Des chevaliers en armure vont traverser les Alpes les 6 et 7 juillet, dans le cadre du projet MarchAlp

sep article



FOCUS – Franchir les 6 et 7 juillet le col de Mary dans les Alpes-de-Hautes-Provence avec une caravane composée de chevaliers en armure et d’un équipement de l’époque Renaissance. Voilà en quoi consiste le projet MarchAlp. L’objectif ? Expérimenter et mesurer avec les moyens scientifiques actuels la traversée des montagnes réalisée en 1515 par François 1er.

 

L'Université Grenoble Alpes lance le projet MarchAlp, les 6 et 7 juillet 2019, pour expérimenter la traversée des montagnes en armures au XVIe siècle.

© Thierry Morturier – UGA

En l’an de grâce 1515, François 1er et son armée ont fran­chi les Alpes pour aller livrer bataille en Italie. En 2019, le pro­jet MarchAlp se lance sur leurs traces dans une démarche d’archéologie expé­ri­men­tale. C’est ainsi que, les 6 et 7 juillet, une cara­vane com­po­sée d’hommes en armures fran­chira le col de Mary, à 2 600 mètres d’altitude dans les Alpes-de-Haute-Provence.

 

En res­ti­tuant les condi­tions maté­rielles et humaines de cette tra­ver­sée, le pro­jet cherche à mesu­rer la per­for­mance spor­tive de l’é­poque avec les tech­niques scien­ti­fiques d’au­jourd’­hui. « Revivre l’histoire pour mieux la com­prendre », résume ainsi Stéphane Gal, ensei­gnant-cher­cheur en Histoire à l’Université Grenoble Alpes (UGA) et ins­ti­ga­teur du pro­jet. Mais atten­tion ! Il ne s’agit pas d’une recons­ti­tu­tion, mais bien d’une expé­ri­men­ta­tion au croi­se­ment de plu­sieurs dis­ci­plines.

 

 

De la forge aux capteurs

 

© Thierry Morturier – UGA

Pour recons­ti­tuer l’effort du che­va­lier en armure fran­chis­sant les mon­tagnes, il faut d’abord une bonne connais­sance des moyens de l’époque.

 

L’Université de Grenoble a ainsi joint ses recherches à celles des cher­cheurs du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (Larha), ayant l’habitude de faire de l’histoire appli­quée. Dans un souci d’authenticité, les équi­pe­ments ont été réa­li­sés avec Georges Jolliot, bat­teur d’armure, ainsi que Ferey Médiéval.

 

Patrick Ceria, cham­pion de cyclisme para­lym­pique, éga­le­ment à l’origine du pro­jet, sou­ligne par ailleurs l’importance de l’entraînement dans ce pro­jet. « Les che­va­liers étaient les spor­tifs de haut niveau de l’époque, entraî­nés depuis l’enfance », rap­pelle-t-il.

 

Afin de mesu­rer les efforts déployés par le corps lors des exer­cices, une bat­te­rie de tests bio­mé­triques a été réa­li­sée avec le CNRS et l’Institut natio­nal de recherche en sciences du numé­rique (Inria). Le but : mesu­rer le plus exac­te­ment pos­sible les contraintes liées au port d’une armure.

 

 

Des chevaliers et des étudiants escortés par dix soldats pour la traversée

 

La cara­vane par­tira le samedi 6 juillet de la com­mune de Maljasset (1 910 mètres d’al­ti­tude) et pour­sui­vra sa marche jusqu’au col de Mary (2 641 mètres). Elle fran­chira alors la fron­tière franco-ita­lienne, avant de pas­ser la nuit près de Chiappera (Acceglio, à 2 000 mètres).

 

Itinéraire de la tra­ver­sée

Le dimanche 7 juillet en fin de mâti­née, l’équipe revien­dra à Maljasset. Pour l’occasion, la com­mune pré­voit des ani­ma­tions pour le public, en par­te­na­riat avec l’événement. Une façon pour le pro­jet MarchAlp de contri­buer à la média­tion entre les recherches uni­ver­si­taires et le grand public. « Nous vou­lons rendre la science visible à nos conci­toyens », sou­ligne Jérôme Paret, délé­gué régio­nal du CNRS.

 

Le groupe sera d’ailleurs com­posé des che­va­liers, mais éga­le­ment de quatre étu­diants de l’UGA en mas­ter et doc­to­rat impli­qués dans MarchAlp, incar­nant la par­tie civile de la troupe. Et ta cara­vane sera escor­tée par dix sol­dats de la 27e bri­gade d’infanterie de mon­tagne, en hom­mage au carac­tère mili­taire de l’expédition de 1515. « On va reti­rer de nom­breux ensei­gne­ments de cette expé­rience », se féli­cite à ce sujet le géné­ral Pierre-Joseph Givre.

 

 

« MarchAlp met en avant la modernité de l’histoire »

 

L’enseignant-cher­cheur à l’o­ri­gine du pro­jet MarchAlp, Stéphane Gal, insiste sur sa dimen­sion mémo­rielle et fédé­ra­trice. Il a en effet sol­li­cité des troupes de recons­truc­teurs, telles que Les écuyers de l’Histoire. Et le pro­jet a reçu le sou­tien finan­cier de Cameron O’Reilly, entre­pre­neur et phi­lan­thrope irlando-aus­tra­lien, fon­da­teur de Bayard Capital.

 

Projet MarchAlp, les 6 et 7 juillet 2019, pour expérimenter la traversée des montagnes en armures au XVIe siècle.

De gauche à droite : Lionel Revéret, Jérôme Paret, Stéphane Gal, Pierre-Joseph Givre, Patrick Lévy et Cameron O’Reilly. © Thierry Morturier ‑UGA

 

Le der­nier mot ira à Patrick Lévy, pré­sident de l’Université Grenoble-Alpes, pour qui MarchAlp met en avant la moder­nité de l’histoire, ainsi que la rela­tion de la société à la mon­tagne. Celui-ci déplore ainsi une ten­dance des Grenoblois à oublier leur patri­moine natu­rel. « Comme uni­ver­sité, on a une res­pon­sa­bi­lité vis-à-vis de ça. La dimen­sion his­to­rique explore ce que nous fai­sons [et per­met de] se deman­der com­ment l’homme peut appri­voi­ser ce milieu ».

 

Pauline Defélix

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
2214 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.