Autisme Asperger : le collectif À Fleur de peau se mobilise pour améliorer la prise en charge à Grenoble

sep article



EN BREF – Le collectif grenoblois À fleur de peau organisait sa soirée de lancement ce dimanche 24 novembre. Créé en mai dernier, il vise à soutenir et défendre les intérêts des personnes atteintes du syndrome d’Asperger.

 

 

Sarah Loraux-Chiffard et Charlie Fert, fondateurs du collectif, ont exposé leurs projets au cours de la soirée de lancement le 24 novembre © Raphaëlle Denis - Place Gre'net

Sarah Loraux-Chiffard et Charlie Fert, fon­da­teurs du col­lec­tif, ont exposé leurs pro­jets lors de la soi­rée de lan­ce­ment le 24 novembre 2019. © Raphaëlle Denis – Place Gre’net

« Je me suis investi parce que je refuse que des jeunes vivent les mêmes hor­reurs que moi. » Charlie Fert résume ainsi l’objectif de toutes les actions du col­lec­tif gre­no­blois À fleur de peau.

 

À l’occasion de sa soi­rée de lan­ce­ment ce dimanche 24 novembre, les fon­da­teurs ont annoncé les pro­jets de leur lutte pour les inté­rêts des autistes Asperger.

 

Asperger est une forme mal connue de l’autisme : les per­sonnes atteintes n’ont pas de défi­cience intel­lec­tuelle et peuvent s’exprimer nor­ma­le­ment. En France, elles sont encore très mal prises en charge.

 

 

Améliorer l’accueil des enfants Asperger

 

« Les Sessad [ser­vices d’éducation spé­ciale et de soins à domi­cile, ndlr] sont de bonnes struc­tures, mais il y a au moins trois ans d’attente, explique Sarah Loraux-Chiffard, cofon­da­trice du col­lec­tif. Et pour les ins­ti­tuts médico-édu­ca­tifs, c’est cinq ans. » Ceux-ci, comme d’autres asso­cia­tions spé­cia­li­sées, s’adressent en outre sou­vent aux autistes lourds. « Les autres sont lais­sés au bord de la route. »

 

Sarah Loraux-Chiffard, mère d'un enfant atteint d'Asperger et cofondatrice d'A Fleur de peau © Raphaëlle Denis - Place Gre'net

Sarah Loraux-Chiffard, mère d’un enfant de 8 ans atteint d’Asperger et cofon­da­trice d’A Fleur de peau. © Raphaëlle Denis – Place Gre’net

À Fleur de peau sou­haite ouvrir un lieu d’accueil pour ceux ayant des dif­fi­cul­tés de sco­la­ri­sa­tion. « Le but serait de construire tout ça avec les parents, indique Julien, ancien tra­vailleur en éta­blis­se­ment et ser­vice d’aide par le tra­vail (Esat) qui par­ti­cipe au pro­jet. Qu’on mette en place un temps d’accueil per­son­na­lisé, et pas que ce soit des pro­fes­sion­nels qui décident de tout. »

 

« Ce pour­rait aussi être des lieux de sou­tien pour les parents », ren­ché­rit Sarah Loraux-Chiffard. Elle-même mère d’un enfant Asperger de 8 ans, elle espère sou­la­ger les autres familles de cet « énorme poids » que la situa­tion peut repré­sen­ter. « On se sent jugé par les autres parents, c’est dif­fi­cile. En par­ler entre per­sonnes qui com­prennent pour­rait faire beau­coup de bien. »

 

 

Adapter et sensibiliser le milieu scolaire

 

Certains enfants Asperger sont sco­la­ri­sés nor­ma­le­ment. Pour les aider, le col­lec­tif sou­haite mettre en place des temps péri­sco­laires adap­tés, notam­ment pour la can­tine. « Il y a du bruit, du monde, c’est très com­pli­qué à gérer pour quelqu’un atteint d’Asperger, raconte Sarah Loraux-Chiffard. Rien que vingt minutes pour man­ger au calme avec du per­son­nel formé, ça change tout. »

 

Autistes Asperger : le collectif grenoblois A Fleur de peau a présenté ce 24 novembre 2019 ses projets pour améliorer la prise en charge, notamment concernant la scolarisation des enfants autistes Asperger. © Raphaëlle Denis - Place Gre'net

Soirée de lan­ce­ment du col­lec­tif A Fleur de peau, le 24 novembre 2019. © Raphaëlle Denis – Place Gre’net

Sensibiliser les autres enfants pour­rait éga­le­ment pré­ve­nir le har­cè­le­ment et les moque­ries. « Nous pen­sons que les enfants sont tota­le­ment capables d’entendre et de com­prendre ce qu’est un han­di­cap invi­sible, si on leur explique. »

 

Le col­lec­tif se pro­pose donc d’intervenir dans les classes pour par­ler du syn­drome, et sou­hai­te­rait voir ce genre d’information deve­nir obli­ga­toire à la ren­trée pro­chaine.

 

Pour les adultes, Charlie a fondé un groupe de sou­tien. Nathalie a été la pre­mière à rejoindre ce cercle après s’être ins­tal­lée à Grenoble. « Je suis en recherche d’emploi depuis cinq ans. À Grenoble, je me suis retrou­vée toute seule avec mes parents. Finalement, j’ai autant aidé Charlie qu’il ne m’a aidée », sou­rit-elle.

 

Le col­lec­tif espère pou­voir mener ces pro­jets à bien d’ici la ren­trée, mais n’a pour l’instant pas été reçu par la mai­rie. « On pro­fite des muni­ci­pales pour inter­pel­ler les can­di­dats, signale Sarah Loraux-Chiffard. Il y a besoin d’une poli­tique de la ville sur le han­di­cap. » Rendez-vous donc en mars pro­chain.

 

Raphaëlle Denis

 

Aides aux commerçants
commentez lire les commentaires
3672 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Alors pas de com­men­taire pour un sujet aussi impor­tant ?

    sep article