Pesticides : la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs de l’Isère signent une charte « de bon voisinage »

sep article

Festival oenologique et musical Le Millésime à Grenoble du 5 au 20 octobre 2019

 

FIL INFO — La FDSEA et les Jeunes Agriculteurs de l’Isère ont signé une « charte de bon voisinage » à l’occasion de la Foire de Beaucroissant. Son objet ? Favoriser le dialogue avec les citoyens quant à l’usage des pesticides, et mettre en place de possibles mesures pour éviter leur dérive vers les habitations situées à proximité des exploitations agricoles.

 

 

Alors que les pesticides et leur usage focalisent l’attention de la population, la FDSEA de l’Isère promeut une « charte de bon voisinage ». À l’occasion de la Foire de Beaucroissant, la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles a présenté un document « pour favoriser le dialogue entre les riverains et les agriculteurs » et « pour une utilisation raisonnée des produits phytopharmaceutiques en agriculture biologique et conventionnelle ».

 

Signature de la charte durant la Foire de Beaucroissant © FDSEA 38

Signature de la charte durant la Foire de Beaucroissant © FDSEA 38

 

Les signataires de la charte ? Le président de la FDSEA 38 Jérôme Crozat, ainsi que le président de la Chambre d’agriculture de l’Isère Jean-Claude Darlet et le secrétaire général des Jeunes Agriculteurs 38 Jérémy Jallat. Ont également apporté leur paraphes au texte Jean-Pierre Gaillard, le président du Crédit agricole Sud Rhône-Alpes, et Claude Nicaise, la vice-présidente de l’Association des maires de l’Isère en charge des relations avec les communes rurales.

 

 

Des mesures anti-dérive et une cellule de dialogue

 

Le principe de la charte ? « Elle affirme l’engagement de l’ensemble des signataires dans la détermination et la mise en œuvre de mesures de protection à proximité des lieux habités, par la mise en place d’une concertation départementale et de mesures les préservant des dérives des produits phytopharmaceutiques », indique le document. Tout en prônant le « vivre-ensemble » entre exploitants agricoles et associations de citoyens.

 

Rassemblement des Coquelicots à Grenoble en janvier 2019 © Joël Kermabon - Place Gre'net

Rassemblement des Coquelicots à Grenoble en janvier 2019 © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Avec quels engagements concrets ? Les agriculteurs, « selon leur territoire [et] la disposition de leurs parcelles à proximité d’habitations », s’offrent le choix entre différentes mesures. Parmi lesquelles l’utilisation de « produits limitant la dérive », l’adaptation des horaires en fonction du voisinage, le travail avec les élus locaux et les riverains pour implanter des « équipements écrans »… ou encore le fait de « tenir compte du sens du vent ».

 

De plus, les exploitants agricoles marquent leur engagement à participer à une concertation locale pour proposer aux habitants des mesures limitant la dérive des pesticides employés. Ainsi qu’à une cellule de dialogue qui sera saisie « pour toute situation conflictuelle ». De quoi rasséréner une population de plus en plus remontée contre les pesticides, comme le montre l’engouement autour du mouvement des Coquelicots ?

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
1906 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.