Actualité

Éric Vaillant, procureur de la République au TGI de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Éric Vaillant, nou­veau pro­cu­reur de la République de Grenoble : “Je crois en l’u­ti­lité de la loi répressive”

Éric Vaillant, nou­veau pro­cu­reur de la République de Grenoble : “Je crois en l’u­ti­lité de la loi répressive”

ENTRETIEN - Éric Vaillant, qui succède à Jean-Yves Coquillat au poste de procureur de la République de Grenoble, a pris ses fonctions au tribunal de grande instance (TGI) depuis le 1er janvier. Fraîchement arrivé de Guyane, département le plus violent de France, le magistrat s'installe à Grenoble où le taux de délinquance est supérieur à la moyenne nationale. Sur ce sujet sensible, quelles sont ses orientations, ses priorités et actions envisagées ? Éric Vaillant a pris le temps de répondre longuement à nos questions.

 

 

"SIMPLIFIER LA JUSTICE POUR PLUS DE RAPIDITÉ ET DE QUALITÉ"

 

Éric Vaillant, 53 ans, a succédé à Jean-Yves Coquillat au poste de procureur de la République du TGI de Grenoble le 1er janvier 2019. Procureur depuis neuf ans, le magistrat a commencé sa carrière en 1994 à Béziers (Hérault) comme juge d'instruction. Il a ensuite occupé, en 2003,  la fonction de substitut général à Metz (Moselle) avant d'être nommé procureur au TGI de Douai (Nord) où il a exercé de 2010 à 2015.

 

Éric Vaillant, procureur de la République au TGI de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Éric Vaillant, procureur de la République au TGI de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Après une parenthèse outre-mer à Cayenne (Guyane) depuis 2015, le nouveau procureur est donc de retour en métropole. S'il laisse derrière lui le département le plus violent de France, il arrive dans une ville où le taux de délinquance est tout de même supérieur à la moyenne nationale.

 

Pas de quoi dépayser Éric Vaillant donc, encore plus rompu et déterminé à lutter contre les stupéfiants après son expérience guyanaise. C'est aussi un autre style que veut incarner ce procureur résolument communiquant connecté sur Twitter et  WhatsApp. Désormais à la tête du parquet de Grenoble, ce dernier souhaite lui insuffler une nouvelle dynamique. En guise de fil rouge : la simplification de la justice pour plus de rapidité et de qualité au service des justiciables.

 

Place Gre'net - Dans quel état d'esprit abordez-vous ce nouveau poste au TGI de Grenoble ? Quelles sont vos priorités ?

 

Éric Vaillant - Je suis très heureux d'être à la tête du parquet de Grenoble, le 23e parquet de France. Je suis non seulement à la tête du parquet de Grenoble mais aussi d'une grosse juridiction. Quarante magistrats du siège, quatorze magistrats au parquet et cent dix-sept greffiers ça fait quand même une équipe de plus de 170 personnes !

 

Pour autant, je ne suis pas le procureur de toute l'Isère car il y a les parquets de Bourgoin-Jallieu et de Vienne, mais le TGI de Grenoble représente grosso modo les deux tiers de l'Isère. C'est un très beau parquet dans un très beau palais de justice très bien entretenu. C'est la plus belle juridiction dans laquelle j'ai jamais travaillé.

 

L'immense salle des pas perdus du palais de justice de Grenoble. DR

L'immense salle des pas perdus du palais de justice de Grenoble. DR

 

Ensuite, mon prédécesseur me laisse un parquet en parfait état de fonctionnement. Pour autant, il y a des choses que je vais commencer à mettre en place parce que ça correspond à ma façon de voir les choses. Le fil rouge de mon action c'est la simplification. Je suis persuadé qu'on peut rendre en France une justice rapide mais qui resterait de qualité. Faire cela demande une organisation.

 

Ça veut aussi dire qu'il faut traiter ce qu'on appelle les contentieux de masse avec une organisation standardisée pour dégager du temps pour le travail sur les gros dossiers qui demandent de la réflexion. Mais aussi pour travailler sur des projets innovants que l'on pourrait avoir envie de monter.

 

Nous recevons 65 000 dossiers par an à Grenoble. On ne peut pas travailler tous les dossiers judiciaires comme s'ils étaient uniques à chaque fois. Il y a de la paperasserie qui ne sert à rien et qu'il faut supprimer, voilà.

 

 

Vous exercez désormais dans une ville dont le taux de délinquance est supérieur à la moyenne nationale. Quelles vont être vos actions dans ce domaine ?

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 75 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Domène : l’élu RN Quentin Feres s’op­pose à une lec­ture théâ­trale, qua­li­fiée de « pro­mo­tion du wokisme », à la médiathèque

EN BREF - Le conseiller municipal Rassemblement national de Domène Quentin Feres, membre de la majorité, s'oppose à l'organisation d'une lecture théâtrale du livre La Lire plus

Saint-Égrève : le Chai inau­gure l’hô­pi­tal de jour soins conjoints parents-bébé, « une struc­ture unique en Isère »

FOCUS - Le Centre hospitalier Alpes-Isère (Chai) de Saint-Égrève a inauguré, jeudi 11 avril 2024, l'hôpital de jour soins conjoints parents-bébé. Ouverte en décembre 2023, Lire plus

"Arabes de service": deux élues grenobloises portent plainte contre une troisième pour injure raciste
« Arabes de ser­vice » : deux élues gre­no­bloises portent plainte contre une troi­sième pour injure raciste

FOCUS - La Ville de Grenoble a validé l'octroi de la protection fonctionnelle en faveur de ses élues Salima Djidel et Kheira Capdepon contre une Lire plus

Chasse-sur-Rhône appelle à l’ap­pli­ca­tion du prin­cipe pol­lueur-payeur pour les PFAS, ou pol­luants éternels

FLASH INFO - La mairie de Chasse-sur-Rhône s'engage contre les PFAS, soit les substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées communément désignées comme des "polluants éternels" que l'on Lire plus

Palais de justice de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Meurtre d’une jeune Lyonnaise en Italie : le sus­pect placé sous écrou extra­di­tion­nel et en déten­tion par les juges grenoblois

EN BREF - Le compagnon de la jeune Lyonnaise retrouvée morte poignardée dans le Val d'Aoste, le 5 avril 2024, a été déféré au palais Lire plus

À la Métropole de Grenoble, le débat sur la compétence "nappes souterraines" tourne en eau de boudin
À la Métropole de Grenoble, le débat sur la com­pé­tence « nappes sou­ter­raines » tourne en eau de boudin

FOCUS - Une délibération pour modifier les statuts de la Métropole de Grenoble a donné lieu à de nouveaux échanges au vitriol lors du conseil Lire plus

Flash Info

|

12/04

14h06

|

|

12/04

13h33

|

|

11/04

12h01

|

|

10/04

19h58

|

|

10/04

16h43

|

|

09/04

16h21

|

|

09/04

15h20

|

|

09/04

10h46

|

|

08/04

22h04

|

|

08/04

11h54

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF : Les stages en immer­sion d’Éric Piolle

Société| « Violeur à la trot­ti­nette » à Grenoble : le sus­pect mis en exa­men et placé en déten­tion provisoire

Culture| Plus de 120 œuvres de Joan Miró à décou­vrir au Musée de Grenoble du 20 avril au 21 juillet 2024

Agenda

Je partage !