Municipales 2020 : Mireille d’Ornano entre en campagne à Grenoble

sep article

Festival oenologique et musical Le Millésime à Grenoble du 5 au 20 octobre 2019

EN BREF – Mireille d’Ornano, ex-membre du Front national (FN) aujourd’hui membre du mouvement Les Patriotes, a officiellement annoncé sa candidature à l’élection municipale de Grenoble en 2020. L’occasion de nous présenter les points-clés de son programme sur le thème « Mieux vivre à Grenoble ».

 

 

Mireille d’Ornano et Alain Bonnet. © Alice Colmart

À huit mois des élections municipales à Grenoble, les jeux sont ouverts.

 

Après les candidatures de l’ancien maire Alain Carignon, de la députée LREM Émilie Chalas, ou encore du syndicaliste Cherif Boutafa, c’est au tour de Mireille d’Ornano, ex-figure du Front national grenoblois, de tenter sa chance.

 

Aux côtés de son numéro 2 Alain Bonnet, ancien secrétaire départemental adjoint de Debout la France, la conseillère municipale de Grenoble désormais membre du mouvement Les Patriotes, compte construire de nouveaux projets « pour mieux vivre à Grenoble et faire rayonner la ville à nouveau ».

 

Des projets basés sur une liste apolitique, qu’elle souhaite voir composée « de gens qui peuvent avoir des idées de droite comme de gauche, mais des personnes expertes dans leur domaine ». Le tout, dans le cadre d’un programme qu’elle présentera prochainement à travers trois volets : la sécurité, l’écologie et le social.

 

 

La sécurité comme mot d’ordre

 

Très active sur la scène locale et opposante farouche du maire Éric Piolle, Mireille d’Ornano ne cache pas ses ambitions lorsqu’il s’agit de contrer sa politique. « Il y a une non-volonté politique du maire au sujet de la sécurité. Ce n’est pas dans son idéologie », explique-t-elle. D’où son intention d’en faire le point principal de son programme.

 

La candidate Mireille d’Ornano, ex-FN aujourd'hui membre des Patriotes, a annoncé sa candidature à l’élection municipale de Grenoble en 2020.

Mireille d’Ornano et Alain Bonnet. © Alice Colmart

Car, selon elle, cette insécurité rend les gens réfractaires à l’idée de venir à Grenoble. « Des parents ne veulent pas que leurs enfants viennent en fac ici ! assure-t-elle. Et dans le centre-ville notamment, il y a des marginaux qui font peur aux gens. Il faut aussi savoir qu’à cause de l’insécurité, Grenoble a perdu 4 % [de la valeur] du mètre carré. »

 

Autre point qu’elle souhaite aborder : les transports, qu’elle considèrent « insupportables ». « On ne peut pas se garer, il n’y a pas suffisamment de parkings-relais. Je souhaite aussi la gratuité des transports pour les jeunes et les retraités ». De même, prône-t-elle la baisse des impôts fonciers, « bien trop coûteux ».

 

 

« J’ai mes cartes à jouer »

 

Pour être « au plus proche des demandes des habitants », Mireille d’Ornano distribuera dès la rentrée 5 000 exemplaires d’un questionnaire, avec notamment « quelques mots sur l’immigration », explique-t-elle. Avant de mentionner les dégâts liés aux victoires de l’Algérie en football : « Il y a un moment déterminé ou il faut respecter le pays où l’on est. On ne peut pas brûler le drapeau français. »

 

En attendant, c’est donc très confiante que la candidate pense avoir ses « cartes à jouer », ne manquant pas de rappeler son expérience en tant « qu’ancienne députée européenne » et de vanter sa « grande expertise au niveau environnemental ».

 

Et si malgré ces aspirations, sa campagne ne fonctionne pas, Mireille d’Ornano retournera dans l’humanitaire. « Après tout, c’est dans ma nature d’être au service des autres », confie-t-elle.

 

Alice Colmart

 

commentez lire les commentaires
5340 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Toujours le centre ville, les marginaux sont ridicules Compares aux quartiers sud ou on doit supporter une délinquance proverbiale, sans compter l les rallyes, scooters, quads, voitures. .. tous les jours et aux même heures, aucune police évidement, il n’ y a pas de préfet a grenoble, il faut dire.
    I

    sep article
  2. @Seb
    Madame d’Ornano, certes, manque de charisme. Mais elle est intelligente, honnête, intègre – tout le contraire à cette bande des fous du quartier qui ont envahi la municipalité grenobloise depuis 5 ans. Elle ne gagnera pas les élections, mais je souhaite qu’elle remporte le plus de votes que possible

    sep article
  3. Les certitudes de la gauche grenobloise quant à Mireille d’Ornano sont risibles. Nous ne sommes malheureusement pas à l’abri d’une mauvaise surprise. Ces militants en culotte courte rigoleront moins au soir du premier tour quand sa liste fera 30% dans les quartiers sud.

    sep article
  4. Mireille d’Ornano veut la sécurité pour elle aussi puisque sur la photo prise à contre jour elle est méconnaissable.
    Je serais intéressée pour savoir ce qu’elle faisait dans l’humanitaire à part élever ses 5 enfants tout en assumant ses mandats politiques depuis 1986. Parce que vu ses chances d’accéder à la mairie … et qu’elle veut retourner dans ce domaine …

    sep article