Gratuité des transports en commun à Grenoble : le SMTC rendra une étude de faisabilité fin mars

sep article



FIL INFO – L’étude sur la gratuité, totale ou partielle, des transports en commun dans l’agglomération grenobloise sera rendue fin mars. À un peu plus d’un an des prochaines élections municipales, il était visiblement urgent de remettre le sujet sur la table.

 

 

Gratuité des transports en commun demain ? La descente de personnes du tramway, à Grenoble. © Léa Raymond - placegrenet.fr

© Léa Raymond – placegrenet.fr

Il fau­dra attendre fin mars pour connaître les résul­tats de l’é­tude sur la fai­sa­bi­lité et la per­ti­nence de la gra­tuité, totale ou par­tielle, du réseau de trans­ports en com­mun de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. Une étude que le syn­di­cat mixte des trans­ports en com­mun (SMTC) a confié au bureau d’é­tudes MD Conseil.

 

A un an des échéances muni­ci­pales, revoilà la ques­tion (re)propulsée sur le devant de la scène. En 2014, Eric Piolle en avait fait une de ses pro­messes de cam­pagne. Alors can­di­dat, le maire de Grenoble avait pro­mis la gra­tuité des trans­ports en com­mun pour les 18 – 25 ans. Avant de rétro­pé­da­ler.

 

Depuis, le maire éco­lo­giste ne semble pas prêt de remettre le cou­vert. « La gra­tuité des trans­ports en com­mun n’est pas la solu­tion pro­vi­den­tielle », avait-t-il sou­li­gné lors d’un conseil muni­ci­pal en sep­tembre der­nier. Difficile, avait alors fait com­prendre Eric Piolle, de se pri­ver d’une par­tie aussi impor­tante des recettes – 35 mil­lions d’eu­ros – issue de la vente des billets. Avant de ren­voyer la balle dans le camp du SMTC.

 

 

Une étude au niveau national également

 

Le syn­di­cat mixte a donc saisi la balle au bond. Il n’est pas le seul. En France, les études se mul­ti­plient. Au niveau natio­nal aussi puisque le grou­pe­ment des auto­ri­tés res­pon­sables de trans­port (Gart) – qui ras­semble plus de 200 auto­ri­tés orga­ni­sa­trices de trans­port – a éga­le­ment lancé en jan­vier une étude dans le même sens. Un Gart dont un des vice-pré­si­dents est le pré­sident du SMTC de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise, au titre de délé­gué logis­tique du der­nier kilo­mètre.

 

Yann Mongaburu, président du SMTC lors de la "Rentrée des mobilités" vendredi 1er septembre 2017. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Yann Mongaburu, pré­sident du SMTC © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Le Gart n’est pas un mili­tant acharné de la gra­tuité des trans­ports en com­mun. Il l’a fait savoir à plu­sieurs reprises.

 

« Face aux enjeux de report modal, de déve­lop­pe­ment des réseaux de trans­port (TCSP, acces­si­bi­lité…) et aux contraintes finan­cières pesant sur les col­lec­ti­vi­tés locales, les recettes tari­faires demeurent une source de finan­ce­ment dont il est dif­fi­cile de se pri­ver », sou­li­gnait le Gart dans un rap­port réac­tua­lisé en 2017.

 

Les jeux sont-ils faits ? C’est en tout cas la coopé­ra­tive Iter qui a hérité de cette étude « pour se sor­tir de la prise de posi­tion his­to­rique du Gart et abor­der la ques­tion avec moins d’a priori », sou­ligne Yann Mongaburu, le pré­sident du SMTC de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise.

 

« L’objectif est de mesu­rer la fai­sa­bi­lité mais aussi les effets atten­dus des gra­tui­tés, notam­ment en termes de report. Il s’a­git aussi de voir aussi quels pour­raient être les finan­ce­ments pos­sibles ». Quoi qu’il en soit, les résul­tats de l’é­tude seront connues en juin.

 

Patricia Cerinsek

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
5574 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.