Éric Vaillant, procureur de la République au TGI de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Éric Vaillant, nou­veau pro­cu­reur de la République de Grenoble : “Je crois en l’u­ti­lité de la loi répressive”

Éric Vaillant, nou­veau pro­cu­reur de la République de Grenoble : “Je crois en l’u­ti­lité de la loi répressive”

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

ENTRETIEN - Éric Vaillant, qui succède à Jean-Yves Coquillat au poste de procureur de la République de Grenoble, a pris ses fonctions au tribunal de grande instance (TGI) depuis le 1er janvier. Fraîchement arrivé de Guyane, département le plus violent de France, le magistrat s'installe à Grenoble où le taux de délinquance est supérieur à la moyenne nationale. Sur ce sujet sensible, quelles sont ses orientations, ses priorités et actions envisagées ? Éric Vaillant a pris le temps de répondre longuement à nos questions.

 

 

"SIMPLIFIER LA JUSTICE POUR PLUS DE RAPIDITÉ ET DE QUALITÉ"

 

Éric Vaillant, 53 ans, a succédé à Jean-Yves Coquillat au poste de procureur de la République du TGI de Grenoble le 1er janvier 2019. Procureur depuis neuf ans, le magistrat a commencé sa carrière en 1994 à Béziers (Hérault) comme juge d'instruction. Il a ensuite occupé, en 2003,  la fonction de substitut général à Metz (Moselle) avant d'être nommé procureur au TGI de Douai (Nord) où il a exercé de 2010 à 2015.

 

Éric Vaillant, procureur de la République au TGI de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Éric Vaillant, procureur de la République au TGI de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Après une parenthèse outre-mer à Cayenne (Guyane) depuis 2015, le nouveau procureur est donc de retour en métropole. S'il laisse derrière lui le département le plus violent de France, il arrive dans une ville où le taux de délinquance est tout de même supérieur à la moyenne nationale.

 

Pas de quoi dépayser Éric Vaillant donc, encore plus rompu et déterminé à lutter contre les stupéfiants après son expérience guyanaise. C'est aussi un autre style que veut incarner ce procureur résolument communiquant connecté sur Twitter et  WhatsApp. Désormais à la tête du parquet de Grenoble, ce dernier souhaite lui insuffler une nouvelle dynamique. En guise de fil rouge : la simplification de la justice pour plus de rapidité et de qualité au service des justiciables.

 

Place Gre'net - Dans quel état d'esprit abordez-vous ce nouveau poste au TGI de Grenoble ? Quelles sont vos priorités ?

 

Éric Vaillant - Je suis très heureux d'être à la tête du parquet de Grenoble, le 23e parquet de France. Je suis non seulement à la tête du parquet de Grenoble mais aussi d'une grosse juridiction. Quarante magistrats du siège, quatorze magistrats au parquet et cent dix-sept greffiers ça fait quand même une équipe de plus de 170 personnes !

 

Pour autant, je ne suis pas le procureur de toute l'Isère car il y a les parquets de Bourgoin-Jallieu et de Vienne, mais le TGI de Grenoble représente grosso modo les deux tiers de l'Isère. C'est un très beau parquet dans un très beau palais de justice très bien entretenu. C'est la plus belle juridiction dans laquelle j'ai jamais travaillé.

 

L'immense salle des pas perdus du palais de justice de Grenoble. DR

L'immense salle des pas perdus du palais de justice de Grenoble. DR

 

Ensuite, mon prédécesseur me laisse un parquet en parfait état de fonctionnement. Pour autant, il y a des choses que je vais commencer à mettre en place parce que ça correspond à ma façon de voir les choses. Le fil rouge de mon action c'est la simplification. Je suis persuadé qu'on peut rendre en France une justice rapide mais qui resterait de qualité. Faire cela demande une organisation.

 

Ça veut aussi dire qu'il faut traiter ce qu'on appelle les contentieux de masse avec une organisation standardisée pour dégager du temps pour le travail sur les gros dossiers qui demandent de la réflexion. Mais aussi pour travailler sur des projets innovants que l'on pourrait avoir envie de monter.

 

Nous recevons 65 000 dossiers par an à Grenoble. On ne peut pas travailler tous les dossiers judiciaires comme s'ils étaient uniques à chaque fois. Il y a de la paperasserie qui ne sert à rien et qu'il faut supprimer, voilà.

 

 

Vous exercez désormais dans une ville dont le taux de délinquance est supérieur à la moyenne nationale. Quelles vont être vos actions dans ce domaine ?

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 75 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La saisie de stupéfiants et de numéraires opérée par la police judiciaire de Grenoble. DR
Grenoble : la police judi­ciaire met fin à un tra­fic de stu­pé­fiants orga­nisé par un infor­ma­ti­cien uti­li­sant le “dark­net” et les cryptomonnaies

FLASH INFO - La police judiciaire de Grenoble a interpellé, le 16 mars 2022, un informaticien de 21 ans inconnu de la justice suspecté d'avoir Lire plus

Anne Auclair-Rabinovitch, présidente du Tribunal judiciaire de Grenoble et Éric Vaillant, procureur de la République de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Tribunal judi­ciaire de Grenoble : audience de ren­trée sous le signe de l’op­ti­misme mal­gré les pro­blèmes d’effectif

FOCUS - L'audience solennelle de rentrée du tribunal judiciaire de Grenoble s'est déroulée en comité restreint dans une salle d'audience du palais de justice, vendredi Lire plus

Perron de l'hôtel de police de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Démantèlement d’un impor­tant tra­fic de stu­pé­fiants et d’un point de deal dans le quar­tier du Lys rouge à Grenoble

EN BREF - Les brigades anti-criminalité et des stupéfiants de la Direction départementale de sécurité publique (DDSP) de l'Isère ont démantelé, le 17 janvier 2022, Lire plus

Six personnes condamnées en comparution immédiate pour trafic quartier Saint-Bruno à Grenoble
Six per­sonnes condam­nées en com­pa­ru­tion immé­diate pour tra­fic quar­tier Saint-Bruno à Grenoble

FLASH INFO — Un jugement qui "illustre la mobilisation du parquet et de la police de Grenoble pour lutter contre le trafic de stupéfiants", déclare Lire plus

Résidence Les portes de l'Ouest, avenue Rhin-et-Danube. DR
Grenoble : la police fait main basse sur une impor­tante quan­tité de stu­pé­fiants près du quar­tier Mistral

FLASH INFO - Les policiers de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) de l'Isère ont saisi, ce samedi 6 novembre 2021, une très Lire plus

Recel d'apologie du terrorisme
De la pri­son ferme pour des tra­fi­quants de stu­pé­fiants qui opé­raient entre Voiron et la Thaïlande

FIL INFO - À l'issue de deux journées d'audience, les 27 et 28 septembre 2021, le tribunal correctionnel de Grenoble a condamné le chef d'un Lire plus

Flash Info

|

28/06

15h14

|

|

28/06

9h18

|

|

27/06

15h07

|

|

27/06

11h44

|

|

27/06

11h06

|

|

27/06

10h59

|

|

24/06

13h49

|

|

24/06

10h01

|

|

24/06

8h54

|

|

23/06

15h35

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 36 : « Les dif­fi­cul­tés à exer­cer le métier de jour­na­liste dans cer­tains quartiers »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 35 : « Le second tour des légis­la­tives en Isère »

Législatives| Carte inter­ac­tive légis­la­tives 2022 : l’en­semble des résul­tats du second tour en isère

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin