Le grenoblois Nicolas Plain va parcourir les Alpes en parapente pour faire une “carte des polluants”

sep article



FIL INFO — Allier parapente et défense de l’environnement, tel est le projet du grenoblois Nicolas Plain. Après avoir transformé son parapente en « laboratoire volant », le doctorant va parcourir les Alpes pour permettre d’établir une « carte des polluants » du territoire. Une aventure qui donnera également lieu à un film, Il faut sauver les Alpes, dont la bande-annoncé a d’ores et déjà été projetée à Cannes.

 

 

Nicolas Plain © Nicolas Plain

Nicolas Plain © Nicolas Plain

Il se décrit comme un scien­ti­fique « pas­sionné par la pro­tec­tion de notre belle pla­nète et ses magni­fiques pay­sages [qu’il] sur­vole en para­pente ».

 

Parapentiste émé­rite, Nicolas Plain a en effet trouvé com­ment conci­lier ses deux pas­sions : après avoir trans­formé son para­pente en « véri­table labo­ra­toire volant », le Grenoblois va par­cou­rir les Alpes à comp­ter du mois de juillet. Sa mis­sion ? Établir une « carte des pol­luants », en lien avec les cher­cheurs de l’Université Grenoble-Alpes.

 

Mais ce n’est pas tout : de cette aven­ture, Nicolas Plain compte éga­le­ment tirer un film inti­tulé Il faut sau­ver les Alpes.

 

Le pro­jet est bien avancé, puisque la bande-annonce du long-métrage a été dif­fu­sée durant toute la Semaine du Cinéma posi­tif, en marge du fes­ti­val de Cannes, du 16 au 23 mai. Quant au film à pro­pre­ment par­ler, sa pro­jec­tion est pré­vue à Cannes, mais aussi sur Ushuaïa TV, pour le mois de mai 2020.

 

 

Les Alpes « aux avant-postes du dérèglement climatique »

 

« Les Alpes sont aux avant-postes du dérè­gle­ment cli­ma­tique », rap­pelle en pré­am­bule le tea­ser d’Il faut sau­ver les Alpes. Une tona­lité grave, entre dis­pa­ri­tion pro­gram­mée des gla­ciers et recru­des­cence de can­cers liés à la pol­lu­tion sur cer­tains ter­ri­toires. Des réa­li­tés qui tranchent avec la beauté des pay­sages alpins. Mais, à l’i­mage d’un Demain, le docu­men­taire semble aussi vou­loir por­ter un mes­sage d’es­poir… et don­ner réso­lu­ment le sou­rire.

 

 

 

Nicolas Plain n’a pas attendu ce pro­jet pour com­bi­ner para­pente et mili­tan­tisme. Le doc­to­rant est ainsi fon­da­teur de l’as­so­cia­tion En l’air pour la Terre. Objectif ? Donner la parole aux scien­ti­fiques et cher­cheurs dans des inter­views… réa­li­sées en plein vol. « Quoi de mieux que de par­ler de notre belle pla­nète en sur­vo­lant des pay­sages magni­fiques que nous devons pré­ser­ver ? », pro­fesse l’as­so­cia­tion. Qui affiche au comp­teur 34 entre­tiens et 16 pays sur­vo­lés.

 

FM

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
3491 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.