Le futur siège de la Métro, à 86 millions d’euros, exemplaire sur le plan environnemental, moins sur le volet social

sep article
Changeons nos vieux poêles avec la Prime Air Bois Grenoble Alpes Métropole doublée à 1600 euros !

FOCUS – Un nouveau siège pour l’Hôtel de la Métro de Grenoble n’est pas du luxe. L’actuel Forum, non seulement saturé, tombe plus ou moins en ruines. Mais si, moyennant 86 millions d’euros, le futur bâtiment s’avère exemplaire sur le plan environnemental, il pêche quelque peu sur le plan social, le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail n’ayant pas donné son avis. Prévu pour être voté le 8 février dernier, le projet a été retiré de l’ordre du jour.

 

 

Saturé, très dégradé, le siège de l'Hôtel métropolitain de Grenoble Alpes Métropole va être rénové et agrandi. Moyennant 86 millions d'euros. Mais, exemplaire sur le plan environnemental, le projet pêche quelque peu sur le plan social... © Patricia Cerinsek

Saturé, très dégradé, le siège de l’Hôtel métropolitain de Grenoble Alpes Métropole va être rénové et agrandi. © Patricia Cerinsek

Le futur Hôtel métropolitain sera exemplaire. Ambitieux en matière de consommation énergétique puisque sa labellisation en Passivhaus permettra de limiter les consommations énergétiques des 20 000 m2 à un maximum de 150 Kwh/m2/an.

 

Pour avoir une petite idée de l’économie, il faut savoir que l’actuel bâtiment du Forum – qui est certes une vraie passoire –, consomme plus du double, à savoir 370 Kwh/m2/an.

 

En construisant un nouveau siège et en regroupant sur un site unique plusieurs services, communs et administratifs, la Métropole de Grenoble espère ainsi économiser 700 000 euros par an. Soit 19 millions d’euros sur les trente ans de la durée d’amortissement prévue du projet.

 

Moyennant quoi, elle va devoir mettre la main à la poche. Et plutôt deux fois qu’une. Car entre la démolition-rénovation de l’actuel Forum et la construction du nouveau bâtiment attenant, il en coûtera 86 millions d’euros.

 

 

Le Forum, un bâtiment saturé et très dégradé

 

Se doter d’un nouvel hôtel métropolitain n’est pas du luxe. L’actuel est non seulement saturé mais, qui plus est, il prend l’eau de toutes parts. « Au troisième étage, des plafonds s’écroulent, il y a des fuites d’eau sans parler que le bâtiment n’est pas aux normes incendie et évacuation », souligne Dimitri Martinez, secrétaire général de la CGT à la Métro.

 

La question d’un nouveau siège ne se pose (presque) pas, même si la facture présentée en fin de mandat dans un contexte social et financier pour le moins délicat en fait bondir quelques-uns.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
2413 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. 86 millions d’euros !!! Vous êtes certains de ce chiffre énorme payé par nous impôts?

    sep article
    • PC

      06/03/2019
      21:51

      Oui, c’est le montant de la rénovation de l’actuel bâtiment (avec désamiantage) plus le coût du nouveau bâtiment attenant.

      sep article
      • Le nouveau bâtiment attenant… ils ne vont pas encore sucrer des espaces verts / parc qui est voisin?!
        ils ne peuvent pas aller à la CCI? au bâtiment crédit agricole ? 😀
        ou ailleurs et foutre la paix à la pelouse et aux arbres?

        sep article
        • PC

          15/03/2019
          8:18

          Pour complément, extrait de la délibération retirée :  » De par l’implantation du futur siège, le végétal aura une place dominante dans le projet, que ce soit au niveau de la parcelle avec le maintien d’un espace vert d’un seul tenant en proximité du boulevard Jean Pain planté d’arbres de haut jet mais aussi en accompagnement du bâtiment. Cette végétalisation forte permettra de conforter le lien entre le parc Paul Mistral et le parc des Berges mais aussi permettra aux agents et résidents du quartier de bénéficier d’espaces de respiration et de récréation.
          Le projet favorise également les déplacements modes doux en créant un lien piétons entre le parc Paul Mistral et le Parc des Berges. De même, il intègre une capacité de 460 places de stationnement vélo (utilisateurs et agents). »

          sep article