En 2018, une première génération d'élèves français rencontre les lycéens laotiens du lycée de Thakhek.

Des lycéens mey­la­nais lancent une cagnotte par­ti­ci­pa­tive pour un pro­jet de coopé­ra­tion avec le Laos

Des lycéens mey­la­nais lancent une cagnotte par­ti­ci­pa­tive pour un pro­jet de coopé­ra­tion avec le Laos

FOCUS – À l’heure où les inéga­li­tés de déve­lop­pe­ment pèsent encore lourd dans le des­tin des indi­vi­dus, une asso­cia­tion de lycéens mey­la­nais mène un pro­jet de soli­da­rité inter­na­tio­nale avec le lycée de Thakhek, au Laos. L’occasion pour ces jeunes d’é­chan­ger avec d’autres par-delà les fron­tières autour d’un pro­jet d’ac­cès à l’eau potable… Mais aussi de se confron­ter à une série d’obs­tacles, à la fois tech­niques et cultu­rels. Un véri­table appren­tis­sage pour ces lycéens de 15 ou 16 ans.

Comme tous les mer­cre­dis après-midi, ils sont une dou­zaine de jeunes lycéennes et lycéens du Lycée du Grésivaudan de Meylan (LGM) à se réunir pour par­ler de leur pro­jet de coopé­ra­tion avec le Laos. L’objectif ? Agir en faveur de l’ac­cès à l’eau potable. Pour ce faire, ils ont fondé une asso­cia­tion : la CIS, pour Coopération inter­na­tio­nale et solidarité.

Les élèves de l'association CIS-LGM devant leur stand de coopération avec le Laos.

Les élèves de l’as­so­cia­tion CIS-LGM devant leur stand de coopé­ra­tion avec le Laos. DR

Ce jour-là, les dis­cus­sions sont mul­tiples : ques­tions tech­niques, com­mu­ni­ca­tion, finan­ce­ments… tout y passe. C’est un véri­table exer­cice de ges­tion de pro­jet pour ces élèves de 2nde et 1re. Pour finan­cer leur voyage, ils viennent d’ailleurs de lan­cer une cagnotte par­ti­ci­pa­tive sur la pla­te­forme Leetchi. Une étape impor­tante, car aller sur place s’a­vère néces­saire pour tis­ser une rela­tion de confiance avec le Lycée de Thakhek.

Coopérer à distance

« L’important c’est de construire un par­te­na­riat durable », explique Hakim Ouali, pro­fes­seur de phy­sique appli­quée qui encadre le pro­jet. « Sans cela, les pro­jets péri­clitent. » De fait, le pro­jet, né en 2012, a aujourd’­hui des bases solides. Mais même après sept ans de coopé­ra­tion, les échanges sont par­fois com­pli­qués. « La bar­rière de la langue est l’un des obs­tacles majeurs », constate Hakim Ouali. En effet, les Laotiens n’ap­prennent plus vrai­ment le fran­çais (autre­fois bien maî­trisé du fait de la colo­ni­sa­tion) et pas encore bien l’anglais.

Lycéens français et laotiens avec leurs professeurs encadrants.

Lycéens fran­çais et lao­tiens avec leurs pro­fes­seurs encadrants.

« Au fil des années, on voit le pays s’ou­vrir », observe M. Gengoux, pro­fes­seur d’his­toire-géo­gra­phie et autre enca­drant du pro­jet. « Il y a une vraie évo­lu­tion, même au point de vue poli­tique. » Mais on sent les élèves un peu frus­trés. De fait, ils n’ont pas vrai­ment de contact avec leurs homo­logues lycéens au Laos.

En atten­dant, ils se concentrent donc sur l’or­ga­ni­sa­tion de leur voyage, qui aura lieu en 2020. Et sur la construc­tion de l’ou­til qui est au cœur de leur pro­jet : une fon­taine solaire.

Les élèves du club Laos fabriquent la fontaine solaire dans le hall du Lycée du Grésivaudan.

Les élèves du club Laos fabriquent la fon­taine solaire dans le hall du Lycée du Grésivaudan.

Une fon­taine solaire pour l’ac­cès à l’eau potable

L’accès à l’eau potable est un enjeu cru­cial au Laos. Dans la pro­vince de Khammouane, où se situe la ville de Thakhek, on recense de nom­breuses mala­dies chro­niques liées à la mau­vaise qua­lité de l’eau. Le pays est encore très rural, sou­mis à la défo­res­ta­tion, ce qui favo­rise la pol­lu­tion des nappes phréa­tiques. Seule l’eau en bou­teille est vrai­ment potable, mais elle coûte très cher au regard du niveau de vie local.

Fonctionnement de la fontaine solaire.

Fonctionnement de la fon­taine solaire.

Pour remé­dier à cette situa­tion, l’as­so­cia­tion CIS-LGM tra­vaille aujourd’­hui sur une fon­taine solaire, avec l’aide d’un ancien ingé­nieur gre­no­blois. Il s’a­git d’un dis­po­si­tif très com­pact qui per­met de puri­fier l’eau grâce à l’ac­tion des UV‑C. En effet, ce type de rayon­ne­ment ultra-vio­let éli­mine 99,9 % des bac­té­ries, en sté­ri­li­sant l’eau, ce qui la rend propre à la consommation.

La fon­taine peut ainsi pro­duire 110 litres d’eau par heure, à rai­son de 5 heures par jour. Et elle a une auto­no­mie de quatre jours en l’ab­sence de soleil. La fon­taine est consti­tuée de pièces indus­trielles stan­dard, faci­le­ment trou­vables. Le but est que le Lycée de Thakhek puisse aisé­ment en repro­duire d’autres exem­plaires pour géné­ra­li­ser son uti­li­sa­tion dans la région. Un pro­ces­sus qui devrait être faci­lité par le fait qu’il s’a­git d’un lycée tech­nique, qui pos­sède de nom­breuses com­pé­tences en interne.

Le pro­gramme de coopé­ra­tion inclut éga­le­ment un pro­jet d’a­pi­cul­ture et une ferme à insectes. En échange, les élèves fran­çais espèrent apprendre les tech­niques agri­coles laotiennes.

Des lycéens prêts à sor­tir de leur zone de confort

CIS-LGM ras­semble envi­ron deux tiers de jeunes filles et un tiers de gar­çons. Tous sont moti­vés par la dimen­sion soli­daire du pro­jet. « J’ai conscience qu’ici on a un cadre pri­vi­lé­gié », confie Coline, une élève de pre­mière aux convic­tions bien affir­mées. « C’est pour ça que j’ai voulu par­ti­ci­per : pour décou­vrir une autre culture et aider des per­sonnes qui ont moins de chance que moi. »

En 2018, une première génération d'élèves français rencontre les lycéens laotiens du lycée de Thakhek.

En 2018, une pre­mière géné­ra­tion d’é­lèves fran­çais a ren­con­tré les lycéens lao­tiens du lycée de Thakhek. DR

Même son de cloche du côté de Quentin, qui appré­cie l’i­dée de coopé­rer à l’in­ter­na­tio­nal avec un pays en déve­lop­pe­ment. Thomas, lui, a plu­tôt été séduit par l’as­pect tech­nique du pro­jet, avec la construc­tion de la fontaine.

Château d'eau dans l'enceinte du lycée de Thakhek.

Château d’eau à proxi­mité du lycée de Thakhek, où a été ins­tal­lée une sta­tion météo.

Pour Romane, c’est la dimen­sion éco­lo­gique qui prime. « La fon­taine fonc­tionne à l’éner­gie solaire. Pour moi c’est impor­tant de favo­ri­ser le déve­lop­pe­ment tout en res­pec­tant l’en­vi­ron­ne­ment », détaille-t-elle.

Quand on demande à ces jeunes lycéens ce que ce pro­jet leur apprend au quo­ti­dien, les réponses fusent : tra­vail d’é­quipe, ges­tion, col­lecte de fonds, com­mu­ni­ca­tion… C’est un vrai exer­cice de mise en situation.

« On a dû pré­sen­ter notre pro­jet devant les autres classes du lycée », raconte une élève. « On a com­pris ce que vivent les profs : essayer de cap­ter l’at­ten­tion alors qu’on a l’im­pres­sion que per­sonne ne nous écoute… ! Ça peut être décou­ra­geant mais, fina­le­ment, on a quand même reçu du sou­tien de la part des autres élèves. »

Diane Hentsch

Pour en savoir plus sur le pro­jet, vous pou­vez consul­ter le site du LGM, suivre @Laos_LGM sur Instagram. Ou encore contri­buer au finan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif sur Leetchi.

DH

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La justice annule (une fois encore) deux arrêtés de piétonnisation de la Ville de Grenoble pour des Places aux enfants
Places aux enfants : la jus­tice annule (encore une fois) deux arrê­tés de pié­ton­ni­sa­tion de la Ville de Grenoble

FOCUS - Dans deux jugements distincts mais similaires rendu le 20 juin 2024, le tribunal administratif de Grenoble annule une fois encore des arrêtés de Lire plus

Brigitte Boer, Conseillère municipale du groupe d'opposition. Conseil municipal du 30 janvier 2023.
Affaire Piolle-Martin : un élu dési­gné par­tie civile de la Ville au conseil muni­ci­pal, l’op­po­si­tion de droite pro­pose Brigitte Boer

FLASH INFO - La mairie de Grenoble a indiqué qu'un élu serait désigné, au prochain conseil municipal du lundi 24 juin 2024, comme partie civile Lire plus

Le Département salue la reprise de l'activité de l'Adpah Vienne par Aides et soins, malgré les critiques de l'opposition
Reprise de l’Adpah de Vienne par Aides et soins : le Département s’en réjouit, l’op­po­si­tion moins…

FOCUS - L'activité de l'Association d'aide à domicile aux personnes âgées et handicapées (Adpah) de Vienne a été reprise le 1er juin 2024 par l’association Lire plus

Un point de deal déman­telé à Domène : sai­sie de can­na­bis, argent liquide et trot­ti­nettes élec­triques, cinq sus­pects arrêtés

EN BREF - Les gendarmes ont mené un vaste coup de filet visant à démanteler un point de deal à Domène, lundi 17 juin 2024. Lire plus

Chantier rue Marx Dormoy, St Bruno.
Racket sur les chan­tiers BTP dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise : un sus­pect mis en exa­men pour extor­sions et écroué

EN BREF - Un homme de 44 ans, gérant d'une société de nettoyage, a été mis en examen pour extorsions, jeudi 20 juin 2024, et Lire plus

Grenoble première ville au monde en matière de qualité de vie, selon une étude du cabinet Oxford Economics
Grenoble clas­sée pre­mière ville au monde en matière de qua­lité de vie par le cabi­net Oxford Economics

FLASH INFO - Grenoble serait-elle la première ville au monde en matière de qualité de vie? C'est en tout cas la conclusion d'une étude menée Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !