Personnel de la Ville, le jour de la rentrée, mardi 1er septembre 2020 à l'école Malherbe de Grenoble. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Pôle Emploi signale une pénu­rie de can­di­dats dans de nom­breux sec­teurs en Isère

Pôle Emploi signale une pénu­rie de can­di­dats dans de nom­breux sec­teurs en Isère

FOCUS – L’enquête « Besoins et main d’œuvre » 2019 de Pôle Emploi Auvergne-Rhône-Alpes met en relief des besoins en main‑d’œuvre par­fois très dif­fi­ciles à pour­voir sur cer­tains sec­teurs dans le dépar­te­ment de l’Isère. Une ten­dance qui se retrouve dans l’emploi des cadres, quand bien même celui-ci pos­sède sa dyna­mique propre.

Des besoins en main‑d’œuvre qui s’a­vèrent dif­fi­ciles à pour­voir, sur le bas­sin gre­no­blois comme sur l’en­semble du dépar­te­ment de l’Isère : tel est le constat dressé par Pôle Emploi Auvergne-Rhône-Alpes dans son enquête « Besoins en main d’œuvre » 2019. Une situa­tion qui s’ex­plique par la hausse des « pro­jets de recru­te­ment » sur le ter­ri­toire, signe d’une bonne vita­lité éco­no­mique, « l’i­na­dé­qua­tion des pro­fils » et tout sim­ple­ment le manque de candidats.

Les postes les plus pour­voyeurs d’emplois ? La vente, le tou­risme et les ser­vices aux per­sonnes, qui repré­sentent, à eux seuls, 35 % des pro­jets de recru­te­ment. Loin devant l’in­dus­trie ou le BTP, qui pèsent res­pec­ti­ve­ment pour 10 % et 7 % des embauches. Département tou­ris­tique oblige, l’emploi sai­son­nier occupe éga­le­ment une place loin d’être négli­geable dans l’emploi : envi­ron un tiers des recru­te­ments sur les dif­fé­rents ter­ri­toires isérois.

Des sec­teurs à fortes dif­fi­cul­tés de recrutement

Mais cer­tains emplois ont du mal à trou­ver pre­neurs. 91 % des embauches sur les postes clas­sés « aides à domi­cile, aides ména­gères, tra­vailleuses fami­liales » sont ainsi consi­dé­rées comme « dif­fi­ciles ». Les conduc­teurs rou­tiers, les employés de mai­son ou les cui­si­niers sont aussi des perles rares : plus de 80 % des pro­jets de recru­te­ment sont jugés dif­fi­ciles. Des chiffres au demeu­rant sou­vent supé­rieurs à la moyenne régionale.

La liste des métiers difficiles à pourvoir dans le bassin grenoblois établie par Pôle Emploi.

La liste des métiers dif­fi­ciles à pour­voir dans le bas­sin gre­no­blois éta­blie par Pôle Emploi.

Dans le détail, la ten­dance est sen­si­ble­ment la même sur le bas­sin gre­no­blois. Celui-ci est tou­te­fois moins deman­deur en aides à domi­cile, mais cherche déses­pé­ré­ment des pro­fes­sion­nels de l’a­ni­ma­tion socio­cul­tu­relle. Sur les 1 110 pro­jets de recru­te­ment 2019, qui incluent autant des direc­teurs que des ani­ma­teurs, 520 postes risquent de s’a­vé­rer dif­fi­ciles à pour­voir. La pré­do­mi­nance des emplois sai­son­niers (près de 70 %) dans ce sec­teur n’y est sans doute pas étrangère.

Métiers en ten­sion : 80 conseillers spé­cia­li­sés de Pôle Emploi aux côtés des entreprises

Comment remé­dier à ces dif­fi­cul­tés de recru­te­ment ? Pôle Emploi vante son action. « 80 conseillers spé­cia­li­sés accom­pagnent les entre­prises (…) sur la défi­ni­tion de leurs attentes en terme de com­pé­tences », décrit-elle. Sans oublier les modules de for­ma­tion ou d’im­mer­sion des can­di­dats, ainsi qu’un « tra­vail concerté avec les branches pro­fes­sion­nelles pour amé­lio­rer et pro­mou­voir l’image de cer­tains sec­teurs d’activité ».

Agence Pôle Emploi La Bruyère à Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Agence Pôle Emploi La Bruyère à Grenoble © Florent Mathieu – Place Gre’net

Mais l’or­ga­nisme pour l’emploi insiste aussi sur son Plan d’Investissement dans les Compétences 2019 – 2022, qui « doit per­mettre aux publics les plus éloi­gnés de l’emploi, ins­crits ou non à Pôle emploi d’intégrer des par­cours de for­ma­tions qua­li­fiantes et cer­ti­fiantes ». Avec pour objec­tif de « réduire l’écart entre les com­pé­tences sou­hai­tées par les entre­prises et les com­pé­tences dis­po­nibles sur le mar­ché du tra­vail ».

Le Plan éta­bli par Pôle Emploi Auvergne-Rhône-Alpes « per­met­tra le finan­ce­ment de 110 000 par­cours à des­ti­na­tion de deman­deurs d’emploi peu ou pas qua­li­fiés, en plus du bud­get géné­ral de Pôle emploi dédié à la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle », note l’a­gence. Et ceci pour assu­rer des for­ma­tions dans treize « domaines d’ex­cel­lence », tels que les métiers de bouche, les ser­vices à la per­sonne, le tou­risme ou encore le numérique.

La pénu­rie de can­di­dats touche aussi l’emploi des cadres

L’emploi des cadres dans la région connaît, lui aussi, des dif­fi­cul­tés de recru­te­ment, rap­pelle l’Association pour l’emploi des cadres dans son propre bilan 2019. La consé­quence d’une aug­men­ta­tion constante des besoins sur un sec­teur d’emploi pos­sé­dant sa dyna­mique propre. « Nous sommes sur la troi­sième année consé­cu­tive de crois­sance à deux chiffres en termes d’emploi cadre ! », sou­ligne ainsi Patricia Ozil, res­pon­sable auprès de l’Apec.

Visuel Apec : l'emploi des cadres possède sa propre dynamique et une croissance en hausse années après années. © Apec

Visuel Apec : l’emploi des cadres pos­sède sa propre dyna­mique et une crois­sance en hausse, année après année. © Apec

Résultat ? Les entre­prises peinent à trou­ver des can­di­dats, et la sous-trai­tance se géné­ra­lise. « On a une flam­bée d’en­tre­prises qui passent par des socié­tés de ser­vice, tout sim­ple­ment parce qu’elles n’ar­rivent pas à recru­ter les per­sonnes dont elles ont besoin », décrit encore Patricia Ozil. Les sec­teurs en ten­sion ? L’informatique, mais aussi la logis­tique, l’in­dus­tria­li­sa­tion et la recherche & développement.

Une situa­tion de pénu­rie qui amène l’Apec à réa­li­ser un tra­vail auprès des entre­prises pour les inci­ter à se tour­ner vers d’autres types de pro­fils, y com­pris “juniors” et “seniors”. « On ne peut plus recru­ter aujourd’­hui comme il y a dix ans », insiste Patricia Ozil. La for­ma­tion elle-même est ame­née à évo­luer, au pro­fit des « soft skills », des com­pé­tences adap­tables et une capa­cité d’ap­prendre autant que de désap­prendre, per­met­tant de se fondre dans des postes différents.

L'Isère demeure locomotive de l'emploi des cadres en Auvergne-Rhône-Alpes et affiche des prévisions d'embauche très supérieures à la moyenne régionale. © Apec

L’Isère demeure loco­mo­tive de l’emploi des cadres en Auvergne-Rhône-Alpes et affiche des pré­vi­sions d’embauche très supé­rieures à la moyenne régio­nale. © Apec

Réalisé sur un panel de 1 262 entre­prises pri­vées et publiques, les pré­vi­sions d’embauche de l’Apec en Auvergne-Rhône-Alpes table sur 30 000 recru­te­ments de cadres dans la région, contre 29 380 en 2018, avec à la clé une créa­tion de près de 10 000 postes. Comme les années pré­cé­dentes, l’Isère se dis­tingue en outre par son opti­misme : 20 % de ses entre­prises envi­sagent de recru­ter dans l’an­née, soit 7 points de plus que la moyenne régionale.

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Usine_STMicroelectronics_Crolles. © Artechnic
STMicroelectronics : une nou­velle enquête publique en pré­vi­sion pour le pro­jet d’ex­ten­sion de l’u­sine de Crolles

FOCUS - Rebondissement pour le projet d'agrandissement de l'usine STMicroelectronics de Crolles. L'industriel a répondu aux conclusions de la Commission nationale du débat public (CNDP) Lire plus

La stratégie de la Métropole envers les commerçants et l'attractivité commerciale en débat au conseil métropolitain
Attractivité com­mer­ciale : vifs débats autour de la stra­té­gie de la Métropole de Grenoble

FOCUS - Le conseil métropolitain de Grenoble a adopté, le 5 juillet 2024, une délibération-cadre sur la "stratégie d'intervention pour relever les défis d'une attractivité Lire plus

Les livreurs à vélo et des élus prennent la pose devant leur nouveau local situé 8, rue Saint-François à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
La Ville de Grenoble met un local flam­bant neuf à la dis­po­si­tion des livreurs de repas à domicile

FOCUS - La Ville de Grenoble a décidé de mettre gratuitement à disposition des livreurs de repas à vélo un local situé en plein cœur Lire plus

La Métropole annonce une recapitalisation (surprise) de 16 millions d'euros du bailleur social Grenoble Habitat
La Métropole annonce une reca­pi­ta­li­sa­tion sur­prise de 16 mil­lions d’eu­ros du bailleur social Grenoble Habitat

FOCUS - La Métropole grenobloise a annoncé avoir trouvé un accord avec la Ville de Grenoble pour une recapitalisation de 16 millions d'euros du bailleur Lire plus

La chambre régio­nale des comptes adresse une série de recom­man­da­tions au centre de ges­tion de l’Isère

EN BREF - La chambre régionale des comptes (CRC) a mis en ligne, le 25 juin 2024, son rapport d’observations définitives sur le centre départemental Lire plus

Construit par Linkcity, Suez, soutenus en partie par les finances publiques et géré par Grenoble Habitat, l'immeuble ABC qui devait être autonome en énergie et en eau, n'a pas rempli ses objectifs. © Séverine Cattiaux- Place Gre'net
Les loca­taires de l’immeuble ABC « auto­nome » sur l’écocité Presqu’île à Grenoble déchantent : « On a l’impression de s’être fait avoir »

ENQUÊTE - Dans l'écoquartier Cambridge à Grenoble, l'immeuble d'habitation ABC devait être le "premier concept de bâtiment autonome" en France. Quatre ans plus tard, les Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !