L’Europe à la rescousse du Lyon-Turin ? La pression monte entre Laurent Wauquiez et Elisabeth Borne

sep article



FOCUS – L’Europe va-t-elle venir à la rescousse de la ligne Lyon-Turin et revoir à la hausse son financement sur le tunnel transfrontalier mais aussi sur les accès à la ligne ferroviaire, jusque-là non éligibles aux crédits européens ? Le premier vice-président de la Région Auvergne Rhône-Alpes s’en réjouit par avance. La ministre des Transports, elle, dément toute avancée. Balle au centre ? Bruxelles n’a encore rien acté. Entre Lyon et Paris, la pression monte.

 

 

La contribution de la France au financement du Lyon-Turin a-t-elle été inscrite au budget de l'État ? Un document officiel atteste du contraire...

Sur le chan­tier du Lyon-Turin à Saint-Martin-la Porte : les tra­vaux de recon­nais­sance ont déjà com­mencé. © Telt

La Commission euro­péenne va-t-elle remettre la main à la poche pour finan­cer le Lyon-Turin, ce pro­jet de tun­nel trans­fron­ta­lier tou­jours en stand-by, sur lequel s’é­charpe la coa­li­tion ita­lienne au pou­voir ? C’est ce qu’a avancé, le 18 février der­nier, Étienne Blanc, le pre­mier-vice pré­sident de la Région Auvergne Rhône-Alpes au terme d’une réunion de tra­vail à Bruxelles qui s’est tenue le 13 février.

 

L’annonce inter­vient alors que l’Italie a été pres­sée par Paris et Bruxelles, ses deux autres par­te­naires du pro­jet, de se posi­tion­ner sur le Lyon-Turin. Et alors que minis­tère ita­lien des Transports a publié, mi-février, une ana­lyse sur la ren­ta­bi­lité de la ligne trans­al­pine à grande vitesse. D’où il res­sort qu’elle « pré­sente une ren­ta­bi­lité très néga­tive », avec des coûts supé­rieurs de 7 mil­liards d’eu­ros à ses béné­fices, atten­dus à comp­ter de… 2059.

 

 

Confusion

 

Bruxelles va-t-elle venir à la res­cousse ? C’est ce que lais­sait entendre Étienne Blanc. « L’Union euro­péenne est dis­po­sée à finan­cer 50 % de la liai­son Lyon-Turin dans sa tota­lité, c’est-à-dire le tun­nel trans­fron­ta­lier et les voies d’accès à l’ouvrage », sou­li­gnait le pre­mier vice-pré­sident d’Auvergne Rhône-Alpes. Soit 10 % de plus que prévu, en contre­par­tie de la dimi­nu­tion du coût glo­bal des accès, passé de 7,7 à 4 mil­liards d’euros.

 

Laurent Wauquiez sur le chantier du Lyon-Turin le 26 février 2018 © Michel Peres - Région Auvergne Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez sur le chan­tier du Lyon-Turin, le 26 février 2018. © Michel Peres – Région Auvergne Rhône-Alpes

 

Une annonce aus­si­tôt été démen­tie par la ministre des Transports, qui a appelé la Région à « ne pas entre­te­nir la confu­sion ». Pour Elisabeth Borne, l’aug­men­ta­tion de 40 % à 50 % du finan­ce­ment des pro­jets d’in­ter­con­nexion ne consti­tue « en rien » un enga­ge­ment nou­veau « et encore moins spé­ci­fi­que­ment sur le pro­jet Lyon-Turin ». Fritures sur toute la ligne ?

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
1731 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.