Tribunal de Grande Instance à Grenoble, salle des audiences correctionnelles. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Le chi­rur­gien gre­no­blois sus­pendu annonce renon­cer aux pour­suites en dif­fa­ma­tion contre ses patients

Le chi­rur­gien gre­no­blois sus­pendu annonce renon­cer aux pour­suites en dif­fa­ma­tion contre ses patients

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FIL INFO – Se disant très affai­bli par le lyn­chage média­tique dont il a fait l’ob­jet, le chi­rur­gien gre­no­blois sus­pendu a annoncé renon­cer aux pour­suites en dif­fa­ma­tion qu’il avait enga­gées à l’en­contre de ses patients et de médias qui avaient relayé l’af­faire. Mais du côté de la par­tie civile, cer­tains refusent ce désistement.

Se disant très affaibli, le chirurgien grenoblois suspendu annonce renoncer aux poursuites en diffamation qu'il avait engagées contre ses ex-patients.Tribunal de Grande Instance à Grenoble, salle des audiences correctionnelles. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Tribunal de grande ins­tance à Grenoble, salle des audiences cor­rec­tion­nelles. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Le chi­rur­gien gre­no­blois sus­pendu pour avoir pra­ti­qué une cin­quan­taine d’interventions sans jus­ti­fi­ca­tion médi­cale annonce renon­cer aux pour­suites qu’il avait enga­gées. Le pro­cès devait se tenir le 20 novembre devant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Grenoble. En mai der­nier, le doc­teur Hervé Vouaillat avait porté plainte en dif­fa­ma­tion à l’en­contre de plu­sieurs patients qui le pour­sui­vaient et organes de presse qui avaient relayé l’affaire.

« Le doc­teur Vouillat, très affai­bli par le lyn­chage dont il est l’objet, préfère se désister de cha­cune des procédures de dif­fa­ma­tion pen­dantes devant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel, précisant tou­te­fois qu’il pour­sui­vra sa défense de manière déterminée pour que jus­tice lui soit fina­le­ment ren­due loya­le­ment », sou­ligne son avo­cat dans un communiqué.

« La pré­somp­tion d’in­no­cence du chi­rur­gien est bafouée depuis plus de sept mois »

Pour Me Boulloud, la pré­somp­tion d’in­no­cence du chi­rur­gien est bafouée depuis plus de sept mois « sans même que la jus­tice, pour­tant garante des droits et des libertés de tout indi­vidu, ait agi pour le protéger de telles attaques, alors même que la preuve de sa culpa­bi­lité n’est même pas établie et qu’il ne peut pas se défendre publi­que­ment car sou­mis au secret médical ».

Pour Me Boulloud, l’a­vo­cat du chi­rur­gien gre­no­blois, la pré­somp­tion d’in­no­cence est bafouée depuis plus de sept mois.

« Peut‑être la jus­tice estime-t-elle que la gra­vité des faits qui lui sont publi­que­ment reprochés – sans aucune preuve objec­ti­ve­ment établie – suf­fit-elle à le lais­ser se débattre seul pour assu­rer le res­pect de sa présomption d’in­no­cence ? » C’est cette « iner­tie » qui, dixit l’a­vo­cat l’a­vait conduit à « pour­suivre les auteurs de ce lyn­chage média­tique en diffamation ».

Un argu­ment qui a fait bon­dir l’un des avo­cats de la par­tie civile. « Le désis­te­ment des pro­cé­dures en dif­fa­ma­tion est exclu­si­ve­ment dû au fait que la pro­cé­dure de Me Boulloud est frap­pée de nul­lité. Elle a été mal menée et des erreurs de pro­cé­dure ont été com­mises », sou­ligne Me Bourgin dans Le Dauphiné libéré. L’avocat pré­ci­sant, par ailleurs, que le désis­te­ment est refusé par ses clients.

Nouveau dépôt de plainte après le décès d’un patient le 24 octobre

En atten­dant, la pro­cé­dure suit son cours. En juin der­nier, une infor­ma­tion judi­ciaire a été ouverte pour bles­sures invo­lon­taires ayant entraîné une inter­rup­tion tem­po­raire de tra­vail supé­rieure à trois mois à l’encontre de 27 plai­gnants. Et les dépôts de plainte se succèdent.

Après le décès d’un de ses patients, le 24 octobre der­nier, la famille a annoncé son inten­tion de por­ter plainte pour homi­cide invo­lon­taire. Celle-ci fait suite à une pre­mière plainte, dépo­sée par les enfants d’un autre patient mort en novembre 2017, et sur laquelle le par­quet de Grenoble a, en juin der­nier, saisi le juge d’ins­truc­tion d’un réqui­si­toire supplétif.

Patricia Cerinsek

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Palais de justice de Grenoble, février 2020 © Ambre Croset
Grenoble : un homme condamné à 16 ans de pri­son pour avoir tué un jeune de 19 ans de 90 coups de couteau

FLASH INFO - Après trois jours de procès, un homme de 21 ans a été condamné, ce mercredi 23 mars 2022, à 16 ans de Lire plus

Meurtre de Maëlys : Nordahl Lelandais condamné à la réclu­sion cri­mi­nelle à per­pé­tuité assor­tie d’une période de sûreté de 22 ans

REPORTAGE - Après trois semaines d'audience et près de sept heures de délibéré, la cour d'assises de l'Isère a condamné, ce vendredi 18 février 2022, Lire plus

Meurtre de Maëlys : dans ses plai­doi­ries, la défense demande une peine de 30 ans de réclu­sion pour Nordahl Lelandais

REPORTAGE - Après près de trois semaines de débats, le procès de Nordahl Lelandais, jugé devant la cour d'assises de l'Isère pour l'enlèvement et le Lire plus

Jacques Dallest, avocat général lors du procès de Nordahl Lelandais, devant la cour d'assises de l'Isère à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Meurtre de Maëlys : la réclu­sion cri­mi­nelle à per­pé­tuité requise contre Nordahl Lelandais, assor­tie d’une période de sûreté de 22 ans

REPORTAGE VIDÉO - L'avocat général a requis la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une peine de sûreté de 22 ans, à l'encontre de Nordahl Lelandais, Lire plus

Les avocats des parties civiles, Me Yves Crespin, Me Caroline Rémond, Me Laurent Boguet et Me Fabien Rajon, ont plaidé devant la cour d'assises de l'Isère, ce mercredi 16 février 2022. (collage photos) © Manuel Pavard - Place Gre'net
Procès de Nordahl Lelandais : les plai­doi­ries des par­ties civiles ravivent le sou­ve­nir de Maëlys et accablent l’ac­cusé, ce « pilleur d’existence »

REPORTAGE - Débuté le 31 janvier 2022, le procès de Nordahl Lelandais, jugé devant la cour d'assises de l'Isère pour l'enlèvement et le meurtre de Lire plus

Nordahl Lelandais. DR (capture d'écran Facebook)
Meurtre de Maëlys : Nordahl Lelandais, un « psy­cho­pathe » et « per­vers nar­cis­sique » dan­ge­reux et péna­le­ment res­pon­sable, selon les psy­cho­logues et psychiatres

REPORTAGE - Le procès de Nordahl Lelandais devant la cour d'assises de l'Isère est entré dans sa troisième et dernière semaine ce lundi 14 février Lire plus

Flash Info

|

27/06

15h07

|

|

27/06

11h44

|

|

27/06

11h06

|

|

27/06

10h59

|

|

24/06

13h49

|

|

24/06

10h01

|

|

24/06

8h54

|

|

23/06

15h35

|

|

23/06

13h00

|

|

23/06

10h34

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 35 : « Le second tour des légis­la­tives en Isère »

Législatives| Carte inter­ac­tive légis­la­tives 2022 : l’en­semble des résul­tats du second tour en isère

Législatives| Résultats des légis­la­tives 2022 en Isère : 4 dépu­tés Ensemble, dont Olivier Véran, 4 élus Nupes, un LR et un RN

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin