Rassemblement devant le consulat d’Algérie de Grenoble mardi 1er octobre pour dénoncer les arrestations de manifestants

sep article



 

FIL INFO – Les Algériens de Grenoble entendent de nouveau donner de la voix pour dénoncer le pouvoir algérien et “les arrestations arbitraires” d’opposants en marge des manifestations qui secouent le pays. De nombreuses organisations soutiennent ainsi un rassemblement devant le Consulat d’Algérie de Grenoble, mardi 1er octobre à partir de 12 h 30.

 

 

« Depuis le début du sou­lè­ve­ment citoyen en Algérie en février der­nier, des dizaines et des dizaines de mili­tants ont été empri­son­nés en rai­son de leurs posi­tions et actions poli­tiques », écrit le Collectif isé­rois pour la libé­ra­tion des empri­son­nés poli­tiques en Algérie. Un col­lec­tif qui appelle à un (nou­veau) ras­sem­ble­ment devant le consu­lat d’Algérie de Grenoble, situé 7 quai Stéphane-Jay, mardi 1er octobre à 12 h 30.

 

Algériens devant le consulat d'Algérie de Grenoble en mars 2019 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Algériens devant le consu­lat d’Algérie de Grenoble en mars 2019 © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Un ras­sem­ble­ment très sou­tenu, puisque le CIIP (Centre d’in­for­ma­tion inter-peuple), la Ligue des Droits de l’Homme Rhône-Alpes, l’as­so­cia­tion Algérie au cœur Isère, le Mouvement de la paix Isère ou la fédé­ra­tion isé­roise de la Libre pen­sée appellent à par­ti­ci­per au mou­ve­ment. De même que les syn­di­cats CGT, Force ouvrière, FSU, Solidaires ou encore les lycéens de l’UNL et la fédé­ra­tion de l’Isère du PCF.

 

 

Le pouvoir algérien veut « terrifier la population », juge le collectif

 

Alors que la mobi­li­sa­tion popu­laire en Algérie semble ne pas fai­blir, les arres­ta­tions deviennent mon­naie cou­rante. Le col­lec­tif énu­mère ainsi les exemples. Depuis le mili­tant Hadj Ghermoul placé six mois en pri­son pour une pan­carte anti-Bouteflika, à des jeunes kabyles empri­son­nées à Tizi Ouzou pour avoir brandi le dra­peau ber­bère. Sans oublier le décès en pri­son de Kamel-Eddine Fekhar, mili­tant de la Ligue algé­rienne pour la défense des Droits de l’Homme.

 

Rassemblement devant le Consulat d'Algérie de Grenoble en mars 2019 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Rassemblement devant le consu­lat d’Algérie de Grenoble en mars 2019 © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Aux yeux du col­lec­tif, le pou­voir algé­rien cherche ainsi à « ter­ri­fier la popu­la­tion ». Pour exi­ger la libé­ra­tion des déte­nus, les Algériens de l’Isère comptent une fois encore faire entendre leur voix à Grenoble, et indiquent avoir for­mulé une demande d’au­dience auprès du consul Ferhat Chebab.

 

Un consul au demeu­rant fort dis­cret, à en juger par le site inter­net du consu­lat de Grenoble où les rubriques « mot du Consul » et « acti­vi­tés du poste » affichent… page blanche.

 

Florent Mathieu

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
4460 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Une dizaine de per­sonnes tout au plus. Et on parle de foule ou de mani­fes­ta­tion mas­sive. A l’i­mage de cer­tains médias et dites élec­tro­niques qui, comme par hasard, sont tous héber­gés en France.

    sep article
  2. Comprend pas bien cette mani­fes­ta­tion à Grenoble.???

    sep article