Burqini : le soutien du Planning familial à l’Alliance citoyenne dénoncé par un collectif transpartisan isérois… et Charlie Hebdo

sep article

 

DÉCRYPTAGE – La prise de position du Planning familial de l’Isère, qui annonce soutenir les actions pro-burqinis de l’Alliance citoyenne, n’a pas été sans susciter de virulentes réactions de la part des opposants au maillot de bain religieux dans les piscines municipales. Jusqu’à celle de la rédaction de Charlie-Hebdo, pour qui l’association « abandonne les femmes aux injonctions patriarcales religieuses ». Dernier épisode en date : le lancement de Laï’Cité, collectif transpartisan pour un féminisme universaliste.

 

 

« La question du maillot de bain et la polémique médiatique montrent bien la double oppression que subissent les femmes musulmanes du fait d’islamophobie et du contrôle patriarcal sur les corps. » Ainsi s’exprime le Planning familial de l’Isère dans un communiqué en date du jeudi 11 juillet, afin de faire connaître sa position sur la polémique autour des opérations burqini (ou burkini) organisées par l’Alliance citoyenne dans deux piscines municipales de Grenoble.

 

Céline Deslattes, présidente du Planning familial de l'Isère (ici aux côtés de Max Cressent du collectif Rita). © Joël Kermabon - Place Gre'net

Céline Deslattes, présidente du Planning familial de l’Isère (ici aux côtés de Max Cressent du collectif Rita). © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Rappelant que « la loi de 1905 [sur la séparation de l’Église et de l’État, ndlr] n’instaure pas de police du vêtement », le Planning familial voit ainsi dans l’interdiction du burqini « une discrimination et une stigmatisation à l’encontre d’un groupe de personnes spécifique ». Tout en contestant le règlement des piscines municipales : « Le maillot couvrant ne pose pas de problème d’hygiène ni de sécurité », affirme ainsi l’association.

 

 

Le Planning familial contre « l’injonction à la standardisation »

 

Mais, pour le Planning familial, ce règlement pose problème de manière plus large. « Qu’on soit trans, intersexes, non-binaire, ou cisgenre, le règlement intérieur de la plupart des piscines françaises nous impose arbitrairement la forme du maillot en vigueur. Finalement, ce serait dans l’intérêt de toutes et tous de pouvoir porter son maillot de bain, selon ses choix, ses envies, son genre, son degré de pudeur », juge encore l’organisation féministe. Qui entend dénoncer « l’injonction à la standardisation ».

 

Opération burkini de l'Alliance citoyenne le 23 juin 2019. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Opération burqini de l’Alliance citoyenne le 23 juin 2019. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Le Planning familial revient par ailleurs sur une autre polémique, cette fois dans une piscine municipale d’Annecy, où une femme a « découvert » qu’il lui était interdit de s’y baigner seins nus. « Alors en bikini, en maillot couvrant ou seins nus… Ne serait-ce pas simplement nos corps qui finalement dérangent ? », s’interroge l’association. Et de lancer : « Vive la liberté en maillot de bain couvrant, maillot de bain une pièce, bikini, short, jupette, topless, peu importe ! »

 

Est-ce à dire que le Planning invite le maire de Grenoble à modifier le règlement des piscines de la ville pour y autoriser le burqini ? L’association ne formule pas d’injonction particulière. Mais annonce la création « d’espaces de dialogue sur l’ensemble du territoire […] pour que si les règlements devaient évoluer cela soit possible sereinement ». Les personnes invitées à participer ? « D’autres associations, et surtout les citoyen.n.es concerné.e.s ».

 

 

Des critiques de droite et de gauche

 

Pas dit que Stéphane Gemmani compte parmi les invités de ces « espaces de dialogue ». Le conseiller régional d’opposition n’a pas manqué, dès le début de la polémique, d’exprimer son opposition à une évolution du règlement des piscines municipales en faveur du burqini. Non sans reprocher au passage au maire de Grenoble Éric Piolle son temps de réaction. C’est peu dire aujourd’hui que la position du Planning familial le déçoit.

 

Matthieu Chamussy et Stéphane Gemmani lors d'une réunion publique. © Grenoble 2020 nous rassemble.

Matthieu Chamussy et Stéphane Gemmani lors d’une réunion publique. © Grenoble 2020 nous rassemble.

« Je ne m’attendais pas à ce que le planning familial, avec son histoire et ses combats historiques, puisse donner un tel crédit à une opération et l’action d’une association visant à hystériser le débat », déplore-t-il ainsi dans un message diffusé sur les réseaux sociaux. Avant de réaffirmer sa position : « Pour moi, c’est un non ferme et définitif. Et les responsables politiques que nous sommes, ne doivent pas avoir la main qui tremble ».

 

Le conseiller municipal d’opposition de Grenoble Matthieu Chamussy n’est pas plus tendre. « Quel aveuglement faut-il pour que les dirigeantes actuelles du Planning familial cautionnent l’action politique d’un islamisme qui, partout où il prospère, fait reculer les droits des femmes ! », fustige-t-il. Non sans rappeler les publications aux accents complotistes ou antisémites déterrées sur la page Facebook d’une figure des opérations burqini de Grenoble.

 

La conseillère municipale d'opposition de Grenoble Marie-José Salat. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La conseillère municipale d’opposition de Grenoble Marie-José Salat. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Côté opposition grenobloise de gauche, Marie-José Salat s’inquiétait dès le 10 juillet d’une rencontre entre l’Alliance citoyenne et le Planning familial de l’Isère, en relayant un billet signé du blogueur Naëm Bestandji. Une rencontre organisée au « centre social autogéré » du 38 rue d’Alembert à Grenoble, dans le cadre de rendez-vous « avec des structures qui seraient prêtes à porter la lutte (…) sur le temps long ».

 

 

Charlie-Hebdo s’invite dans le débat

 

Charlie-Hebdo dénonce sur Facebook la position pro-burquini du Planning familial de l'Isère.

Charlie-Hebdo dénonce sur Facebook la position du Planning familial de l’Isère.

Le débat sur le burqini a depuis longtemps dépassé le seul cadre local. Et la position du Planning familial de l’Isère le révèle une nouvelle fois, avec la réaction… de Charlie Hebdo.

 

Sur Facebook, l’hebdomadaire satirique aux positions vigoureusement anti-religions et anticléricales estime que l’association « abandonne ainsi les femmes aux injonctions patriarcales religieuses ». Avant de partager un ancien article titré : « Quand le Planning familial veut renoncer à la laïcité ».

 

Le soutien du Planning familial n’est cependant pas une première : les Jeunes insoumis et les jeunes NPA de l’Isère, ou encore les syndicats étudiants et lycéens Unef et UNL avaient fait connaître leur soutien à l’Alliance citoyenne en jugeant « injuste de demander aux femmes de renier leur religion pour accéder à un équipement municipal ». Un texte également signé par le « centre de santé communautaire » Village 2 santé d’Échirolles.

 

Une position vivement critiquée par Lutte ouvrière, pour qui « ces militants déroulent le tapis vert à l’extrême droite islamiste ». Tandis que, au milieu de l’afflux de réactions, le PCF Isère appelle au retour à la « sérénité » du débat. Et rejoint la position du maire de Grenoble pour demander à l’État de définir « une règle commune ». Tout en estimant que « le combat pour l’émancipation des femmes ne peut être l’otage d’instrumentalisations religieuses ou politiciennes ».

 

Florent Mathieu

 

 

Laï’Cité : un nouveau collectif pour un féminisme universaliste

 

Toutes et tous se sont dit « sidérés » par le communiqué de presse du Planning familial 38 renvoyant dos à dos le monokini et le burqini… et soutenant les actions de l’Alliance citoyenne. Plusieurs dizaines de responsables ou membres politiques locaux* viennent ainsi de lancer Laï’Cité, en réaction.

 

Présentation du collectif transpartisan Laï'Cité : des élu.es et militant.es engagé.es pour la promotion de l'universalisme dans les politiques publiques, notamment en ce qui concerne le féminisme. © Paul Turenne - Placegrenet.fr

Une partie des membres* du collectif transpartisan Laï’Cité. © Paul Turenne – Placegrenet.fr

 

Ce « collectif transpartisan d’élu.es et militant.es engagé.es pour la promotion de l’universalisme dans les politiques publiques » a en effet vu le jour le 6 juillet dernier lors de la Fête de la Laïcité à Échirolles. Avec un objectif aux antipodes de la tendance actuelle dans plusieurs Planning familiaux, dont celui de l’Isère.

 

« Céline Deslattes […] utilise la laïcité pour renvoyer à l’État de légiférer sur le règlement intérieur des piscines », affirment les signataires dans un communiqué. « Le sujet ne relève pas tant de la laïcité que de l’égalité femmes-hommes, de la lutte contre les discriminations à l’égard des femmes et bien évidemment la conception du vivre-ensemble. »

 

« Une gifle magistrale à l’égard de celles qui ont fondé ce mouvement »

 

Lætitia Rabih et Hakima Necib lors de la présentation du collectif transpartisan Laï'Cité : des élu.es et militant.es engagé.es pour la promotion de l'universalisme dans les politiques publiques, notamment en ce qui concerne le féminisme. © Paul Turenne - Placegrenet.fr

Lætitia Rabih et Hakima Necib lors de la présentation du collectif Laï’Cité. © Paul Turenne – Placegrenet.fr

Et c’est peu dire que la position officielle du Planning familial les hérisse : « En cédant sur le principe de l’universel, le Planning familial 38 fait le jeu de l’ultra-libéralisme, et c’est une gifle magistrale à l’égard de celles qui ont fondé ce mouvement d’émancipation des femmes, de toutes les femmes. »

 

Premier acte fondateur de l’ensemble des membres de ce collectif : adhérer au Planning familial de l’Isère. Une façon de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain, mais au contraire de soutenir ce mouvement en tentant de changer les choses de l’intérieur. Et ce alors même que des militantes opposées à l’intersectionnalité, prônée par Céline Deslattes notamment, ont fait part de leurs désaccords quant à cette évolution.

 

PT

 

* Parmi les signataires, Laetitia Rabih, adjointe PS à Échirolles, Véronique Sanchez, assistante sociale, et membre du PCF, Sophie Romera, conseillère municipale d’opposition La France insoumise, et présidente du groupe politique “Fontaine en commun”, Hakima Necib, ancienne élue Go Citoyenneté à Grenoble et membre de L’Observatoire isérois de la parité, Stéphane Gemmani, Naëm Bestandji, militant laïc et féministe, Patrice Voir, élu PCF à Grenoble, Sarah Boukaala, élue au Parti radical de gauche à Grenoble et à la Région Aura, Marie-José Salat, conseillère municipale PS à Grenoble, Brigitte Périllié, ancienne vice-présidente au conseil départemental de l’Isère, Antoinette Pirrello, élue d’opposition à Eybens, ou bien encore Maxime Gonzalez, ex-animateur fédéral de Génération.s Isère.

 

 

ELLES ONT DIT

 

Véronique Sanchez :

 

• « Le PF38 décide de privilégier une poignée de fanatiques en reprenant le langage des islamistes sur les droits civiques. En France, il n’y a pas de droits civiques en fonction des sexes et des religions […] Le modèle américain communautariste est en train de s’imposer – en particulier auprès des militantes plus jeunes – au détriment de notre modèle universaliste. »

• « La question n’est pas la laïcité [dans ces actions pro-burqini, ndlr], mais quel modèle de société nous voulons. »

• « Il ne faut pas oublier que si aucun homme ne prescrivait le voile, aucune femme ne le porterait. »

 

Véronique Sanchez lors de la présentation du collectif transpartisan Laï'Cité : des élu.es et militant.es engagé.es pour la promotion de l'universalisme dans les politiques publiques, notamment en ce qui concerne le féminisme. © Paul Turenne - Placegrenet.fr

Véronique Sanchez lors de la présentation de Laï’Cité. © Paul Turenne – Placegrenet.fr

Lætitia Rabih :

 

• « Il y a une frilosité des responsables des partis face aux dérives communautaristes observées de partout sur le territoire. Et je le déplore. »
• « Nous ne sommes pas face à un débat sur la liberté de choix mais sur un débat sous-tendu par un fondamentalisme religieux. »

 

Hakima Necib :

 

• « Le positionnement du PF38 sème le trouble. Il privilégie aujourd’hui les injonctions religieuses à l’égalité femme-homme. »

 

Sophie Roméra :

 

• « L’espace public doit constituer un lieu d’émancipation. »
• « À La France insoumise, nous souhaitons réaffirmer que nous défendons un féminisme universel. Aucune femme ne doit être placée dans une position de soumission ou de sujétion. »

 

commentez lire les commentaires
10853 visites | 22 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 22
  1. le coran ne dit pas que la femme doit être voilée, il dit qu’elle doit être modeste/honnête de la tête au pied, c’est la traduction exacte. Voiler les femmes n’a rien de religieux ce n’est qu’une interpretation provocatrice extremiste.
    De même le coran dit que si on ne peut pas faire ses prières dans la journée on peut faire une prière de remplacement et que si oon ne peut pas aller à la mosquée, on peut prier à la maison. Donc prier dans la rue n’est AUSSI qu’une manifestation d’extrémisme
    par ailleurs, lors du ramadan on n’est sensé ne pas manger et boire de la journée et de manger et boire MODEREMENT , on ne doit faire la fête qu’à la rupture du jeune lors de l’aïd le soir donc es gens qui font la fete et baffrent tous les soirs détournent le Coran. Ceux qui ne travaillent pas à cause des fatigues du ramadan aussi car quand on ne peut pas le faire à cause du travail, on peut faire un ramadan de remplacement lorsque on ne travaille pas

    On peut voir que beaucoup de musulmans soit ne connaissent pas leur religion, soit la détourne par extremisme ou paresse

    sep article
  2. Céline Deslattes est membre des « grenopolitains », un montage animé par une élue du cabinet du maire, Anne-Sophie Olmos qui a été co-présidente de la majorité municipale.
    https://grenopolitains.fr/pages/les-premiers-signataires
    Les grenopolitains ne sont qu’un changement de nom des « communs métropolitains ».
    https://www.ledauphine.com/isere-sud/2017/01/24/les-communs-prennent-de-l-essor-et-se-reunissent-ce-soir-a-grenoble
    Lesquels sont issus de « l’assemblée des communs » formée par Anne-Sophie Olmos et David Bodinier, l’un des fondateurs de « l’alliance citoyenne » bidon.
    http://notesondesign.org/2eme-assemblee-des-communs-grenoble-16-juin-2017/
    Et si ceci expliquait cela voire bien d’autres choses … ?

    sep article
  3. Zohra Bitan, qui a son franc parlé et connaît très bien le problème précise.
    « Le burkini n’est pas une liberté,car il vient de pays où le décolleté est proscrit ».
    Il n’est pas seulement proscrit,il est condamné en justice très sévèrement .
    C’est curieux, Madame la directrice de la communication de GEG, certainement
    « brillante énarque » ,n’a pas cherché à se renseigner …

    sep article
  4. Je suis atterré.
    Juste une question au Planning Familial de Grenoble (qui fut jadis, dans un autre siècle, à l’avant-garde du combat des femmes pour disposer librement de leur corps) : quelle est la doctrine de l’Islam en matière de contraception et d’avortement ?

    sep article
  5. Que pensent l’employeur GEG et son actionnaire La Métro de la prise de position pro-extreme-droite-islamiste du Planning Familial 38, présidé par celle qui est également directrice de la stratégie de GEG, et ancienne adjointe à la petite enfance de Destot? C’est du propre?

    sep article
  6. Ne pas se tromper de combat car c’en est un des islamo-fascistes prosélytes contre les autres.

    sep article
  7. Simone de Beauvoir nous laisse ce message:  » N oubliez jamais qu »il suffira d’une crise politique, économique et religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. »

    Merci pour vos réactions! Merci au collectif Laî cité, merci à Charlie hendo, merci à tous les militants et militantes, à toutes celles et ceux qui luttent contre le patriarcat et l’ obscurantisme. Restons vigilant(e)s oui toute la vie!
    J’ai fait ma formation de conseillère au Planning Familial et j’ai HONTE, tellement honte de son positionnement. L’affaire des burkinis est révélateur du mal être de notre société face à une religion particulière, porteuse d’un archaïsme insupportable. Pourquoi ce mal être et ce déferlement de haine?. Incroyable histoire alors que le Bien Vivre tous ensembles c’est le respect des différences oui mais la NEUTRALITE RELIGIEUSE dans les espaces communs qui sont légiférés par des règlements intérieurs. C’ est pourtant simple!! Arrêtons cette « mollesse » politique due à une culpabilité datant de notre passé colonialiste!
    Respectons les cadres et centrons nous sur les problèmes vitaux actuels, la survie de la planète par exemple? soyions heureuses et heureux de trouver encore de l’eau dans les piscines de Grenoble (et ailleurs).

    sep article
  8. Bravo au planning familial pour son courage. Agiter la peur de l’autre sous prétexte de sa différence n’est en rien une preuve d’universalisme?! Ce qui est incroyable c’est de lire que certaines pensent défendre ces femmes « soumises  » en dénigrant leur liberté individuelle de se vêtir.. et oui beaucoup se voile de leur plein gré et c’est ça qui vous dérange!! Je ne suis pas pour l’action du burkini dans les piscines mais je suis pour le Respect de tous et de Toutes !!

    sep article
    • Vous n’êtes pas pour l’action du burkini (ou burquini) dans les piscines, tant mieux, nous non plus, cela nous fait au moins un point commun.
      Pour ce qui est du « plein gré » des femmes qui se voilent, on pourrait en discuter longtemps.
      En tout cas, où voyez-vous que nous ne les respecterions pas, alors même que ce sont elles (ou plutôt certaines activistes aux objectifs bien plus ambitieux que le « droit » de se baigner le corps entièrement recouvert) qui ne respectent pas un simple règlement d’équipement sportif !
      Sans les coups de force de l’Alliance Citoyenne (sic), il n’y aurait aucune crispation particulière aujourd’hui sur cette question du « voile ».

      sep article
  9. Je crois rêver. Mme Deslattes joue-t-elle à un clientélisme associatif politique. Prise de position honteuse, des propos douteux, sincèrement vraiment déçu, surtout lorsque l’on est positionné sur une mission centrale du planning familial.

    sep article
  10. J’avoue d’être affligé par la prise de position de Madame Céline Deslattes
    qui préside une association qui est en permanence aidée par les subventions
    de l’état. Dire sans aucune certitude que « le burkini ne pose aucun problème
    d’hygiène et de sécurité », c’est une phrase qui est en contradiction avec la
    réglementation qui est basée sur l’hygiène (n’oublions pas les serviettes
    périodiques).
    Malika Sorel, est une brillante intellectuelle, qui s’inquiète de la non assimilation,
    qui aboutira à la mise en minorité des idéaux républicains dans notre pays .
    Il y a une trentaine d’années ce genre de problème n’existait pas.Aucun homme
    n’avait l’idée d’aller mettre en obligation de modifier la tenue des
    personnes du sexe féminin et si cela avait été le cas cette même Dame
    Deslattes, aurait tout fait pour s’y opposer .

    sep article
  11. Je suis aussi extrêmement déçue par la prise de position de la présidente du planning familial sur la baignade en burquini (merci d’avoir repris cette orthographe). Comme si elle ne connaissait pas la lutte de femmes musulmanes pour la contraception et/ou l’avortement, pour sortir de l’emprise patriarcale ou maritale.
    Comment peut-on affirmer que le règlement est de « demander aux femmes de renier leur religion pour accéder à un équipement municipal » alors que le Coran n’impose nullement le voile aux femmes musulmanes ?
    La présidente du planning familial veut-elle enfoncer encore plus les femmes sans leur laisser la possibilité de sortir de l’obscurantisme ?

    sep article
    • sep article
      • MB

        14/07/2019
        12:01

        Sans se prononcer sur le fond du sujet, il convient tout de même de signaler que l’article dont vous faites mention date de mars 2018.

        sep article
        • Effectivement , l’article date de Mars 2018 et le conseil
          municipal de la ville de Grenoble du lundi 14 Mai 2018
          ,alloue une subvention de 32000 euros,à l’association
          Planning familial 38…
          N’oublions pas qu’au départ Madame Céline Deslatte
          était une adjointe de Monsieur Destot,et qu’elle reste
          une engagée politique.Pour l’instant,je n’ai pas trouvé
          sous quel régime,elle exerce son job de Présidente ?

          sep article
          • FM

            14/07/2019
            14:35

            Sauf erreur, le Planning familial de l’Isère est une association loi 1901.

            sep article
            • Oui, il est possible à un fonctionnaire territorial d’être
              détaché au sein d’une entité de droit privé,pour une
              période déterminée …
              Je crois que Martin Hirsch,haut fonctionnaire,a été
              pendant un temps Président d’Emmaüs.
              j’ignore si c’est la situation de Madame Deslattes

              sep article
          • Est ce qu’en 2018 le planning familial avait dérogé à l’objet de l’asso qui est de promouvoir la contraception et les possibilités d’IVG si nécessaire ? NON alors la subvention était la bienvenue pour mener à bien ses actions.
            Ne mélangez pas tout SVP. Je regrette de vous dire que votre anti-piollisme vous amène à ne pas réfléchir…

            sep article
            • Caro, je n suis pas plus anti-piolliste ,qu’autre chose.
              Ce que je sais ,c’est que le courant Vert/Ades est un
              système démagogique qui se résume à parler de justice
              en permanence,bien que cette notion dans la réalité n’existe
              pas,quand il s’agit d’abolir ses propres privilèges.
              Ce qui veut dire, que Monsieur Piolle, et ses soutiens,font passer
              leurs propres intérêts avant ceux des citoyens de la ville qui
              sombre dans la misère (mendicité,prostitution, violence,fuite
              de la classe moyenne vers la périphérie ,etc )…
              https://www.alternativelibertaire.org/?Grenoble-Mairie-rouge-verte-une

              sep article
              • De mieux en mieux. Vous n’avez aucun article plus ancien ? Celui dont vous mettez de lien date de 2016 « seulement » 3 ans et puis vous … lecteur d’alternative libertaire …
                😉

                sep article
                • Eh oui, Caro, vos contradicteurs ne lisent pas forcément « Valeurs actuelles »…
                  Quant à notre supposé anti-piollisme, je le dis et le redis et le rabâche jusqu’à la nausée : nous sommes quelques-uns à le juger sur pièces.
                  (comme le maillot qui en a deux ou une !)
                  Dans ce qu’il conviendra d’appeler l’affaire des burquinis de Grenoble, il n’a pas été à la hauteur.

                  sep article
                • Ce qui devrait vous rassurer, c’est que rien n’a changé
                  depuis le 18 siècle .
                  Voltaire avait écrit à un moment de sa vie
                  « La politique est le moyen pour les hommes sans principes
                  de diriger des hommes sans mémoire « .
                  Au prochain contact épistolaire, j’irais chercher des messages
                  en l’an 600 avant J C…

                  sep article