La Région Auvergne Rhône-Alpes entre au capital d’Alpexpo et devient l’actionnaire majoritaire

sep article



FIL INFO – La Région Auvergne Rhône-Alpes fait son entrée au capital de la société Alpexpo. Avec 51 % des parts, elle devient l’actionnaire majoritaire à la place de la Ville de Grenoble. Un plan d’investissement de 20 millions d’euros pour rénover et moderniser l’équipement a dans la foulée été annoncé.

 

 

SEMICON à Alpexpo. Grenoble, 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Semicon à Alpexpo. Grenoble, 2016. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

La Région Auvergne Rhône-Alpes entre au capi­tal d’Alpexpo et devient son action­naire majo­ri­taire avec 51 % des parts. Ce n’est pas une sur­prise. Cette prise de par­ti­ci­pa­tion avait été annon­cée en décembre der­nier. Trois ans après la prise de com­pé­tence éco­no­mique par la Métropole de Grenoble, l’é­qui­pe­ment est sorti du giron de la Ville au 1er jan­vier der­nier. Et ce, après bien des trac­ta­tions.

 

La Ville de Grenoble, qui déte­nait jusque-là 77 % du capi­tal de la société publique local (SPL), ne garde ainsi que 9 % des parts. La Métropole passe de 23 à 35 %*. Quant au Département de l’Isère, il fait lui aussi son entrée dans la société, à hau­teur de 5 %.

 

 

Le redressement des comptes en ligne de mire

 

Objectif désor­mais pour les quatre par­te­naires publics ? Redresser un équi­pe­ment long­temps laissé à la dérive et dont la ges­tion avait laissé les magis­trats de la chambre régio­nale des comptes par­ti­cu­liè­re­ment per­plexes.

 

Car les ren­floue­ments suc­ces­sifs ont jus­qu’en 2017 coûté cher au contri­buable. De 2010 à 2016, Alpexpo a accu­mulé près de 9 mil­lions d’euros de pertes. Pour ten­ter de réta­blir l’équilibre – alors que la société était rede­vable de 3,7 mil­lions d’euros à la com­mune – la Ville de Grenoble avait remis les comptes à zéro. Et exo­néré, de 2014 à 2016, la société de loyers, de rem­bour­se­ment de taxes fon­cières et de pro­vi­sions pour tra­vaux. Soit un total de 4,895 mil­lions d’euros de pertes sèches, ont cal­culé les magis­trats finan­ciers.

 

Salon de l'apprentissage et de l'alternance, à Alpexpo Grenoble le 27 janvier 2018. © Léa Raymond

Salon de l’ap­pren­tis­sage et de l’al­ter­nance, à Alpexpo Grenoble le 27 jan­vier 2018. © Léa Raymond

 

L’objectif est donc désor­mais de don­ner un second souffle à Alpexpo pour en faire un « lieu incon­tour­nable du tou­risme d’af­faires à l’é­chelle régio­nale mais éga­le­ment au-delà, tout en déve­lop­pant notam­ment l’ac­cueil de concerts », pré­cisent les quatre par­te­naires dans un com­mu­ni­qué com­mun.

 

Un plan d’in­ves­tis­se­ment de 20 mil­lions d’eu­ros a ainsi été annoncé pour réno­ver et moder­ni­ser l’é­qui­pe­ment. La Région appor­tera la plus grande part (15 mil­lions), la Métro abon­dant à hau­teur de 4 mil­lions et la Ville de Grenoble et le Département à hau­teur cha­cun d’un mil­lion d’eu­ros.

 

PC

 

* La Métropole, via son vice-pré­sident Claude Habfast, en conserve la pré­si­dence jus­qu’en 2020.

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
1617 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Vu que les muni­ci­pa­li­tés des roses, rouges et verts n’ont su que cou­ler Alpexpo.
    Cette SPL aurait du être cédée au pri­vée. En tout cas, merci Laurent Wauquiez.

    sep article