Anniversaire de la Banque alimentaire de l’Isère : 35 ans de liens et de lutte pour plus de solidarité

sep article



REPORTAGE VIDÉO – La Banque alimentaire de l’Isère a fêté son 35e anniversaire le 26 avril dernier. L’occasion de réunir les bénévoles de plusieurs associations iséroises lors d’ateliers autour de la solidarité. Mais aussi de partager différents mets issus de la collecte, tous préparés par un chef-cuisinier à bord d’un camion-cuisine.

 

 

Il y a foule ce jeudi 26 avril, au 4 rue de la Maladière à Sassenage, dans le grand han­gar qui sert d’en­tre­pôt à la Banque ali­men­taire de l’Isère. On y fête les 35 ans de lutte de la BAI contre la pré­ca­rité ali­men­taire… et la lutte contre le gas­pillage, che­val de bataille de l’as­so­cia­tion, depuis main­te­nant quelques années.

 

En France, 9 mil­lions de tonnes de den­rées ali­men­taires propres à la consom­ma­tion sont en effet jetées à la pou­belle, selon le film Global Gâchis. Ainsi, pour le menu d’an­ni­ver­saire de la Banque ali­men­taire de l’Isère, aucun euro n’a été déboursé pour le repas. Tout était issu de la col­lecte comme l’a assuré en per­sonne le chef…

 

 

Un Camion-cuisine qui reviendra à la région la plus innovante

 

À bord de ce camion c’est le grand rush. Ils sont une dizaine de béné­voles à assu­rer le ser­vice. Dans la cui­sine amé­na­gée à l’ar­rière du véhi­cule, on trouve tout le néces­saire : plaques chauf­fantes, réfri­gé­ra­teur, plan de tra­vail… Ce jour-là à Grenoble, le camion pren­dra dès le len­de­main la direc­tion du Sud. Direction Marseille, où il res­tera deux jours.

 

Cette “cui­sine-rou­lante”, avec à son bord les béné­voles de la Banque ali­men­taire, effec­tue ainsi un Tour de France. Un tour débuté le 13 mars à Arcueil (Ile-de-France), et qui se ter­mi­nera le 16 octobre à Gennevilliers (Ile-de-France).

 

Un Tour de France divisé en 35 étapes de 2 jours pour ce camion-cuisine

Un Tour de France divisé en 35 étapes de 2 jours pour ce camion-cui­sine. Crédits : MBe

 

Au terme de ce Tour de France, le camion revien­dra à la région au pro­jet le plus inno­vant quant à son uti­li­sa­tion. La BAI a d’ores et déjà son idée : « Nous pour­rions aller dans les ter­ri­toires fra­giles, comme des petits vil­lages où il y a des per­sonnes dému­nies, qui ne se font pas voir, car la ville n’a pas de moyens pour faire du social, évoque Christian Chedru pré­sident de la Banque ali­men­taire de l’Isère. Et, nous pour­rions ainsi venir en fai­sant en quelque sorte de la délé­ga­tion de ser­vice public. »

 

Le préfet de l'Isère, Lionel Beffre visite le camion-cuisineLe préfet de l'Isère, Lionel Beffre visite le camion-cuisine

Le pré­fet de l’Isère, Lionel Beffre visite le camion-cui­sine.  Crédits : MBe.

 

« Je sais qu’il va reve­nir à la région la plus inven­tive et qu’il y en a treize en concur­rence, mais je sou­haite bien sûr que ce soit la région Auvergne-Rhône-Alpes qui puisse le récu­pé­rer », pré­cise Lionel Beffre, pré­fet de l’Isère, invité pour l’oc­ca­sion. De fait, ce n’est pas la pre­mière fois qu’il rend visite à la Banque ali­men­taire de l’Isère, « un fidèle par­te­naire », selon ses mots.

 

 

La Banque alimentaire, vecteur de lien social depuis 35 ans

 

Parmi les nom­breuses per­sonnes pré­sentes, on retrouve Lamine 24 ans, béné­vole à la Banque ali­men­taire depuis deux ans. Guinéen d’o­ri­gine, il est arrivé en France il y a trois ans. Il a alors décidé de don­ner de son temps au pro­fit de l’as­so­cia­tion : « Au lieu de res­ter à la mai­son à rien faire, j’ai voulu m’in­té­grer grâce à des asso­cia­tions. France béné­vo­lat m’a pro­posé plu­sieurs asso­cia­tions, et j’ai choisi la Banque ali­men­taire ». Tous les mer­cre­dis, il vient aider à la col­lecte, ainsi qu’au rem­plis­sage des gigan­tesques étals de l’en­tre­pôt de Sassenage.

 

Léa Floriot 20 ans stagiaire à la Banque alimentaire

Léa Floriot 20 ans sta­giaire à la Banque ali­men­taire. © MBe

Dans le fond de la salle, on retrouve Léa, qui aide à la dis­tri­bu­tion des pla­teaux. Étudiante en pre­mière année d’as­sis­tante de ser­vice social à l’Institut de for­ma­tion des tra­vailleurs sociaux (IFTS) d’Échirolles, elle a choisi de faire son stage de fin d’an­née à la Banque ali­men­taire de l’Isère.

 

« Le lien se crée, j’ai remar­qué que les anciens avec le peu de jeunes que compte l’as­so­cia­tion sont très affec­tueux. On se fait des câlins, on se prend dans les bras… »

 

 

 

Des liens inter­gé­né­ra­tion­nels que confirme cette béné­vole…

 

Des béné­voles indis­pen­sables pour l’as­so­cia­tion face aux besoins crois­sants. En France, 8,8 mil­lions de per­sonnes vivent en effet sous le seuil de pau­vreté, soit 14 % de la popu­la­tion fran­çaise selon l’Insee. Le réseau des Banques ali­men­taires per­met ainsi d’ai­der chaque année près de 2 mil­lions de fran­çais. Soit l’é­qui­valent de 23 mil­lions de repas dis­tri­bués.

 

Mohamed Benmaazouz

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1976 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. si j’ai bien com­pris, le pré­fet, repré­sen­tant gou­ver­ne­men­tal, vient remer­cier la banque ali­men­taire de per­mettre à des per­sonnes de ne pas mou­rir de faim, en se sub­sti­tuant aux devoirs de l’Etat …

    sep article