Pesticides : la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs de l’Isère signent une charte « de bon voisinage »

sep article



 

FIL INFO — La FDSEA et les Jeunes Agriculteurs de l’Isère ont signé une « charte de bon voisinage » à l’occasion de la Foire de Beaucroissant. Son objet ? Favoriser le dialogue avec les citoyens quant à l’usage des pesticides, et mettre en place de possibles mesures pour éviter leur dérive vers les habitations situées à proximité des exploitations agricoles.

 

 

Alors que les pes­ti­cides et leur usage foca­lisent l’at­ten­tion de la popu­la­tion, la FDSEA de l’Isère pro­meut une « charte de bon voi­si­nage ». À l’oc­ca­sion de la Foire de Beaucroissant, la Fédération dépar­te­men­tale des syn­di­cats d’ex­ploi­tants agri­coles a pré­senté un docu­ment « pour favo­ri­ser le dia­logue entre les rive­rains et les agri­cul­teurs » et « pour une uti­li­sa­tion rai­son­née des pro­duits phy­to­phar­ma­ceu­tiques en agri­cul­ture bio­lo­gique et conven­tion­nelle ».

 

Signature de la charte durant la Foire de Beaucroissant © FDSEA 38

Signature de la charte durant la Foire de Beaucroissant © FDSEA 38

 

Les signa­taires de la charte ? Le pré­sident de la FDSEA 38 Jérôme Crozat, ainsi que le pré­sident de la Chambre d’a­gri­cul­ture de l’Isère Jean-Claude Darlet et le secré­taire géné­ral des Jeunes Agriculteurs 38 Jérémy Jallat. Ont éga­le­ment apporté leur paraphes au texte Jean-Pierre Gaillard, le pré­sident du Crédit agri­cole Sud Rhône-Alpes, et Claude Nicaise, la vice-pré­si­dente de l’Association des maires de l’Isère en charge des rela­tions avec les com­munes rurales.

 

 

Des mesures anti-dérive et une cellule de dialogue

 

Le prin­cipe de la charte ? « Elle affirme l’en­ga­ge­ment de l’en­semble des signa­taires dans la déter­mi­na­tion et la mise en œuvre de mesures de pro­tec­tion à proxi­mité des lieux habi­tés, par la mise en place d’une concer­ta­tion dépar­te­men­tale et de mesures les pré­ser­vant des dérives des pro­duits phy­to­phar­ma­ceu­tiques », indique le docu­ment. Tout en prô­nant le « vivre-ensemble » entre exploi­tants agri­coles et asso­cia­tions de citoyens.

 

Rassemblement des Coquelicots à Grenoble en janvier 2019 © Joël Kermabon - Place Gre'net

Rassemblement des Coquelicots à Grenoble en jan­vier 2019 © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Avec quels enga­ge­ments concrets ? Les agri­cul­teurs, « selon leur ter­ri­toire [et] la dis­po­si­tion de leurs par­celles à proxi­mité d’ha­bi­ta­tions », s’offrent le choix entre dif­fé­rentes mesures. Parmi les­quelles l’u­ti­li­sa­tion de « pro­duits limi­tant la dérive », l’a­dap­ta­tion des horaires en fonc­tion du voi­si­nage, le tra­vail avec les élus locaux et les rive­rains pour implan­ter des « équi­pe­ments écrans »… ou encore le fait de « tenir compte du sens du vent ».

 

De plus, les exploi­tants agri­coles marquent leur enga­ge­ment à par­ti­ci­per à une concer­ta­tion locale pour pro­po­ser aux habi­tants des mesures limi­tant la dérive des pes­ti­cides employés. Ainsi qu’à une cel­lule de dia­logue qui sera sai­sie « pour toute situa­tion conflic­tuelle ». De quoi ras­sé­ré­ner une popu­la­tion de plus en plus remon­tée contre les pes­ti­cides, comme le montre l’en­goue­ment autour du mou­ve­ment des Coquelicots ?

 

Florent Mathieu

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
3271 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.