Étudiant immolé : près de 150 personnes se sont rassemblées à Grenoble pour dénoncer la précarité étudiante

sep article

Grenoble Voisins Voisines : la plateforme des solidarités pour faire face ensemble au coronavirus tout en restant chez soi !

 

FOCUS – Près de 150 personnes se sont rassemblées ce mardi 12 novembre devant le Crous du campus de Saint-Martin-d’Hères pour dénoncer la précarité étudiante. Un rassemblement en réponse à l’appel national de Solidaires étudiants après l’acte désespéré d’un de leurs camarades devant le Crous de Lyon, ce vendredi 8 novembre. Cet étudiant de 22 ans dans une situation financière critique après avoir perdu sa bourse s’était immolé par le feu.

 

 

Près de 150 personnes mobilisées pour dénoncer la précarité étudiante. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Près de 150 personnes mobilisées pour dénoncer la précarité étudiante. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Près de 150 personnes se sont rassemblées ce mardi 12 novembre à 18 heures devant le bâtiment du Crous du campus de Saint-Martin-d’Hères. Elles répondaient ainsi à un appel national du syndicat Solidaires étudiants, invitant à des rassemblements pour dénoncer la grande précarité qui touche le milieu étudiant.

 

Des mobilisations en hommage à l’acte désespéré d’un jeune homme de 22 ans, ce 8 novembre, devant un restaurant universitaire de Lyon. Ce dernier, militant de Solidaires étudiant, qui ne touchait plus sa bourse d’études, s’était immolé par le feu pour alerter sur sa situation financière devenue critique.

 

Dans un message posté sur son compte Facebook, il avait expliqué avoir « visé un lieu politique » pour revendiquer, entre autres considérations, « le salaire étudiant et d’une manière plus générale, le salaire à vie, pour qu’on ne perde pas notre vie à la gagner ».

 

 

« Nous sommes en colère face à l’attitude de froideur de l’État »

 

« La précarité tue, la solidarité sauve », pouvait-on lire sur la banderole tendue par des militants de Solidaires étudiants. Tout autour, les visages graves et les conversations feutrées traduisaient l’émotion des participants après ce passage à l’acte « irréparable », ainsi que le qualifiait lui-même le jeune homme dans son message.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Premier à prendre la parole, Amine, étudiant en sciences humaines et militant de Solidaires étudiants, a dénoncé au micro « la grande précarité touchant les étudiants due aux politiques menées depuis une cinquantaine d’années ». Pour Amine, « les revendications qu[e l’étudiant] a portées avant de passer à l’acte ne doivent pas être mises de côté. Le gouvernement doit agir enfin contre la précarité ».

 

Sa voix tremble un peu, il est visiblement ému, notamment lorsqu’il relit devant l’assemblée le texte de son ami et camarade de lutte. « Il dénonce aussi les responsables politiques qui ont organisé cette précarité généralisée », poursuit-il, sa lecture achevée. « Comme pour beaucoup d’autres, sa bourse lui a été refusée par le Crous, le précipitant ainsi dans une situation intenable. Ce contexte touche beaucoup trop d’étudiants ! », se révolte Amine.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« Nous sommes bouleversés, mais surtout en colère face à la froideur de l’État. Nous réclamons une prise de position officielle de Frédérique Vidal –  la ministre de l’Enseignement supérieur – , pour l’heure toujours silencieuse ». Si le gouvernement ne réagit pas ? « Nous sommes prêts à aller au bras de fer. S’il ne fait rien, nous l’obligerons à prendre les mesures nécessaires », nous confie le représentant syndical.

 

 

« Comment peut-on vivre avec 450 euros par mois ? »

 

Que réclament les étudiants ? Principalement une augmentation importante des bourses d’études. « Comment peut-on vivre avec 450 euros par mois ? Et encore, c’est le haut du panier car la moyenne se situe autour de 200 euros », explique Amine.

 

Les Crous responsables de la précarité étudiante ?© Joël Kermabon - Place Gre'net

Les Crous, dans le collimateur de Solidaires étudiants. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Emma, étudiante, se sent très concernée par la précarité étudiante. « Je suis boursière et loin de chez moi. J’ai 250 euros de bourse et 100 euros de bourse au mérite, auxquelles s’ajoutent 130 euros d’APL. Avec un loyer de 350 euros, c’est la galère ! » À ses côté, une autre Emma. Non boursière, cette dernière estime être plus privilégiée mais se déclare solidaire. « Nous devrions plutôt assurer notre futur que la fin de mois. Tout le monde devrait se mobiliser ! »

 

Dans le collimateur des étudiants, le Centre régional des œuvres universitaires (Crous). « Ce 29 novembre, doit se dérouler son conseil d’administration qui va voter son budget », indique, quant à lui, Julien, étudiant en journalisme. « Ce sont des gens en costard qui prennent des décisions pour des gens qu’ils ne voient jamais et n’ont aucune idée de nos conditions de vie », explique-t-il. Avant d’inviter les participants à venir « leur montrer que ces personnes-là existent », ainsi qu’à s’exprimer à travers la page Facebook Résidents de Berlioz mobilisés.

 

 

« Nous devons donner à ce geste tout le symbole et l’ampleur qu’il doit avoir »

 

D’autres intervenants dont des représentants syndicaux et des enseignants vont, tour à tour, prendre la parole. Telle Isabelle, professeure de littérature comparée. « Il n’est absolument pas normal qu’un jeune homme éprouve la nécessité de se livrer à un acte pareil. Nous devons donner à ce geste tout le symbole et l’ampleur qu’il doit avoir », clame-t-elle.

 

Manifestation contre la précarité étudiante. © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

D’autres vont évoquer les nombreuses luttes en cours, nationales ou internationales. Avant de donner rendez-vous pour les prochaines mobilisations, en particulier la grève prévue le 5 décembre prochain.

 

Concernant les suites à apporter au mouvement, une des intervenantes propose des blocages sur le campus martinérois, suite à la décision de Solidaires étudiants Lyon 2 de bloquer les campus de Bron et des bords du Rhône, ce mercredi 13 novembre. Toujours est-il que la lutte est bel et bien engagée. « Il faut un changement immédiat et radical, il faut que tout cela cesse ! », exhorte Solidaires étudiants.

 

Joël Kermabon

 

commentez lire les commentaires
3650 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Un déséquilibré se suicide.
    Le réflexe pavlovien « Macron démission » revient.
    A part ça… zavez rien d’autres faire ?

    sep article
  2. La misère est de plus en plus partagée par de nombreuses personnes.
    450 euros,ce n’est certes pas suffisant pour vivre correctement,il n’empêche
    que c’est un effort de la collectivité.
    C’est vrai que le pays marche sur la tête, je pense surtout aux jeunes migrants
    sur qui on investit des sommes astronomiques, alors que l’on conduit au suicide
    des étudiants doués pour les études.
    Je pense aux dizaines de milliers d’SDF qui dorment et qui meurent dehors dans
    un silence assourdissant …

    sep article
  3. sep article
  4. précarité des étudiants ?! Impensable! Il faut prendre des mesures urgentes et fortes! Par exemple, leur donner le statut des fonctionnaires, dès 18 ans, à tout ceux inscrits à la fac. Comme ça, pas de précarité, pas de chomage, pas de problèmes

    sep article
  5. Ce n’est pas la précarité qui a tué ce jeune homme, c’est la folie. Voici comment il a expliqué son geste meurtrier envers lui même :
    Bonjour,
    Aujourd’hui, je vais commettre l’irréparable, si je vise donc le bâtiment du CROUS à Lyon, ce n’est pas par hasard, je vise un lieu politique, le ministère de l’enseignement supérieur et la recherche et par extension, le gouvernement.
    Cette année, faisant une troisième l2, je n’avais pas de bourses, et même quand j’en avais, 450€/mois, est ce suffisant pour vivre ?
    J’ai eu la chance d’avoir des personnes formidables autour de moi, ma famille et mon syndicat, mais doit-on continuer à survivre comme nous le faisons aujourd’hui ?
    Et après ces études, combien de temps devrons nous travailler, cotiser, pour une retraite décente ? Pourrons nous cotiser avec un chômage de masse ?
    Je reprends donc une revendication de ma fédération de syndicats aujourd’hui, avec le salaires étudiant et d’une manière plus générale, le salaire à vie, pour qu’on ne perde pas notre vie à la gagner.
    Passons à 32 heures de travail par semaine, pour ne plus avoir d’incertitudes vis à vis du chômage, qui conduit des centaines de personnes comme moi chaque année à ma situation, et qui meurent dans le silence le plus complet.
    Luttons contre la montée du fascisme, qui ne fait que nos diviser et créer et du libéralisme qui crée des inégalités.
    J’accuse Macron, Hollande, Sarkozy et l’UE de m’avoir tué, en créant des incertitudes que l’avenir de tous-tes, j’accuse aussi le Pen et les éditorialistes d’avoir crée des peurs plus que secondaires.
    Mon dernier souhait, c’est aussi que mes camarades continuent de lutter, pour en finir définitivement avec tout ça.
    Vive le socialisme, vive l’autogestion, vive la sécu.
    Et désolée pour l’épreuve que c’est.
    Au revoir

    sep article
    • JK

      13/11/2019
      16:14

      Pour votre information, l’intégralité du texte figurait (en lien hypertexte) dans notre article

      sep article
    • comme la preuve que Karl Marx a bien empoisonné ce pays avec ses idées toxiques. C’est pas que l’ex URSS qui nécessite la désintoxication, c’est la France aussi. J’observe aussi avec angoisse la monté de cette peste communiste aux USA (B Sanders etc); ça va finir TRES mal. On a besoin d’un nouveau Joseph McCarthy

      sep article