Pollution à l’ozone : le président du SMTC Yann Mongaburu demande le déclenchement de la circulation différenciée

sep article

Creative Mobilities Mou

FIL INFO — Face à l’instauration du niveau 1 de pollution à l’ozone sur le bassin grenoblois, le président du SMTC Yann Mongaburu appelle le préfet de l’Isère à mettre en place dès à présent la circulation différenciée. Et fait savoir que le ticket unitaire sera valable toute la journée sur l’ensemble du réseau Tag le mercredi 26 juin.

 

 

Alors que le niveau 1 de pollution à l’ozone a été activé ce mardi 25 juin sur le bassin grenoblois, le président du SMTC indique avoir demandé au préfet de l’Isère de déclencher la circulation différenciée. Autrement dit, d’interdire la circulation pour les véhicules classés Crit’Air 5, 4 et 3. « Des mesures fortes doivent être instaurées sans délai », écrit ainsi Yann Mongaburu dans une lettre adressée à la préfecture en date du lundi 24 juin.

 

Yann Mongaburu, président du SMTC. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Yann Mongaburu, président du SMTC. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Le président du SMTC en profite par ailleurs pour saluer et se réjouir des annonces du ministre de la Transition écologique et solidaire. François de Rugy souhaite en effet mettre en place une procédure accélérée de circulation différenciée. Avec un déclenchement automatique, passant outre une décision de la préfecture, en cas de dépassement de certains seuils de concentration de particules fines dans l’atmosphère, sur vingt-quatre ou quarante-huit heures.

 

 

Le ticket unitaire valable toute la journée sur le réseau Tag

 

Au-delà du courrier adressé au préfet, Yann Mongaburu veut mettre en avant les efforts faits par le SMTC et la Semitag face à l’épisode de pollution. En instaurant la gratuité sur les transports en commun ? Non, mais en proposant un ticket unitaire valable toute la journée et sur l’intégralité du réseau le mercredi 26 juin. Il en coûtera donc 1,60 euros pour des voyages illimités… ou 2,10 euros si le ticket est acheté auprès d’un conducteur de bus.

 

Le ticket unitaire est valable toute la journée sur le réseau des trams et des bus de Grenoble mercredi 26 juin. © SEMITAG - P. Paillard

Le ticket unitaire est valable toute la journée sur le réseau des trams et des bus de Grenoble mercredi 26 juin. © Semitag – P. Paillard

 

Le niveau 1 de pollution activé mardi 25 juin implique des réductions de vitesse pour les automobilistes. Celle-ci doit être abaissée de 20 km/h sur les routes d’ordinaire supérieure ou égales à 90 km/h. Les voitures doivent aussi se cantonner à 70 km/h sur l’ensemble des communes de la Métro, du Grésivaudan et du Pays voironnais, ainsi que sur l’A41-sud entre le péage de Crolles et Meylan, et sur les A48, A480 et A51 entre les péages de Voreppe et de Vif.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1312 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Et concernant ses responsabilité directes de la hausse du no2 avec Cvcm qu’il défend bec et ongle, et l’explosion des embouteillages avec Grenoble passée de la 10eme a la 5ème ville la plus embouteillée de France depuis Avril 2017, en à peine deux ans, il en dit quoi?

    sep article
    • Personnellement, ce que j’en dis, c’est que les bouchons sont consitués de véhicules motorisés et que ce sont ces mêmes véhicules qui polluent.
      Pourquoi ne pas s’en prendre aux personnes qui continuent d’utiliser un véhicule en étant seule, pour occuper 10m2 de l’espace public à l’arrêt et davantage en mouvement, créant de l’insécurité pour les piétons et les personnes à bicyclette, faisant du bruit et sur des trajets dont les distances sont bien souvent faibles ?
      Vous avez un combat d’arrière-garde typique du XXème siècle et il faudrait songer à évoluer. Toutes les grandes agglomérations dans le monde choisissent de réduire la place faite aux voitures dans leurs centres urbains denses. L’agglomération grenobloise doit aussi assurer ce mouvement vers moins de voitures au profit des autres modes de déplacement qui sont plus efficaces en centre-ville.

      sep article