Manifestation unitaire contre le « chômage et la précarité » ce 1er décembre à Grenoble

Manifestation unitaire contre le « chômage et la précarité » ce 1er décembre à Grenoble

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FIL INFO – Des organisations syndicales, associatives et politiques de l’Isère appellent à une action unitaire contre le chômage et la précarité, ce samedi 1er décembre à Grenoble, comme partout en France. Citoyens, salariés actifs et retraités sont invités à manifester pour exiger « des réponses immédiates et précises » du gouvernement et du patronat, notamment sur le pouvoir d’achat. 

 

 

Des organisations syndicales, associatives et politiques de l’Isère appellent à une manifestation unitaire contre la précarité ce 1er décembre à Grenoble.© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« Un vent de colère souffle sur notre dépar­te­ment comme dans tout le pays », alertent plu­sieurs orga­ni­sa­tions asso­cia­tives, syn­di­cales et poli­tiques* de l’Isère dans un tract unitaire.

 

Ces der­nières appellent ainsi à une « mobi­li­sa­tion sociale, éco­lo­gique et citoyenne » ce 1er décembre, dans le cadre de la jour­née d’ac­tion natio­nale « contre le chô­mage et la pré­ca­rité » et les fins de mois dif­fi­ciles. À Grenoble, ren­dez-vous est donné à Europole, place Robert Schumann, der­rière la gare à 14 heures, pour se joindre à cette 16e manifestation.

 

Désormais presque une tra­di­tion avec, entre autres mots d’ordre des orga­ni­sa­teurs, celui de « faire entendre [leur] colère et [leurs] reven­di­ca­tions : le droit au tra­vail et à un revenu de rem­pla­ce­ment pour tous les tra­vailleurs pri­vés d’emploi ». Le tout en soli­da­rité avec les reven­di­ca­tions sociales et éco­lo­giques expri­mées par une grande par­tie des “gilets jaunes” en Isère. Car, « quelle que soit la cou­leur du gilet, les reven­di­ca­tions convergent », sou­ligne la CGT.

 

 

« La colère qui gronde est légitime et salutaire »

 

Les rai­sons de ce « vent de colère » ? La hausse régu­lière et mar­quée du car­bu­rant qui appau­vrit celles et ceux qui n’ont d’autre choix que celui de la voi­ture indi­vi­duelle. Une hausse en outre aggra­vée au quo­ti­dien par la hausse des prix du gaz, de l’électricité, du fuel et des chauf­fages col­lec­tifs. « [En même temps que] les pro­fits finan­ciers et patro­naux explosent, le gou­ver­ne­ment Macron/Philippe accen­tue sa poli­tique de classe au ser­vice des riches », fus­tigent les syndicats.

 

Des organisations syndicales, associatives et politiques de l’Isère appellent à une manifestation unitaire contre la précarité ce 1er décembre à Grenoble.© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Des griefs aux­quels s’a­joutent les fer­me­tures de nom­breux éta­blis­se­ments publics et la sup­pres­sion de mil­liers de postes de fonc­tion­naires, « accen­tuant encore le sen­ti­ment d’abandon pour toutes celles et ceux qui vivent loin des métro­poles », dénoncent-ils encore. Tout autant que la casse du droit du tra­vail et des pro­tec­tions collectives.

 

« La colère qui gronde est légi­time et salu­taire ! », lancent les orga­ni­sa­teurs de la mani­fes­ta­tion. Lesquels estiment que « les inéga­li­tés sociales accroissent la pau­pé­ri­sa­tion de larges franges de la popu­la­tion, accen­tuent les atteintes à l’environnement et accé­lèrent le réchauf­fe­ment cli­ma­tique ».

 

 

« L’urgence sociale et l’urgence écologique sont indissociables »

 

« Le gou­ver­ne­ment tente de jus­ti­fier ses choix poli­tiques, les aug­men­tions des taxes sur les car­bu­rants, par l’urgence éco­lo­gique. C’est un men­songe ! », affirment d’une même voix les orga­ni­sa­tions syn­di­cales et poli­tiques. Ces der­nières pointent sans conces­sions une « éco­lo­gie puni­tive » ser­vant de pré­texte et de moyen « pour exo­né­rer les grands groupes de la fis­ca­lité dont ils devraient s’acquitter en la trans­fé­rant sur les ménages ! ».

 

Le second plan Climat de Grenoble permettra-t-il d'aller plus loin que la première version ? Le plan 2 intégre l'adaptation au dérèglement climatique.

© Joël Kermabon – Place Gre’net

À qui la faute ? « Le Medef et le gou­ver­ne­ment, en accord avec l’Union euro­péenne, sont les vrais res­pon­sables de la crise en cours », n’hé­sitent pas à accu­ser les signa­taires du tract. « Cette pré­ten­due fis­ca­lité éco­lo­gique épargne les sec­teurs les plus pol­luants et émet­teurs de gaz à effet de serre, comme les tra­fics aérien et mari­time ou le trans­port rou­tier de mar­chan­dises », s’in­dignent les dif­fé­rentes organisations.

 

« L’urgence sociale et l’urgence éco­lo­gique sont indis­so­ciables », affirment-elles, per­sua­dées que la poli­tique gou­ver­ne­men­tale « aggrave l’une et l’autre et espère divi­ser celles et ceux qui en sont les vic­times ».

 

L’union fait la force estiment-elles au contraire. « Les tra­vailleuses et les tra­vailleurs, qu’ils soient actifs-actives, retraité-e‑s ou privé-e‑s d’emploi ont bien com­pris que c’est par leur mobi­li­sa­tion qu’ils obtien­dront satis­fac­tion », concluent ainsi les auteurs du tract uni­taire. Qui appellent aussi à se mobi­li­ser le 8 décembre lors de la marche pour le cli­mat qui se dérou­lera à 15 heures place de Verdun ainsi que le 18 décembre, dans le cadre jour­née inter­na­tio­nale des migrants.

 

Joël Kermabon

 

 

  • * FSU, Front social, Solidaires, France insou­mise, Ensemble, NPA, Attac, PCF, CGT

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

La crèche de Sassenage. © Tim Buisson – Place Gre’net
Tensions, absentéisme, départ de la directrice… Situation de crise à la crèche des Lucioles de Sassenage

  FOCUS - Le maire de Sassenage a décidé de ne pas renouveler le contrat de Marie-Pierre Hermoso, à la tête du centre multi-accueil de Lire plus

Saint-Pierre-de-Chartreuse
Saint-Pierre-de-Chartreuse passe au régime sec pour trois ans

DÉCRYPTAGE - Confrontée à un déficit budgétaire grandissant, Saint-Pierre-de-Chartreuse se serre la ceinture et celle de ses administrés. Pendant trois ans, les dépenses sont limitées Lire plus

Fabien Vanhemelryck, Fabien Vanhemelryck, le secrétaire général d’Alliance police nationale. © Joël Kermabon - Place Gre'net
“Policiers délinquants” impunis : plus d’un mois après ses propos polémiques, Éric Piolle a reçu des syndicats de police

  FOCUS - En plein Beauvau de la sécurité, Éric Piolle a invité plusieurs syndicats de police à venir échanger ce 9 mars 2021. Après Lire plus

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Opérations escargot, barrages filtrants : le samedi rouge des gilets jaunes dans l’agglomération grenobloise

REPORTAGE VIDÉO - Au plus fort de cette journée de mobilisation du 17 novembre, plus de 3 000 “gilets jaunes”,  répartis sur 35 points de rassemblement, Lire plus

Flash Info

|

23/06

11h06

|

|

23/06

7h33

|

|

22/06

22h54

|

|

22/06

21h39

|

|

22/06

14h36

|

|

21/06

17h04

|

|

21/06

13h01

|

|

21/06

10h31

|

Ville de Grenoble - Anneau de vitesse

Les plus lus

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d'oiseaux

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin