Charte éthique : à Grenoble, l’association Anticor passe les feux à l’orange

sep article



 

FOCUS – Près de six ans après avoir signé la charte éthique d’Anticor, quel bilan à Grenoble ? En décernant un feu orange, l’association anti-corruption se dit moyennement convaincue de l’application par Eric Piolle de ses neuf engagements. Si le non-cumul a été respecté comme la transparence sur les indemnités perçues, la commission éthique n’a pas été créée. Et la place de l’opposition reste réduite à la portion congrue.

 

 

Charte Anticor : quel bilan à Grenoble ? L'association n'est pas complètement convaincue.Eric Piolle de la liste Grenoble une ville pour tous Laurent Thoviste PS à Fontaine et Geneviève Picard Centre à Saint-ismier signant la charte Anticor Isère contre la corruption des élus

Eric Piolle, Laurent Thoviste et Geneviève Picard lors de la signa­ture de la charte Anticor en 2014. © Jean-Baptiste Auduc – placegrenet.fr

Peut mieux faire. En décer­nant à Grenoble un feu orange, l’as­so­cia­tion Anticor se dit pas com­plè­te­ment convain­cue de l’ap­pli­ca­tion de sa charte éthique.

 

En 2014, Eric Piolle avait été un des deux maires élus en Isère – avec Francie Mégevand à Eybens (cf. enca­dré) –, à avoir apposé sa signa­ture sur les neuf enga­ge­ments pro­po­sés par l’as­so­cia­tion anti-cor­rup­tion.

 

Les can­di­dats, une fois élus, s’en­ga­geaient notam­ment à ne pas cumu­ler plu­sieurs man­dats, à publier les indem­ni­tés per­çues, à créer une com­mis­sion éthique, à favo­ri­ser le rôle de l’op­po­si­tion, ou encore à reti­rer, le temps de l’en­quête, les délé­ga­tions d’un élu mis en exa­men et à lui enle­ver toute res­pon­sa­bi­lité en cas de condam­na­tion par la jus­tice.

 

 

Anticor regrette l’absence de commission éthique

 

Bilan ? « La muni­ci­pa­lité de Grenoble fait preuve d’une rigueur remar­quable quant au non-cumul des man­dats (man­dat unique pour M. Piolle, absence d’élus ayant recon­duit plus de trois man­dats) ainsi que d’une trans­pa­rence effec­tive sur les infor­ma­tions admi­nis­tra­tives, notam­ment concer­nant les demandes de la Cada (com­mis­sion d’ac­cès aux docu­ments admi­nis­tra­tifs, ndlr) », juge Anticor. Voilà pour le bon point.

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
3419 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. J’entends du bruit zzzzzzzzzz zzzzzzz zzzzzzzz. Ah oui, c’est l’ad­mi­nis­tra­teur d’Anticor Raymond Avrillier qui fait sa pause.

    sep article
  2. Le pro­blème avec avec ANTICOR, c’est que ce n’est pas sérieux. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas des gens sérieux et sin­cères chez ANTICOR.
    Tout dépend des groupes locaux, et dans l’Isère, ben c’est pas sérieux, parce que poli­tisé loca­le­ment.
    Vu les affaires qui pendent aux Basques d’Eric Piolle et qui concerne la com­mande et l’in­ves­tis­se­ment public, un feu orange, c’est une blague.

    sep article