Réforme de la fonction publique : en marche vers plus d’ouverture… de précarité et de clientélisme ?

sep article
Vercors Music Festival du 4 au 7 juillet 2019 à Autrans

DÉCRYPTAGE – Le projet de loi du gouvernement porte-t-il un coup de boutoir à la fonction publique ? Des opposants à Grenoble, syndicats et élus en sont persuadés. En assouplissant « les modalités de recrutement des agents publics », la continuité et la neutralité du service public seront mises à mal, alertent-ils. Sans compter que les agents seront payés au lance-pierre, ceux devenus indésirables poussés à la porte et que le clientélisme pourrait aller bon train. Ce n’est évidemment pas l’avis de la rapporteure de cette loi, Émilie Chalas, députée LREM de l’Isère.

 

 

Au centre, Olivier Dussopt, secrétaire d'État auprès du Ministre de l'Action et des Comptes Publics, à sa droite Emilie Chalas, députée de l'Isère et rapporteure du projet de loi de transformation de la fonction publique. DR

Au centre, Olivier Dussopt, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, à sa droite Émilie Chalas, députée de l’Isère et rapporteure du projet de loi de transformation de la fonction publique. DR

Le projet de loi de transformation de la fonction publique a donc été voté en première lecture le 28 mai dernier. Guère étonnant, étant donné le poids du groupe majoritaire La République en marche (LREM) à l’Assemblée nationale.

 

La loi sera ainsi examinée le 18 juin au Sénat, et probablement adoptée avant l’été.

 

Au centre de cette réforme, la possibilité de recourir davantage aux contractuels dans les trois fonctions publiques.

 

« Rapporteure de ce texte, je me réjouis des avancées significatives qu’il contient pour permettre à la fonction publique de s’adapter pleinement aux défis de notre temps » écrit Émilie Chalas*, députée LREM de l’Isère, sur son blog.

 

Les syndicats sont, sans surprise, remontés contre cette loi. Ils ont ainsi manifesté à Grenoble devant la permanence de la députée iséroise, le 27 mars dernier, jour de sa présentation devant le conseil des ministres. Une fois n’est pas coutume, côté employeur dans l’opposition à LREM, on partage peu ou prou les mêmes craintes que les syndicats. Que ce soit Maud Tavel, adjointe EELV aux Ressources humaines de la Ville de Grenoble, ou sa prédécesseure Marie-Josée Salat (PS)

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
1640 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. « Émilie Chalas, députée de l’Isère et rapporteure du projet de loi de transformation de la fonction publique » – wow, pour une fois je suis fier d’habiter en Isère ! Dynamiter la fonction publique inefficace – ça me plait, surtout si on arrive à la remplacer par le privé, moins couteux, plus efficace, plus disponible et surtout qui ne fait pas de grèves 10 fois par an.

    sep article