Le futur Plan climat air énergie de la métropole grenobloise : un rendez-vous manqué selon Alternatiba

sep article



 

FOCUS – Tandis que l’enquête publique portant sur Plan climat air énergie de la métropole de Grenoble se tient jusqu’au 2 décembre 2019, le mouvement Alternatiba jette un regard sombre et critique sur la copie. Loin d’être un « plan contre l’effondrement », le document serait, en l’état, loin de faire le poids, pourfendent les activistes, face au dérèglement climatique et à ses conséquences sur la vie des habitants dans la métropole grenobloise, à l’horizon 2030.

 

 

Le futur Plan climat air énergie (PCAE) de la métropole grenobloise est bien trop timoré pour faire face à l'enjeu climatique, selon Alternatiba.Métropole grenobloise, vue aérienne DR

Métropole gre­no­bloise, vue aérienne DR

Pendant un mois, les habi­tants de la métro­pole gre­no­bloise sont invi­tés à consul­ter et don­ner leur avis sur le futur Plan cli­mat air éner­gie (PCAE) métro­po­li­tain 2020 – 2030.

 

Un docu­ment émi­nem­ment impor­tant, dans lequel la Métropole décline son plan de bataille pour garan­tir un cadre de vie à peu près tenable pour les habi­tants du ter­ri­toire, à l’horizon 2030. Approuvé en pre­mière lec­ture lors du conseil métro­po­li­tain de juillet, le PCAE sera peut-être modi­fié, à la marge, suite à cette enquête publique. Et la feuille de route défi­ni­tive sera, elle, arrê­tée avant la fin du man­dat.

 

 

Un territoire qui ferait moins pire qu’ailleurs, mais pas encore assez

 

Force est d’ad­mettre que ce qui a été fait jusqu’ici n’a pas réussi à enrayer la crise éco­lo­gique. Depuis 2005, en dépit de la mise en œuvre du pre­mier plan cli­mat à l’é­chelle de l’ag­glo­mé­ra­tion, des dif­fé­rentes poli­tiques natio­nales qui se sont suc­cédé, et des som­mets inter­na­tio­naux plus ou moins déce­vants, le dérè­gle­ment cli­ma­tique s’est emballé.

 

Canicule à Grenoble. Ilôts de chaleur urbains et changement climatique. © Patricia Cerinsek - placegrenet.fr

Canicule à Grenoble. Ilôts de cha­leur urbains et chan­ge­ment cli­ma­tique. © Patricia Cerinsek – placegrenet.fr

Dans la cuvette gre­no­bloise, les étés sont encore plus chauds, les pré­ci­pi­ta­tions plus rares, abon­dantes et impré­vi­sibles, et ces chan­ge­ments ont des réper­cus­sions encore plus mar­quées en mon­tagne.

 

Autant dire que le Plan cli­mat air éner­gie 2020 – 2030 ne doit pas faire dans la demi-mesure et n’a pas inté­rêt à se four­voyer.

 

Or, devant la copie quasi finale, l’association Alternatiba, qui a par­ti­cipé à l’é­la­bo­ra­tion de ce plan, fait la gri­mace. Et c’est peu dire. Certes, la Métropole de Grenoble fait preuve de bonne volonté par rap­port à d’autres ter­ri­toires, admettent les acti­vistes éco­lo­gistes, mais le futur PCAE n’est selon eux vrai­ment pas à la hau­teur des enjeux.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
3542 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. sep article
  2. la photo montre des gens qui pié­tine de l’herbe…
    ils détruisent e patri­moine vert de la ville ?

    sep article