Un collectif d’associations réclame la création d’un observatoire des violences policières en Isère

sep article

FOCUS – Alors que le projet de loi « anti-casseurs » inspiré de la droite sénatoriale doit être voté le 5 février, en Isère, un collectif d’associations et de partis politiques de gauche s’élève contre la montée des répressions en tous genres. Et réclame notamment la création d’un observatoire des violences policières.

 

 

Violences policières : un collectif d'associations et de partis politiques de gauche réclame un observatoire en Isère- Image extraite vidéo Joël Kermabon - Place Gre'net

En Isère, un collectif réclame la création d’un observatoire des violences policières. © Joël Kermabon – Place Gre’net

En Isère, un collectif d’associations et de partis politiques de gauche réclame la mise en place, dans le département, d’un observatoire des violences policières et de solidarité avec les victimes*. Alors que les députés examinaient, ce mardi 29 janvier, le projet de loi « anti-casseurs », le collectif est monté au créneau, dénonçant dans une déclaration commune les répressions et violences en tous genres.

 

La violence “visible” mais aussi la violence sociale envers les plus démunis. « Il y a une véritable demande d’égalité sociale, a souligné Stéphane Garac de La France insoumise. Or, la seule réponse de l’État, c’est une répression policière et judiciaire et un grand débat ! La réponse est totalement dérisoire. »

 

Dans leur texte, la Ligue des droits de l’Homme, la CGT, le Centre d’information inter-peuples, le collectif de soutien aux réfugiés politiques algériens, le réseau de lutte contre le fascisme, Solidaires, Sortir du nucléaire, Europe Écologie – Les Verts, La France insoumise, le NPA 38, le parti communiste, le parti de gauche mais aussi l’Unef et l’UNL pointent les « manifestations empêchées », « les dispositifs policiers démesurés » ainsi que « les humiliations » comme la multiplication des perquisitions et des gardes à vue. Tous revendiquent la liberté de manifester alors qu’en parallèle les textes de loi portant atteinte à la liberté d’expression et aux libertés collectives se multiplient.

 

Un projet de loi « anti-manifestants » et non « anti-casseurs » pour le collectif

 

« Ce sont des textes initiés pour des motifs de circonstance, que ce soit le terrorisme ou l’immigration, souligne Denis Fabre, le président de la Ligue des droits de l’Homme.

 

Un collectif d'associations et de partis politiques de gauche réclame la création d'un observatoire des violences policières en Isère.Denis Fabre, le président de la Ligue des droits de l'Homme à Grenoble réclame la mise en place d'un observatoire des violences policières en Isère

Denis Fabre, le président de la Ligue des droits de l’Homme à Grenoble. © Patricia Cerinsek

« Mais, au bout du compte, ces textes sont extraordinairement banalisés et visent tout un chacun. »

 

Dernier en date ? Le projet de loi « anti-casseurs » porté par le Premier ministre Édouard Philippe et inspiré de la droite sénatoriale par la voix de Bruno Retailleau. Un projet de loi « anti-manifestants » pour le collectif isérois.

 

Mercredi 31 janvier, au terme de deux jours d’examen du texte et de ses multiples amendements, l’Assemblée nationale a donné son feu vert à une disposition particulièrement controversée du projet de loi. Si elle est validée telle quelle lors du vote le 5 février, cette mesure permettra aux préfets de prononcer des interdictions de manifester. De quoi ouvrir la voie – aux côtés des interdictions judiciaires jusque-là seules permises – aux interdictions administratives préalables. Ce sur la base « d’actes violents » commis précédemment.

 

 

« Une atteinte grave à la séparation des pouvoirs »

 

La mesure inquiète le collectif. « Normalement, c’est la justice qui peut condamner à une interdiction d’aller à une manifestation, souligne Joëlle Vernet du syndicat des avocats de France. Cela fait partie des peines alternatives possibles. Là, en empêchant avant la manifestation, c’est une atteinte grave à la séparation des pouvoirs ! On est en train de tout mélanger pour empêcher la liberté de manifester ! Depuis 2015, toutes les lois successives ne sont que des lois de répression. L’arsenal est déjà énorme. »

 

En Isère, un collectif d'associations et de partis politiques de gauche réclame la mise en place d'un observatoire des violences policières - Image extraite vidéo Joël Kermabon - Place Gre'net

Image extraite d’une vidéo. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Le collectif n’entend pas seulement dénoncer ce projet de loi. Il réclame également l’abandon des poursuites et l’amnistie des manifestants et des militants condamnés, la fin de l’impunité des violences policières et la recherche des responsabilités dans la chaîne de commandement. Il demande aussi l’interdiction des flash-balls, des lanceurs de balles de défense (LBD) et des grenades de désencerclement. Des dispositifs que peu de pays en Europe autorisent encore.

 

Le 7 mars, le groupe Communiste, républicain, citoyen et écologiste déposera d’ailleurs au palais du Luxembourg une proposition de loi visant à interdire l’usage des LBD dans le cadre d’opérations de maintien de l’ordre. Les sénateurs réclament également que soit accessible au public le fichier de suivi de l’usage des armes (TSUA) créé en 2012 ainsi qu’un rapport détaillé sur les stratégies de désescalade.

 

Patricia Cerinsek

 

 

* Une réunion publique devrait être organisée en mars prochain où la parole sera donnée à des victimes des mouvements sociaux.

 

commentez lire les commentaires
1248 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Les éternels incompétents de la « gaugauch » qui veulent encore créer un « observatoire » financé par le l’argent public qu’ils entendent bien contrôler.

    Pour illustrer à la,fois l’ignorance et l’incompétence de ces gens, qui systématiquement choisissent les mauvais combats:

    la France est signataire du Code International d’Ethique Policière. Ce code stipule que les autorités qui enquêtent sur les agissement police ne peuvent pas dépendre de la police. Or, en France, IGPN est un service de la police nationale placé sous les ordres du Directeur de la PN et du Ministre de l’intérieur.

    Le bon combat à mener est donc d’exiger que la France réponde à ses engagements internationaux en faisant sortir l’IGPN du giron du ministère de l’intérieur et de la PN pour, par exemple, le faire rentrer sous celui du ministère de la justice, et que ce service soit dirigé par un Juge, et non pas par un policier ou un préfet.

    Vous verrez que et la musique et le rythme vont vite changer.

    sep article
  2. Que les communistes, favorables au laxisme, demandent la suppression des LBD, rien de nouveaux sous le soleil.

    Le droit de manifester oui, de casser non.

    sep article
    • Vous n’avez sans doute pas lu toutes les associations et partis qui demandent cet observatoire des violence policières. Tous communistes ? mais alors, Lénine est ressuscité ?
      😉

      sep article