Près de quinze jours après leur expulsion, les familles roms du 130 cours Berriat toujours sans logements stables

sep article



FIL INFO – Près de quinze jours après leur expulsion, les familles avec enfants qui occupaient le 130 cours Berriat à Grenoble n’ont toujours pas de solution de logement. Et l’association École ici et maintenant, qui a interpellé  la préfecture de l’Isère sur leur situation, reste sans réponse de la part des services de l’État. 

 

 

Que sont deve­nues les familles roms délo­gées du 130 cours Berriat à Grenoble le mer­credi 30 jan­vier ? Le 4 février, l’as­so­cia­tion École ici et main­te­nant adres­sait à la pré­fec­ture de l’Isère une lettre ouverte, dénon­çant une expul­sion sans relo­ge­ment, ceci en pleine trêve hiver­nale. Une semaine après, la réponse des ser­vices de l’État se fait encore attendre.

 

Le 130 cours Berriat à Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le 130 cours Berriat à Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

L’association n’a pas obtenu plus de retour de la part de la Région Auvergne-Rhône-Alpes ni du Département de l’Isère, éga­le­ment contac­tés. Élise Duloutre, copré­si­dente de l’as­so­cia­tion, explique en revanche être en contact avec la Ville de Grenoble. « La mai­rie n’é­tait pas au cou­rant de cette expul­sion ordon­née par la pré­fec­ture. Elle essaye d’a­voir plus d’in­for­ma­tions et de faire ouvrir une struc­ture d’hé­ber­ge­ment », explique-t-elle.

 

 

Treize adultes et 24 enfants

 

Visuel de l’association École ici et maintient. © École ici et maintenant

Visuel de l’association École ici et main­tient. © École ici et main­te­nant

Sollicitée par Place Gre’net, la pré­fec­ture de l’Isère se borne à rap­pe­ler les faits : occupé depuis l’été 2018, l’im­meuble appar­tient à une société pri­vée. « Un juge­ment du tri­bu­nal d’instance de Grenoble a été rendu le 6 décembre 2018, sup­pri­mant la trêve hiver­nale et men­tion­nant des risques élec­triques pour les occu­pants », ajoute-t-elle. Quid de l’in­ter­pel­la­tion de l’as­so­cia­tion École ici et main­te­nant ? La ques­tion est (éga­le­ment) res­tée lettre morte.

 

Combien de per­sonnes sont concer­nées ? « Au 130 cours Berriat, nous sui­vions cinq familles mais il y avait aussi d’autres gens, des couples ou des adultes céli­ba­taires que l’on ne connais­sait pas bien », pré­cise l’as­so­cia­tion.

 

Dédiée à l’ac­com­pa­gne­ment sco­laire des enfants en situa­tion de grande pré­ca­rité, École ici et main­te­nant est en effet avant tout en contact avec les familles. Soit treize adultes et 24 enfants mineurs, dont beau­coup de moins de 10 ans.

 

 

Des familles présentes sur Grenoble depuis plusieurs années

 

« Aujourd’hui, [les familles] sont héber­gées par des proches, des amis ou de la famille, mais ce n’est pas stable du tout. Elles changent d’en­droit toutes les nuits pour dor­mir », explique encore Élise Duloutre. Si les enfants sont « tous à l’a­bri », pour­suit-elle, leurs condi­tions de vie sont évi­dem­ment pré­caires. Et leur sco­la­rité très per­tur­bée : « Certains réus­sissent à aller à l’é­cole mais ce n’est pas évident quand ils sont à l’autre bout de la ville et que l’é­cole est à Saint-Bruno. »

 

Chalets du village d'insertion du Rondeau (ici en 2017) © Joël Kermabon - Place Gre'net

Chalets du vil­lage d’in­ser­tion du Rondeau (ici en 2017) © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Les familles sont pour­tant depuis « très long­temps » sur le sol gre­no­bloise, assure la copré­si­dente de l’as­so­cia­tion. « Cela fait au moins cinq ans qu’on les suit sur Grenoble », confie-t-elle ainsi. Des familles qui sont notam­ment pas­sées par le vil­lage d’in­ser­tion du Rondeau. Un lieu d’ac­cueil pro­vi­soire qu’elles ont au final quitté sans trou­ver de solu­tion pérenne de loge­ment. Allant de squats en bidon­villes sui­vant le rythme des expul­sions.

 

FM

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2456 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.