© Stéphane Gemmani

Le conseiller régional Stéphane Gemmani, cible de menaces et d’injures racistes à Grenoble

Le conseiller régional Stéphane Gemmani, cible de menaces et d’injures racistes à Grenoble

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FIL INFO – Ciblé à son domicile par un tag le menaçant directement, le conseiller régional Stéphane Gemmani a poussé un gros coup de gueule ce vendredi 15 février. Engagé dans la campagne des municipales aux côtés de Matthieu Chamussy, l’élu dénonce « l’apparence de plus en plus politique » du harcèlement et des invectives dont il est l’objet.

 

 

© Stéphane Gemmani

© Stéphane Gemmani

« Devant la haine et l’intimidation, je ne me cou­che­rai pas ! » Tel est le titre du toni­truant coup de gueule lancé sur son blog par Stéphane Gemmani, ce ven­dredi 15 février.

 

Après avoir décou­vert un tag d’in­jure xéno­phobe anti-ita­lien le mena­çant direc­te­ment à son domi­cile, le conseiller régio­nal d’op­po­si­tion Auvergne-Rhône Alpes et ancien membre de l’é­quipe Destot ne déco­lère pas. Et pour cause.

 

« Ce 14 février au matin, dans le contexte de libé­ra­tion de la haine, du racisme et de l’antisémitisme, mon fils a décou­vert notre boîte aux lettres recou­verte d’un tag : “Rital de merde. On te lou­pera plus” », relate ainsi Stéphane Gemmani. Mais ce n’est pas tout. L’élu déclare éga­le­ment « depuis plu­sieurs semaines, [être] la cible d’intimidations et d’un har­cè­le­ment dont la cause […] prend une appa­rence de plus en plus poli­tique ».

 

Autant de faits qui pour­raient, estime-t-il, « être en lien ou non avec ses enga­ge­ments ». Notamment avec son inten­tion de por­ter un pro­jet pour Grenoble lors des pro­chaines élec­tions muni­ci­pales de 2020.

 

 

Des menaces d’individus « qui ne masquent pas la dimension politique de leurs initiatives »

 

Stéphane Gemmani ne manque pas de faire le rap­pro­che­ment avec la vio­lente agres­sion dont il a été la cible le 8 décembre der­nier alors qu’il se ren­dait à son tra­vail. L’attaque d’un « com­mando » qui, « en une poi­gnée de secondes », l’a vio­lem­ment pro­jeté au sol. Avant de prendre la fuite « sans affi­cher expli­ci­te­ment une autre forme de moti­va­tion pécu­niaire ou d’ordre public », se sou­vient-il. Le résul­tat ? Quelques der­ma­bra­sions et une frac­ture ayant entraîné une ITT qui va atteindre les trois mois, le 10 mars prochain.

 

Matthieu Chamussy et Stéphane Gemmani lors de la présentation des premiers engagement du collectif. © Grenoble 2020 nous rassemble.

Matthieu Chamussy et Stéphane Gemmani por­tant une attelle suite à son agres­sion. Photo prise lors de la pré­sen­ta­tion des pre­miers enga­ge­ment du col­lec­tif. © Grenoble 2020 nous rassemble.

 

À tout cela s’a­joutent encore, « depuis quelques temps », d’autres formes de har­cè­le­ment jusque sous les fenêtres ou en péri­phé­rie du domi­cile de l’élu. « Je suis la cible de menaces et d’invectives de la part d’individus qui pour cer­tains ne masquent pas la dimen­sion poli­tique de leurs ini­tia­tives », dénonce Stéphane Gemmani.

 

 

« Leurs menaces ne font que renforcer ma détermination »

 

Concernant le tag mena­çant, le conseiller régio­nal a décidé, cette fois-ci, de ne pas dépo­ser plainte. Cependant, Stéphane Gemmani tient à adres­ser un mes­sage aux « agres­seurs et aux fau­teurs de haine ». « Leurs menaces ne font que ren­for­cer ma déter­mi­na­tion à conti­nuer mon enga­ge­ment public. Je met­trai tout en œuvre pour qu’ils soient retrou­vés, iden­ti­fiés, pour­sui­vis et condam­nés », avertit-il.

 

Considérant n’être pas le seul à subir ces agres­sions, Stéphane Gemmani inter­pelle aussi le pré­fet de l’Isère, le maire de Grenoble et le pré­sident de la Région. Mais aussi tous ceux « qui se pré­sentent les res­pon­sables poli­tiques ». Ainsi les alerte-t-il sur « les inten­tions que cer­tains animent dans cette situa­tion inédite, et qui reste très vio­lente à vivre pour nos familles et les élu.e.s.que nous sommes ».

 

JK

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Un homme blessé par balle lors d’une rixe opposant plusieurs individus à Échirolles

  FLASH INFO - Un homme a été blessé par balle lors d'une rixe opposant plusieurs individus ce lundi 12 avril 2021 à Échirolles. Les Lire plus

UNE BidonvilleRomsPlaceGrenet03DR-650x433_opt
Quartier Mistral à Grenoble : pourquoi des jeunes ont chassé les Roms et mis le feu à leur campement

EN BREF - Quatre ou cinq familles roms avec enfants, soit une trentaine de personnes, installées au bout de la rue Albert-Thomas quartier Mistral à Lire plus

Mistral : une salle polyvalente défoncée par une voiture et incendiée

Dans la nuit de mardi à mercredi, une voiture a volontairement percuté l’entrée d’une salle polyvalente, située au 71 ter avenue Rhin et Danube, avant Lire plus

Réunion préparatoire du 24 octobre. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Nous toutes : le mouvement contre les violences sexistes prépare une « déferlante féministe » à Grenoble

FOCUS - Le mouvement féministe Nous toutes organise le 24 novembre dans toute la France une « déferlante féministe ». Avec un objectif : rassembler Lire plus

Flash Info

|

24/06

17h15

|

|

24/06

10h09

|

|

23/06

11h06

|

|

23/06

7h33

|

|

22/06

22h54

|

|

22/06

21h39

|

|

22/06

14h36

|

|

21/06

17h04

|

|

21/06

13h01

|

Ville de Grenoble - Anneau de vitesse

Les plus lus

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d'oiseaux

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin