Le député de l’Isère Olivier Véran présente un projet de loi contre la prolifération du moustique-tigre

sep article

 

FIL INFO — Olivier Véran déclare la guerre au moustique-tigre. Le député de la première circonscription de l’Isère, soutenu par le groupe La République en marche de l’Assemblée nationale, présente un projet de loi pour lutter contre la prolifération de l’insecte vecteur de maladie. Objectif ? Permettre des opérations de démoustication publiques chez des propriétaires privés, mais aussi autoriser les expérimentations.

 

 

« De nouveaux moyens pour lutter contre les maladies vectorielles transmises par les insectes », tel est le sens de la proposition de loi que veut porter Olivier Véran et qui prendrait effet à compter du 1er janvier 2020. Le député de l’Isère, soutenu par le groupe La République en marche de l’Assemblée nationale, déclare ainsi la guerre au moustique-tigre et aux maladies qu’il peut transmettre, qu’il s’agisse de la dengue ou du chikungunya.

 

Olivier Véran, député LREM de l'Isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Olivier Véran, député LREM de l’Isère. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Le fameux moustique-tigre est désormais présent dans 51 départements français, contre 42 en 2018. Et rien ne semble devoir stopper sa progression avant, in fine, une colonisation totale du territoire. En Isère, c’est en 2015 que les premiers moustiques-tigres ont été observés, avec notamment une forte progression sur l’agglomération grenobloise. Et si les maladies ne sont pas encore là, un cas de dengue a été recensé dans la Drôme le 4 juillet 2019…

 

Permettre des interventions publiques chez des propriétaires privés

 

« Face à une telle situation, les pouvoir publics sont démunis et ne disposent pas des moyens nécessaires pour lutter efficacement contre ce fléau. C’est pourquoi il est important d’agir et d’anticiper, afin de limiter le plus possible l’expansion du moustique-tigre », écrit Olivier Véran pour justifier son projet de loi. Non sans le considérer comme une réponse à « un enjeu majeur de santé publique ».

 

La prolifération du moustique-tigre est-elle une fatalité ? DR

La prolifération du moustique-tigre est-elle une fatalité ? DR

 

Les dispositions proposées ? Le texte permettrait à des agents, publics ou mandatés par l’Agence régionale de santé, de procéder à des opérations de démoustication chez des propriétaires privés. Les occupants des lieux recevraient alors une information pour prendre des dispositions conformes aux prescriptions délivrées par les services de l’État.

 

Le texte veut également ouvrir la voie aux « expérimentations innovantes » pour lutter contre le moustique-tigre. Les préfets pourraient ainsi autoriser des expérimentations d’une durée maximale de trois mois « après avis du Haut Conseil de la santé publique et, le cas échéant, de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail et du Haut Conseil des biotechnologies », précise encore le texte.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
3178 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. M. Véran n’a pas lu tous les articles déjà parus sur Place Gre’Net concernant la lutte contre le moustique tigre. Il faut les lui envoyer … comme développer la tarente de Maurétanie en tant que « expérimentation innovante » ?
    J’ai cru qu’il voulait mettre un mur anti-moustiques autour de Grenoble … pour lui en interdire l’accès … parce que le moustique tigre est un vilain migrant qui n’a pas de titre de séjour et n’a pas vocation à rester en France. 😉

    sep article
  2. Je salue l’initiative !
    Nous sommes envahis par les moustiques tigres sur l’île verte et les nichoirs installés n’ont aucuns effets ! Impossible de se rafraîchir dans le parc ni même ouvrir nos fenêtres ! C’est vraiment un problème !

    sep article