premier ministre. « Le compte n’y est pas ! Ce sont des non-réponses. Nous allons conti­nuer à mettre la pres­sion », a ainsi déclaré Yves Lefebvre, le secré­taire géné­ral de SGP Police FO. À suivre donc…

Joël Kermabon

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Nouvel accident mortel entre cycliste et automobiliste à Grenoble dans la nuit du lundi 22 au mardi 23 août
Un jeune homme de 18 ans blessé à la jambe par arme à feu près d’un arrêt de tram­way à Fontaine

FLASH INFO - Un jeune homme a été pris pour cible dans la soirée du 3 février 2023, près d'un arrêt de tramway à Fontaine. Lire plus

L'entrée principale de Sciences PO Grenoble bloquée par des étudiants pour dénoncer le projet de réforme des retraites. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Réforme des retraites : qua­trième jour de blo­cage à Sciences Po Grenoble, le syn­di­cat étu­diant de droite Uni réagit

EN BREF - Depuis le mardi 31 janvier 2023, des étudiants de Sciences Po Grenoble appuyés par plusieurs syndicats bloquent l'entrée de leur établissement pour Lire plus

Quelles réalités derrière la tentative de squat avortée à Grenoble dimanche 22 août?
Grenoble : une jeune femme griè­ve­ment bles­sée de 19 coups de cou­teau, son com­pa­gnon mis en exa­men et écroué

EN BREF - Une jeune femme de 22 ans a été découverte gravement blessée après avoir reçu 19 coups de couteau, mercredi 1er février 2023, Lire plus

Bilan de la concer­ta­tion volon­taire ZFE : des habi­tants sou­vent mal infor­més, scep­tiques et peu convaincus

FOCUS - À cinq mois de la mise en place, le 1er juillet 2023, de la Zone à faibles émissions (ZFE) pour les voitures de Lire plus

Incendie d'Échirolles: après l'accueil au gymnase La Butte, les résidents évacués sont relogés à l'auberge de jeunesse
Incendie à Échirolles : après l’ac­cueil en gym­nase, les rési­dents éva­cués sont relo­gés à l’au­berge de jeunesse

FLASH INFO - Quelles suites de l'incendie à Échirolles, survenu dans un parking souterrain  jeudi 2 février 2023? Le sinistre a entraîné l'évacuation de plus Lire plus

La Bonne Pioche, épicerie grenobloise de produits locaux en vrac, ouvre un second magasin à Meylan
La Bonne Pioche, épi­ce­rie gre­no­bloise de pro­duits locaux en vrac, ouvre un second maga­sin à Meylan

FLASH INFO - Après une première échoppe à Grenoble, ouverte en 2016, l'épicerie de produits locaux en vrac ou consignés La Bonne pioche met le Lire plus

Flash Info

|

04/02

19h12

|

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

|

03/02

9h45

|

|

02/02

17h00

|

|

02/02

15h51

|

|

02/02

10h16

|

|

01/02

12h49

|

|

01/02

11h34

|

|

01/02

10h32

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Abonnement| Tollé à Grenoble contre la venue de deux imams confé­ren­ciers consi­dé­rés comme radicaux

Abonnement| Musées gra­tuits, can­tine moins chère… Grenoble finance son « bou­clier social et cli­ma­tique » avec la hausse de la taxe foncière

Agenda

Je partage !