Burqini : le soutien du Planning familial à l’Alliance citoyenne dénoncé par un collectif transpartisan isérois… et Charlie Hebdo

sep article

Notre indépendance c

 

DÉCRYPTAGE – La prise de position du Planning familial de l’Isère, qui annonce soutenir les actions pro-burqinis de l’Alliance citoyenne, n’a pas été sans susciter de virulentes réactions de la part des opposants au maillot de bain religieux dans les piscines municipales. Jusqu’à celle de la rédaction de Charlie-Hebdo, pour qui l’association « abandonne les femmes aux injonctions patriarcales religieuses ». Dernier épisode en date : le lancement de Laï’Cité, collectif transpartisan pour un féminisme universaliste.

 

 

« La ques­tion du maillot de bain et la polé­mique média­tique montrent bien la double oppres­sion que subissent les femmes musul­manes du fait d’islamophobie et du contrôle patriar­cal sur les corps. » Ainsi s’ex­prime le Planning fami­lial de l’Isère dans un com­mu­ni­qué en date du jeudi 11 juillet, afin de faire connaître sa posi­tion sur la polé­mique autour des opé­ra­tions bur­qini (ou bur­kini) orga­ni­sées par l’Alliance citoyenne dans deux pis­cines muni­ci­pales de Grenoble.

 

Céline Deslattes, présidente du Planning familial de l'Isère (ici aux côtés de Max Cressent du collectif Rita). © Joël Kermabon - Place Gre'net

Céline Deslattes, pré­si­dente du Planning fami­lial de l’Isère (ici aux côtés de Max Cressent du col­lec­tif Rita). © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Rappelant que « la loi de 1905 [sur la sépa­ra­tion de l’Église et de l’État, ndlr] n’instaure pas de police du vête­ment », le Planning fami­lial voit ainsi dans l’in­ter­dic­tion du bur­qini « une dis­cri­mi­na­tion et une stig­ma­ti­sa­tion à l’encontre d’un groupe de per­sonnes spé­ci­fique ». Tout en contes­tant le règle­ment des pis­cines muni­ci­pales : « Le maillot cou­vrant ne pose pas de pro­blème d’hygiène ni de sécu­rité », affirme ainsi l’as­so­cia­tion.

 

 

Le Planning familial contre « l’injonction à la standardisation »

 

Mais, pour le Planning fami­lial, ce règle­ment pose pro­blème de manière plus large. « Qu’on soit trans, inter­sexes, non-binaire, ou cis­genre, le règle­ment inté­rieur de la plu­part des pis­cines fran­çaises nous impose arbi­trai­re­ment la forme du maillot en vigueur. Finalement, ce serait dans l’intérêt de toutes et tous de pou­voir por­ter son maillot de bain, selon ses choix, ses envies, son genre, son degré de pudeur », juge encore l’or­ga­ni­sa­tion fémi­niste. Qui entend dénon­cer « l’injonction à la stan­dar­di­sa­tion ».

 

Opération burkini de l'Alliance citoyenne le 23 juin 2019. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Opération bur­qini de l’Alliance citoyenne le 23 juin 2019. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Le Planning fami­lial revient par ailleurs sur une autre polé­mique, cette fois dans une pis­cine muni­ci­pale d’Annecy, où une femme a « décou­vert » qu’il lui était inter­dit de s’y bai­gner seins nus. « Alors en bikini, en maillot cou­vrant ou seins nus… Ne serait-ce pas sim­ple­ment nos corps qui fina­le­ment dérangent ? », s’in­ter­roge l’as­so­cia­tion. Et de lan­cer : « Vive la liberté en maillot de bain cou­vrant, maillot de bain une pièce, bikini, short, jupette, topless, peu importe ! »

 

Est-ce à dire que le Planning invite le maire de Grenoble à modi­fier le règle­ment des pis­cines de la ville pour y auto­ri­ser le bur­qini ? L’association ne for­mule pas d’in­jonc­tion par­ti­cu­lière. Mais annonce la créa­tion « d’es­paces de dia­logue sur l’en­semble du ter­ri­toire […] pour que si les règle­ments devaient évo­luer cela soit pos­sible serei­ne­ment ». Les per­sonnes invi­tées à par­ti­ci­per ? « D’autres asso­cia­tions, et sur­tout les citoyen.n.es concerné.e.s ».

 

 

Des critiques de droite et de gauche

 

Pas dit que Stéphane Gemmani compte parmi les invi­tés de ces « espaces de dia­logue ». Le conseiller régio­nal d’op­po­si­tion n’a pas man­qué, dès le début de la polé­mique, d’ex­pri­mer son oppo­si­tion à une évo­lu­tion du règle­ment des pis­cines muni­ci­pales en faveur du bur­qini. Non sans repro­cher au pas­sage au maire de Grenoble Éric Piolle son temps de réac­tion. C’est peu dire aujourd’­hui que la posi­tion du Planning fami­lial le déçoit.

 

Matthieu Chamussy et Stéphane Gemmani lors d'une réunion publique. © Grenoble 2020 nous rassemble.

Matthieu Chamussy et Stéphane Gemmani lors d’une réunion publique. © Grenoble 2020 nous ras­semble.

« Je ne m’attendais pas à ce que le plan­ning fami­lial, avec son his­toire et ses com­bats his­to­riques, puisse don­ner un tel cré­dit à une opé­ra­tion et l’action d’une asso­cia­tion visant à hys­té­ri­ser le débat », déplore-t-il ainsi dans un mes­sage dif­fusé sur les réseaux sociaux. Avant de réaf­fir­mer sa posi­tion : « Pour moi, c’est un non ferme et défi­ni­tif. Et les res­pon­sables poli­tiques que nous sommes, ne doivent pas avoir la main qui tremble ».

 

Le conseiller muni­ci­pal d’op­po­si­tion de Grenoble Matthieu Chamussy n’est pas plus tendre. « Quel aveu­gle­ment faut-il pour que les diri­geantes actuelles du Planning fami­lial cau­tionnent l’action poli­tique d’un isla­misme qui, par­tout où il pros­père, fait recu­ler les droits des femmes ! », fus­tige-t-il. Non sans rap­pe­ler les publi­ca­tions aux accents com­plo­tistes ou anti­sé­mites déter­rées sur la page Facebook d’une figure des opé­ra­tions bur­qini de Grenoble.

 

La conseillère municipale d'opposition de Grenoble Marie-José Salat. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La conseillère muni­ci­pale d’op­po­si­tion de Grenoble Marie-José Salat. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Côté oppo­si­tion gre­no­bloise de gauche, Marie-José Salat s’in­quié­tait dès le 10 juillet d’une ren­contre entre l’Alliance citoyenne et le Planning fami­lial de l’Isère, en relayant un billet signé du blo­gueur Naëm Bestandji. Une ren­contre orga­ni­sée au « centre social auto­géré » du 38 rue d’Alembert à Grenoble, dans le cadre de ren­dez-vous « avec des struc­tures qui seraient prêtes à por­ter la lutte (…) sur le temps long ».

 

 

Charlie-Hebdo s’invite dans le débat

 

Charlie-Hebdo dénonce sur Facebook la position pro-burquini du Planning familial de l'Isère.

Charlie-Hebdo dénonce sur Facebook la posi­tion du Planning fami­lial de l’Isère.

Le débat sur le bur­qini a depuis long­temps dépassé le seul cadre local. Et la posi­tion du Planning fami­lial de l’Isère le révèle une nou­velle fois, avec la réac­tion… de Charlie Hebdo.

 

Sur Facebook, l’heb­do­ma­daire sati­rique aux posi­tions vigou­reu­se­ment anti-reli­gions et anti­clé­ri­cales estime que l’as­so­cia­tion « aban­donne ainsi les femmes aux injonc­tions patriar­cales reli­gieuses ». Avant de par­ta­ger un ancien article titré : « Quand le Planning fami­lial veut renon­cer à la laï­cité ».

 

Le sou­tien du Planning fami­lial n’est cepen­dant pas une pre­mière : les Jeunes insou­mis et les jeunes NPA de l’Isère, ou encore les syn­di­cats étu­diants et lycéens Unef et UNL avaient fait connaître leur sou­tien à l’Alliance citoyenne en jugeant « injuste de deman­der aux femmes de renier leur reli­gion pour accé­der à un équi­pe­ment muni­ci­pal ». Un texte éga­le­ment signé par le « centre de santé com­mu­nau­taire » Village 2 santé d’Échirolles.

 

Une posi­tion vive­ment cri­ti­quée par Lutte ouvrière, pour qui « ces mili­tants déroulent le tapis vert à l’extrême droite isla­miste ». Tandis que, au milieu de l’af­flux de réac­tions, le PCF Isère appelle au retour à la « séré­nité » du débat. Et rejoint la posi­tion du maire de Grenoble pour deman­der à l’État de défi­nir « une règle com­mune ». Tout en esti­mant que « le com­bat pour l’é­man­ci­pa­tion des femmes ne peut être l’o­tage d’ins­tru­men­ta­li­sa­tions reli­gieuses ou poli­ti­ciennes ».

 

Florent Mathieu

 

 

Laï’Cité : un nouveau collectif pour un féminisme universaliste

 

Toutes et tous se sont dit « sidé­rés » par le com­mu­ni­qué de presse du Planning fami­lial 38 ren­voyant dos à dos le mono­kini et le bur­qini… et sou­te­nant les actions de l’Alliance citoyenne. Plusieurs dizaines de res­pon­sables ou membres poli­tiques locaux* viennent ainsi de lan­cer Laï’Cité, en réac­tion.

 

Présentation du collectif transpartisan Laï'Cité : des élu.es et militant.es engagé.es pour la promotion de l'universalisme dans les politiques publiques, notamment en ce qui concerne le féminisme. © Paul Turenne - Placegrenet.fr

Une par­tie des membres* du col­lec­tif trans­par­ti­san Laï’Cité. © Paul Turenne – Placegrenet.fr

 

Ce « col­lec­tif trans­par­ti­san d’élu.es et militant.es engagé.es pour la pro­mo­tion de l’u­ni­ver­sa­lisme dans les poli­tiques publiques » a en effet vu le jour le 6 juillet der­nier lors de la Fête de la Laïcité à Échirolles. Avec un objec­tif aux anti­podes de la ten­dance actuelle dans plu­sieurs Planning fami­liaux, dont celui de l’Isère.

 

« Céline Deslattes […] uti­lise la laï­cité pour ren­voyer à l’État de légi­fé­rer sur le règle­ment inté­rieur des pis­cines », affirment les signa­taires dans un com­mu­ni­qué. « Le sujet ne relève pas tant de la laï­cité que de l’égalité femmes-hommes, de la lutte contre les dis­cri­mi­na­tions à l’égard des femmes et bien évi­dem­ment la concep­tion du vivre-ensemble. »

 

« Une gifle magistrale à l’égard de celles qui ont fondé ce mouvement »

 

Lætitia Rabih et Hakima Necib lors de la présentation du collectif transpartisan Laï'Cité : des élu.es et militant.es engagé.es pour la promotion de l'universalisme dans les politiques publiques, notamment en ce qui concerne le féminisme. © Paul Turenne - Placegrenet.fr

Lætitia Rabih et Hakima Necib lors de la pré­sen­ta­tion du col­lec­tif Laï’Cité. © Paul Turenne – Placegrenet.fr

Et c’est peu dire que la posi­tion offi­cielle du Planning fami­lial les hérisse : « En cédant sur le prin­cipe de l’universel, le Planning fami­lial 38 fait le jeu de l’ultra-libéralisme, et c’est une gifle magis­trale à l’égard de celles qui ont fondé ce mou­ve­ment d’émancipation des femmes, de toutes les femmes. »

 

Premier acte fon­da­teur de l’en­semble des membres de ce col­lec­tif : adhé­rer au Planning fami­lial de l’Isère. Une façon de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain, mais au contraire de sou­te­nir ce mou­ve­ment en ten­tant de chan­ger les choses de l’in­té­rieur. Et ce alors même que des mili­tantes oppo­sées à l’in­ter­sec­tion­na­lité, prô­née par Céline Deslattes notam­ment, ont fait part de leurs désac­cords quant à cette évo­lu­tion.

 

PT

 

* Parmi les signa­taires, Laetitia Rabih, adjointe PS à Échirolles, Véronique Sanchez, assis­tante sociale, et membre du PCF, Sophie Romera, conseillère muni­ci­pale d’op­po­si­tion La France insou­mise, et pré­si­dente du groupe poli­tique “Fontaine en com­mun”, Hakima Necib, ancienne élue Go Citoyenneté à Grenoble et membre de L’Observatoire isé­rois de la parité, Stéphane Gemmani, Naëm Bestandji, mili­tant laïc et fémi­niste, Patrice Voir, élu PCF à Grenoble, Sarah Boukaala, élue au Parti radi­cal de gauche à Grenoble et à la Région Aura, Marie-José Salat, conseillère muni­ci­pale PS à Grenoble, Brigitte Périllié, ancienne vice-pré­si­dente au conseil dépar­te­men­tal de l’Isère, Antoinette Pirrello, élue d’op­po­si­tion à Eybens, ou bien encore Maxime Gonzalez, ex-ani­ma­teur fédé­ral de Génération.s Isère.

 

 

ELLES ONT DIT

 

Véronique Sanchez :

 

• « Le PF38 décide de pri­vi­lé­gier une poi­gnée de fana­tiques en repre­nant le lan­gage des isla­mistes sur les droits civiques. En France, il n’y a pas de droits civiques en fonc­tion des sexes et des reli­gions […] Le modèle amé­ri­cain com­mu­nau­ta­riste est en train de s’im­po­ser – en par­ti­cu­lier auprès des mili­tantes plus jeunes – au détri­ment de notre modèle uni­ver­sa­liste. »

• « La ques­tion n’est pas la laï­cité [dans ces actions pro-bur­qini, ndlr], mais quel modèle de société nous vou­lons. »

• « Il ne faut pas oublier que si aucun homme ne pres­cri­vait le voile, aucune femme ne le por­te­rait. »

 

Véronique Sanchez lors de la présentation du collectif transpartisan Laï'Cité : des élu.es et militant.es engagé.es pour la promotion de l'universalisme dans les politiques publiques, notamment en ce qui concerne le féminisme. © Paul Turenne - Placegrenet.fr

Véronique Sanchez lors de la pré­sen­ta­tion de Laï’Cité. © Paul Turenne – Placegrenet.fr

Lætitia Rabih :

 

• « Il y a une fri­lo­sité des res­pon­sables des par­tis face aux dérives com­mu­nau­ta­ristes obser­vées de par­tout sur le ter­ri­toire. Et je le déplore. »
• « Nous ne sommes pas face à un débat sur la liberté de choix mais sur un débat sous-tendu par un fon­da­men­ta­lisme reli­gieux. »

 

Hakima Necib :

 

• « Le posi­tion­ne­ment du PF38 sème le trouble. Il pri­vi­lé­gie aujourd’­hui les injonc­tions reli­gieuses à l’é­ga­lité femme-homme. »

 

Sophie Roméra :

 

• « L’espace public doit consti­tuer un lieu d’é­man­ci­pa­tion. »
• « À La France insou­mise, nous sou­hai­tons réaf­fir­mer que nous défen­dons un fémi­nisme uni­ver­sel. Aucune femme ne doit être pla­cée dans une posi­tion de sou­mis­sion ou de sujé­tion. »

 

commentez lire les commentaires
12323 visites | 22 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 22
  1. le coran ne dit pas que la femme doit être voi­lée, il dit qu’elle doit être modeste/honnête de la tête au pied, c’est la tra­duc­tion exacte. Voiler les femmes n’a rien de reli­gieux ce n’est qu’une inter­pre­ta­tion pro­vo­ca­trice extre­miste.
    De même le coran dit que si on ne peut pas faire ses prières dans la jour­née on peut faire une prière de rem­pla­ce­ment et que si oon ne peut pas aller à la mos­quée, on peut prier à la mai­son. Donc prier dans la rue n’est AUSSI qu’une mani­fes­ta­tion d’ex­tré­misme
    par ailleurs, lors du rama­dan on n’est sensé ne pas man­ger et boire de la jour­née et de man­ger et boire MODEREMENT , on ne doit faire la fête qu’à la rup­ture du jeune lors de l’aïd le soir donc es gens qui font la fete et baffrent tous les soirs détournent le Coran. Ceux qui ne tra­vaillent pas à cause des fatigues du rama­dan aussi car quand on ne peut pas le faire à cause du tra­vail, on peut faire un rama­dan de rem­pla­ce­ment lorsque on ne tra­vaille pas

    On peut voir que beau­coup de musul­mans soit ne connaissent pas leur reli­gion, soit la détourne par extre­misme ou paresse

    sep article
  2. Céline Deslattes est membre des « gre­no­po­li­tains », un mon­tage animé par une élue du cabi­net du maire, Anne-Sophie Olmos qui a été co-pré­si­dente de la majo­rité muni­ci­pale.
    https://grenopolitains.fr/pages/les-premiers-signataires
    Les gre­no­po­li­tains ne sont qu’un chan­ge­ment de nom des « com­muns métro­po­li­tains ».
    https://www.ledauphine.com/isere-sud/2017/01/24/les-communs-prennent-de-l-essor-et-se-reunissent-ce-soir-a-grenoble
    Lesquels sont issus de « l’assemblée des com­muns » for­mée par Anne-Sophie Olmos et David Bodinier, l’un des fon­da­teurs de « l’alliance citoyenne » bidon.
    http://notesondesign.org/2eme-assemblee-des-communs-grenoble-16-juin-2017/
    Et si ceci expli­quait cela voire bien d’autres choses … ?

    sep article
  3. Zohra Bitan, qui a son franc parlé et connaît très bien le pro­blème pré­cise.
    « Le bur­kini n’est pas une liberté,car il vient de pays où le décol­leté est pros­crit ».
    Il n’est pas seule­ment proscrit,il est condamné en jus­tice très sévè­re­ment .
    C’est curieux, Madame la direc­trice de la com­mu­ni­ca­tion de GEG, cer­tai­ne­ment
    « brillante énarque » ‚n’a pas cher­ché à se ren­sei­gner …

    sep article
  4. Je suis atterré.
    Juste une ques­tion au Planning Familial de Grenoble (qui fut jadis, dans un autre siècle, à l’a­vant-garde du com­bat des femmes pour dis­po­ser libre­ment de leur corps) : quelle est la doc­trine de l’Islam en matière de contra­cep­tion et d’a­vor­te­ment ?

    sep article
  5. Que pensent l’employeur GEG et son action­naire La Métro de la prise de posi­tion pro-extreme-droite-isla­miste du Planning Familial 38, pré­sidé par celle qui est éga­le­ment direc­trice de la stra­té­gie de GEG, et ancienne adjointe à la petite enfance de Destot ? C’est du propre ?

    sep article
  6. Ne pas se trom­per de com­bat car c’en est un des islamo-fas­cistes pro­sé­lytes contre les autres.

    sep article
  7. Simone de Beauvoir nous laisse ce mes­sage :  » N oubliez jamais qu« il suf­fira d’une crise poli­tique, éco­no­mique et reli­gieuse pour que les droits des femmes soient remis en ques­tion. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez res­ter vigi­lantes votre vie durant. »

    Merci pour vos réac­tions ! Merci au col­lec­tif Laî cité, merci à Charlie hendo, merci à tous les mili­tants et mili­tantes, à toutes celles et ceux qui luttent contre le patriar­cat et l” obs­cu­ran­tisme. Restons vigilant(e)s oui toute la vie !
    J’ai fait ma for­ma­tion de conseillère au Planning Familial et j’ai HONTE, tel­le­ment honte de son posi­tion­ne­ment. L’affaire des bur­ki­nis est révé­la­teur du mal être de notre société face à une reli­gion par­ti­cu­lière, por­teuse d’un archaïsme insup­por­table. Pourquoi ce mal être et ce défer­le­ment de haine?. Incroyable his­toire alors que le Bien Vivre tous ensembles c’est le res­pect des dif­fé­rences oui mais la NEUTRALITE RELIGIEUSE dans les espaces com­muns qui sont légi­fé­rés par des règle­ments inté­rieurs. C” est pour­tant simple!! Arrêtons cette « mol­lesse » poli­tique due à une culpa­bi­lité datant de notre passé colo­nia­liste !
    Respectons les cadres et cen­trons nous sur les pro­blèmes vitaux actuels, la sur­vie de la pla­nète par exemple ? soyions heu­reuses et heu­reux de trou­ver encore de l’eau dans les pis­cines de Grenoble (et ailleurs).

    sep article
  8. Bravo au plan­ning fami­lial pour son cou­rage. Agiter la peur de l’autre sous pré­texte de sa dif­fé­rence n’est en rien une preuve d’u­ni­ver­sa­lisme?! Ce qui est incroyable c’est de lire que cer­taines pensent défendre ces femmes « sou­mises  » en déni­grant leur liberté indi­vi­duelle de se vêtir.. et oui beau­coup se voile de leur plein gré et c’est ça qui vous dérange!! Je ne suis pas pour l’ac­tion du bur­kini dans les pis­cines mais je suis pour le Respect de tous et de Toutes !!

    sep article
    • Vous n’êtes pas pour l’ac­tion du bur­kini (ou bur­quini) dans les pis­cines, tant mieux, nous non plus, cela nous fait au moins un point com­mun.
      Pour ce qui est du « plein gré » des femmes qui se voilent, on pour­rait en dis­cu­ter long­temps.
      En tout cas, où voyez-vous que nous ne les res­pec­te­rions pas, alors même que ce sont elles (ou plu­tôt cer­taines acti­vistes aux objec­tifs bien plus ambi­tieux que le « droit » de se bai­gner le corps entiè­re­ment recou­vert) qui ne res­pectent pas un simple règle­ment d’é­qui­pe­ment spor­tif !
      Sans les coups de force de l’Alliance Citoyenne (sic), il n’y aurait aucune cris­pa­tion par­ti­cu­lière aujourd’­hui sur cette ques­tion du « voile ».

      sep article
  9. Je crois rêver. Mme Deslattes joue-t-elle à un clien­té­lisme asso­cia­tif poli­tique. Prise de posi­tion hon­teuse, des pro­pos dou­teux, sin­cè­re­ment vrai­ment déçu, sur­tout lorsque l’on est posi­tionné sur une mis­sion cen­trale du plan­ning fami­lial.

    sep article
  10. J’avoue d’être affligé par la prise de posi­tion de Madame Céline Deslattes
    qui pré­side une asso­cia­tion qui est en per­ma­nence aidée par les sub­ven­tions
    de l’é­tat. Dire sans aucune cer­ti­tude que « le bur­kini ne pose aucun pro­blème
    d’hy­giène et de sécu­rité », c’est une phrase qui est en contra­dic­tion avec la
    régle­men­ta­tion qui est basée sur l’hy­giène (n’ou­blions pas les ser­viettes
    pério­diques).
    Malika Sorel, est une brillante intel­lec­tuelle, qui s’in­quiète de la non assi­mi­la­tion,
    qui abou­tira à la mise en mino­rité des idéaux répu­bli­cains dans notre pays .
    Il y a une tren­taine d’an­nées ce genre de pro­blème n’exis­tait pas.Aucun homme
    n’a­vait l’i­dée d’al­ler mettre en obli­ga­tion de modi­fier la tenue des
    per­sonnes du sexe fémi­nin et si cela avait été le cas cette même Dame
    Deslattes, aurait tout fait pour s’y oppo­ser .

    sep article
  11. Je suis aussi extrê­me­ment déçue par la prise de posi­tion de la pré­si­dente du plan­ning fami­lial sur la bai­gnade en bur­quini (merci d’a­voir repris cette ortho­graphe). Comme si elle ne connais­sait pas la lutte de femmes musul­manes pour la contra­cep­tion et/ou l’a­vor­te­ment, pour sor­tir de l’emprise patriar­cale ou mari­tale.
    Comment peut-on affir­mer que le règle­ment est de « deman­der aux femmes de renier leur reli­gion pour accé­der à un équi­pe­ment muni­ci­pal » alors que le Coran n’im­pose nul­le­ment le voile aux femmes musul­manes ?
    La pré­si­dente du plan­ning fami­lial veut-elle enfon­cer encore plus les femmes sans leur lais­ser la pos­si­bi­lité de sor­tir de l’obs­cu­ran­tisme ?

    sep article
    • Il est évident que la ville de Grenoble a ren­forcé son
      par­te­na­riat avec le plan­ning fami­lial et col­la­bore acti­ve­ment
      avec sa présidente,puisqu’il a été pré­cisé que « les actions et
      les aspi­ra­tions sont com­munes ».
      Tout me laisse à pen­ser que Madame Deslattes peut par­ta­ger
      la même ana­lyse que la muni­ci­pa­lité gre­no­bloise ?
      https://www.placegrenet.fr/2018/03/11/la-ville-de-grenoble-consolide-son-partenariat-avec-le-planning-familial-de-lisere/180126

      sep article
      • MB

        14/07/2019
        12:01

        Sans se pro­non­cer sur le fond du sujet, il convient tout de même de signa­ler que l’ar­ticle dont vous faites men­tion date de mars 2018.

        sep article
        • Effectivement , l’ar­ticle date de Mars 2018 et le conseil
          muni­ci­pal de la ville de Grenoble du lundi 14 Mai 2018
          ‚alloue une sub­ven­tion de 32000 euros,à l’as­so­cia­tion
          Planning fami­lial 38…
          N’oublions pas qu’au départ Madame Céline Deslatte
          était une adjointe de Monsieur Destot,et qu’elle reste
          une enga­gée politique.Pour l’instant,je n’ai pas trouvé
          sous quel régime,elle exerce son job de Présidente ?

          sep article
          • FM

            14/07/2019
            14:35

            Sauf erreur, le Planning fami­lial de l’Isère est une asso­cia­tion loi 1901.

            sep article
            • Oui, il est pos­sible à un fonc­tion­naire ter­ri­to­rial d’être
              déta­ché au sein d’une entité de droit privé,pour une
              période déter­mi­née …
              Je crois que Martin Hirsch,haut fonctionnaire,a été
              pen­dant un temps Président d’Emmaüs.
              j’i­gnore si c’est la situa­tion de Madame Deslattes

              sep article
          • Est ce qu’en 2018 le plan­ning fami­lial avait dérogé à l’objet de l’asso qui est de pro­mou­voir la contra­cep­tion et les pos­si­bi­li­tés d’IVG si néces­saire ? NON alors la sub­ven­tion était la bien­ve­nue pour mener à bien ses actions.
            Ne mélan­gez pas tout SVP. Je regrette de vous dire que votre anti-piol­lisme vous amène à ne pas réflé­chir…

            sep article
            • Caro, je n suis pas plus anti-piol­liste ‚qu’autre chose.
              Ce que je sais ‚c’est que le cou­rant Vert/Ades est un
              sys­tème déma­go­gique qui se résume à par­ler de jus­tice
              en permanence,bien que cette notion dans la réa­lité n’existe
              pas,quand il s’a­git d’a­bo­lir ses propres pri­vi­lèges.
              Ce qui veut dire, que Monsieur Piolle, et ses soutiens,font pas­ser
              leurs propres inté­rêts avant ceux des citoyens de la ville qui
              sombre dans la misère (mendicité,prostitution, violence,fuite
              de la classe moyenne vers la péri­phé­rie ‚etc )…
              https://www.alternativelibertaire.org/?Grenoble-Mairie-rouge-verte-une

              sep article
              • De mieux en mieux. Vous n’avez aucun article plus ancien ? Celui dont vous met­tez de lien date de 2016 « seule­ment » 3 ans et puis vous … lec­teur d’alternative liber­taire …
                😉

                sep article
                • Eh oui, Caro, vos contra­dic­teurs ne lisent pas for­cé­ment « Valeurs actuelles »…
                  Quant à notre sup­posé anti-piol­lisme, je le dis et le redis et le rabâche jus­qu’à la nau­sée : nous sommes quelques-uns à le juger sur pièces.
                  (comme le maillot qui en a deux ou une !)
                  Dans ce qu’il convien­dra d’ap­pe­ler l’af­faire des bur­qui­nis de Grenoble, il n’a pas été à la hau­teur.

                  sep article
                • Ce qui devrait vous ras­su­rer, c’est que rien n’a changé
                  depuis le 18 siècle .
                  Voltaire avait écrit à un moment de sa vie
                  « La poli­tique est le moyen pour les hommes sans prin­cipes
                  de diri­ger des hommes sans mémoire « .
                  Au pro­chain contact épis­to­laire, j’i­rais cher­cher des mes­sages
                  en l’an 600 avant J C…

                  sep article