La Métro emprunte cent millions d’euros à la Banque européenne d’investissement pour financer sa politique environnementale

sep article

FIL INFO – Grenoble-Alpes Métropole contracte un prêt de cent millions d’euros auprès de la Banque européenne d’investissement (BEI) pour financer les grands projets de la politique environnementale. Une somme non négligeable sur l’investissement de 237 millions d’euros que la Métro a d’ores et déjà planifié.

 

 

Cent millions d’euros pour financer les projets en lien avec la transition écologique. Tel est le montant du prêt accordé à Grenoble-Alpes Métropole par la Banque européenne d’investissement (BEI), à l’occasion d’un déplacement à Grenoble de son vice-président Ambroise Fayolle. Avec un actionnariat composé des États membres de l’Union européenne, la BEI participe en effet au financement des objectifs de l’UE, via des emprunts sur les marchés financiers.

 

La Banque européenne d'investissement prête 100 millions d'euros à Grenoble-Alpes Métropole en soutien de ses projets de politique environnementale.De gauche à droite, Ambroise Fayolle, président de la BEI, et Raphaël Guerrero, vice-président de la Métro en charge des Finances. © Grenoble-Alpes Métropole - Lucas Frangella

De gauche à droite, Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI, et Raphaël Guerrero, vice-président de la Métro en charge des Finances. © Grenoble-Alpes Métropole – Lucas Frangella

 

Le lien entre l’Europe et la Métro ? Le prêt permettra de financer des « projets estampillés “climate action” », explique la collectivité. L’Union européenne développe en effet toute une gamme stratégique face aux enjeux environnementaux. Notamment la mise en place de fonds dédiés à l’innovation ou au travail sur les émissions en lien avec le transport, la protection de la couche d’ozone, ou l’adaptation au changement climatique.

 

 

Environ 237 millions d’euros d’investissement dans les projets environnementaux

 

« Ce prêt permettra à Grenoble-Alpes Métropole de s’inscrire pleinement dans sa perspective tracée, celle de la transition énergétique et écologique, traduite au travers du Plan Air énergie climat métropolitain », se réjouit la Métropole.

 

La mise en place d'un nouveau réseau de chauffage urbain est à l'ordre du jour pour la Métro. © Corentin Libert

La mise en place d’un nouveau réseau de chauffage urbain est à l’ordre du jour pour la Métro. © Corentin Libert

Même sous forme de prêt, la somme de cent millions d’euros n’a en effet rien d’anodin, alors que la Métro chiffre à 237 millions d’euros le coût total de ses projets d’investissement en matière de politique environnementale.

 

Des exemples de réalisation où le prêt de la BEI s’insère financièrement ? « Il s’agit par exemple d’améliorer l’approvisionnement en eau potable, le traitement des eaux usées et la gestion des eaux pluviales de la population », décrivent les services de la Métro.

 

Et de citer encore « la mise en place d’un nouveau réseau de chaleur urbain », l’enfouissement de lignes électriques ou le renouvellement des bennes à ordures ménagères.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1882 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Commençons par combattre les incendies volontaires des bâtiments
    et des voitures sur la ville de Grenoble, l’écologie y gagnera en qualité …
    En effet, chaque voiture qui brûle (car de sympathiques individus y mettent
    le feu), a un impact destructeur sur la qualité de l’air de Grenoble …

    sep article
  2. Ça devient problématique cette approche. Encore en gros plus de 1000 euros par tête contribuable de passif à l’echelle de la métro pour ce projet…
    Ce n’est pas ainsi que l’on crée de l’attractivité, de l’emploi et que l’on réduit la dette.

    sep article
  3. Que ce que ça apporte à l’économie locale ?! Rien!
    Comme d’ habitude M Ferrari finance les projets au profit de sa clientèle gauchiste, mais c’est les contribuables de la métropole qui vont payer ces crédits inutiles

    sep article
  4. Avec autant d’argent, les Grenoblois vont avoir droit à de vrais capteurs de pollutions partout et de vraies campagnes de mesures régulière alors?
    Je ne parle pas de gadgets non homologués ou de capteurs itinérant bien évidemment, l’enfumage ça va 2 minutes.

    sep article